Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 567 : Son âme au diable

EXT.NUIT / PEYTON PROFESSIONAL

 

Plan de situation.

INT.NUIT / PEYTON PROFESSIONAL - BUREAU DE STEVEN CORD

 

Betty sort de l’ascenseur. Il fait sombre dans le secrétariat de Steven. Aucun bruit ne parvient à déchirer le silence pesant. Betty, inquiète, s’avance doucement vers le bureau. La lune reflétée dans la vitre éclaire partiellement la pièce. La porte du bureau de Steven est ouverte. 

 

BETTY

Steven ? 

 

Pas de réponse. Betty entre. Tout est sombre. Rien ne bouge dans la pièce. Dans la pénombre, Betty peut apercevoir une silhouette affalée dans le fauteuil, près de la fenêtre.  

 

BETTY

Steven, est-ce que c’est toi ?

 

Toujours aucune réponse. La silhouette reste figée dans le fauteuil. Betty se décide à allumer la lumière. L’électricité aveugle la jeune femme, qui finit par distinguer la silhouette et s’approche d’elle. L’air horrifié, elle voit Steven, le regard vide, une bouteille de whisky presque vide dans les mains. Il regarde par la fenêtre et fixe un point imaginaire. Son visage est blafard. Lui qui est d’habitude impeccable a une barbe de trois jours et un costume dont la propreté est douteuse. Betty ne l’avait jamais vu comme ça.

 

BETTY

Steven, mais que se passe-t-il ?

 

STEVEN

Fiche moi la paix !

 

En colère, Betty contourne le bureau en chêne et saisit la bouteille de whisky.

 

BETTY

Pas avant que tu me dises ce qui se passe.

 

Steven ne veut pas lâcher la bouteille. Chacun tire de son côté. C’est Betty qui a le dernier mot.

 

BETTY

Tu as bu ! 

 

STEVEN

Et alors ?

 

BETTY

Regarde-toi dans une glace, tu fais pitié à voir.

 

STEVEN

Qu’est-ce que ça peut te faire ? Nous ne sommes plus mariés !

 

BETTY

Je ne vois pas trop le rapport, mais je mets cette remarque stupide sur le compte de l’alcool.

(Elle se radoucit et s’approche plus près de Steven)

Steven, regarde-moi. Tu as des problèmes et j’aimerais bien savoir lesquels. Je pourrais peut-être t’aider.

 

STEVEN

Tu ne peux rien pour moi, Betty. C’est fini, tu comprends ?

 

BETTY

Non, je ne comprends pas. Explique-moi ce qui ne va pas.

 

STEVEN

Ma mère a vendu son âme au diable. 

 

BETTY

(Elle soupire)

Qu’est-ce qu’Hannah a encore fait !

 

STEVEN

Peu importe. Tu ne dois pas savoir.

 

BETTY

Je veux t’aider, Steven.

 

STEVEN

Si tu veux m’aider, alors reste en dehors de tout ceci. 

 

BETTY

Si tu ne me dis pas ce qui se passe, je vais aller voir Hannah.

 

STEVEN

Non ! Reste en dehors de ça. C’est… c’est trop dangereux.

 

BETTY

(Elle panique)

Steven, tu me fais peur ! Je ne t’ai jamais vu dans un état pareil. 

 

STEVEN

Betty, s’il te plaît, va-t’en ! Et ne reviens plus me voir. 

 

BETTY

Je ne peux pas te laisser ici dans cet état.

 

STEVEN

Je vais dormir ici, ne t’inquiète pas. Je ne vais pas prendre le volant. Je veux rester seul, s’il te plaît. Fais ça pour moi. 

 

BETTY

(Elle a les larmes aux yeux)

Steven, je t’aime.

 

STEVEN

Eh bien moi, je ne t’aime pas. 

 

Betty fait demi-tour et s’en va en courant. Seul sur son fauteuil, Steven termine la bouteille de whisky et s’endort.

 

EXT.JOUR / CHESNUT STREET

 

Des employés municipaux commencent à mettre en place des barrages de sécurité pour la parade, prévue ce jour. Lisa Peyton sort ses poubelles. Elle aperçoit alors Paula Dixon qui sort de chez elle pour prendre le journal livré peu avant. Elle se décide à aller la voir. Paula est sur le porche lorsque Lisa l’interpelle. Paula se retourne, visiblement peu encline à discuter avec Lisa. Celle-ci aperçoit le petit paquet que Cal avait déposé la veille sur les marches du perron.

 

LISA

On dirait que c’est à toi. 

 

PAULA

Ce n’est pas à moi.

 

LISA

(Elle observe le paquet)

C’est un paquet cadeau. Il est vrai que tu as fait une fête hier. Merci de ne pas m’avoir invitée. 

 

PAULA

Si tu es venue me faire des reproches, tu peux rentrer chez toi. C’est d’ailleurs ce que je te conseille de faire, parce que je n’ai pas envie de te parler. 

 

LISA

Tu t’es levée du mauvais pied ?

 

PAULA

Non, mon réveil s’est bien passé. Je suis en train de perdre mon temps à te parler, et c’est ça qui me met de mauvaise humeur. 

 

LISA

Tu ne l’ouvres pas ?

 

PAULA

Quoi ?

 

LISA

Ton paquet cadeau, tu ne l’ouvres pas ?

 

PAULA

Je te dis qu’il n’est pas à moi ! 

 

Lisa hausse les épaules et prend la décision d’ouvrir le paquet. En voyant ce qu’il y a à l’intérieur, elle ouvre de grands yeux.

 

LISA

Si tu n’en veux pas, je le garde.

 

PAULA

(Elle se fâche)

Et bien tu n’as qu’à le garder je…

 

Elle se retourne et s’interrompt, mue par la surprise en voyant le contenu du paquet dans la main de Lisa. Il s’agit d’une bague en diamant.

 

LISA

Le Dr Rossi doit être très amoureux pour t’offrir un tel cadeau. Si ce cadeau vient de lui… Il n’y a pas de carte.

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 11/06/2013 20:20

Ce qu'il y a de bien, c'est que la franchise règne entre Paula et Lisa :-)
Elles n'ont aucune illusion à se faire concernant l'estime de l'une pour l'autre =D

Mr. Peyton 12/06/2013 11:42



En même temps, pas sûr qu'il existe une personne au monde qui ait de l'estime pour Lisa