Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 580 : La détermination de Betty

INT. JOUR / HOPITAL DE PEYTON PLACE – ZONE DE RECEPTION

 

Derrière le comptoir, Esther Choate termine une conversation téléphonique tandis que le Dr Michael Rossi, très jovial, entre dans la zone de réception en souriant. Mlle Choate raccroche le téléphone. 

 

MIKE

Bonjour, Miss Choate.

 

MLLE CHOATE

Docteur Rossi. Ravie de vous revoir parmi nous.

 

MIKE

Le plaisir est partagé.

 

Mlle Choate s’aperçoit que le Dr Rossi est de très bonne humeur.

 

MLLE CHOATE

On peut dire que votre petit séjour à New York vous a fait le plus grand bien.

 

MIKE

C’est exact, je me sens en pleine forme.

 

MLLE CHOATE

Vous m’en voyez ravie.

 

MIKE

Rien de spécial n’est arrivé durant mon absence ?

 

Le visage de Mlle Choate se referme.

 

MLLE CHOATE

Vous n’êtes pas au courant…

 

MIKE

(Alarmé par l’attitude triste et embarrassée de Mlle Choate)

Au courant de quoi ? 

 

MLLE CHOATE

La grande parade en l’honneur de Jim Stanford… Tous les journaux en parlent.

 

MIKE

Je n’ai pas eu le temps de lire les journaux. Dites-moi ce qui s’est passé.

 

MLLE CHOATE

Apparemment, quelqu’un a voulu tirer sur Jim Stanford. Un des gardes du corps s’en est aperçu et a voulu tirer sur le meurtrier. Mais il s’est trompé de cible et a touché Steven Cord.

 

MIKE

(Paniqué)

Steven ! Est-ce que… ?

 

MLLE CHOATE

Il est dans un état critique. Il a été opéré hier, mais il est dans le coma. Il est encore en réa.

 

Immédiatement, Mike tourne les talons et se dirige vers le service de réa.

 

INT. JOUR / HOPITAL DE PEYTON PLACE – COULOIR

 

Mike trouve Betty debout devant la vitre qui donne sur la chambre de Steven. Celui-ci est toujours inconscient. 

 

MIKE

Betty, je viens d’apprendre…

 

Betty tourne vers Mike un visage ravagé par la tension et la fatigue nerveuse. Mike lui donne une accolade. . 

 

BETTY

Docteur Rossi, je suis contente de vous voir.

 

MIKE

Je vais aller voir le médecin qui l’a opéré. Je prends les choses en main, maintenant. Ne t’inquiète pas. 

 

BETTY

Merci. Ça me rassure de vous savoir auprès de lui.

 

MIKE

Est-ce que tu sais ce qui s’est passé ?

 

BETTY

Oui. C’est un peu compliqué.

 

MIKE

Mlle Choate m’a dit que c’était un accident.

 

BETTY

Ça, c’est la version officielle. 

 

MIKE

(Il fronce les sourcils)

Que veux-tu dire par là ?

 

BETTY

C’est une longue histoire. Une histoire qui a duré depuis trop longtemps. 

 

Elle contourne Mike et se dirige vers la sortie. Mike la regarde sans comprendre.

 

MIKE

Betty, que fais-tu ?

 

BETTY

Ce que quelqu’un aurait dû faire depuis plus de vingt ans.

 

Mike ne comprend pas. Il veut plus d’explication, mais déjà Betty est hors de sa vue. Il se retourne vers Steven. 

 

EXT. JOUR / HOPITAL DE PEYTON PLACE

 

Betty sort de l’hôpital d’un pas déterminé. KC Reid est à quelques mètres d’elle. Visiblement, elle est venue prendre des nouvelles de Steven. Elle va à la rencontre de Betty.

 

KC

Betty ! Je suis venue prendre des nouvelles de Steven. 

 

Betty continue de marcher à une allure vive en direction du parking tandis que KC la suit.

 

BETTY

Toujours pas de changements.

 

KC

Où allez-vous ? 

 

BETTY

Faire ce que vous auriez dû faire depuis bien longtemps.

(Elle s’arrête et se tourne vers KC)

Je vais aller parler au rédacteur en chef du Clarion et lui raconter toute l’histoire afin qu’elle soit publiée dès demain.

 

KC

Vous n’y pensez pas sérieusement ? C’est de la folie !

 

BETTY

(En colère)

Non, ce qui est de la folie, c’est Steven sur son lit d’hôpital qui se bat pour vivre. C’est Prisca à la merci d’un homme fou et qui est peut-être déjà morte au moment où je vous parle. C’est ces millions de déportés juifs qui n’ont pas obtenus justice. Combien de victimes encore ? Combien de gens vont être tués avant que ne cesse cette horrible mascarade !  Cette histoire a assez duré, le Clarion démasquera les coupables !

 

KC

Betty, écoutez-moi, la CIA est mêlée à l’affaire.

 

BETTY

Je m’en fiche. Même si le pape y était mêlé, ça ne m’empêchera pas de parler.

 

KC

Alors vous êtes en danger de mort, et vous allez mettre le rédacteur en chef du journal dans la même position.

 

BETTY

(Plus déterminée que jamais)

Rien ne m’arrêtera, KC. Rien ! 

 

KC

Vous n’avez aucune preuve ! Comment espérez-vous que l’on vous croie ?

 

BETTY

Je n’ai pas de preuves, mais vous si ! Vous avez constitué un dossier solide sur Stanford. Venez avec moi au Clarion et donnez la preuve des malversations de ce fou. 

 

KC

(Elle secoue la tête)

C’est beaucoup trop dangereux.

 

BETTY

Ça fait vingt ans que vous vous battez à couvert avec Stanford. Et pendant vingt ans, il ne s’est rien passé. Stanford a continué. Vous avez la possibilité maintenant de faire quelque chose. 

 

KC hésite.

 

BETTY

(Elle insiste)

C’est maintenant ou jamais. 

 

La caméra balaie le parking et on voit, caché derrière une voiture garée, un homme habillé en noir qui écoute la conversation des deux femmes.

 


à suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 30/06/2013 19:42

Jeu dangereux qu'elle joue-là, Betty. Mais que faire d'autre pour faire éclater la vérité ? :-)

Mr. Peyton 01/07/2013 17:21



Oui, Betty est courageuse. C'est bien de le souligner, car ça n'arrive pas tous les jours