Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 564 : Faire entendre raison

 

int. jour / maison de Prisca Wyatt – cuisine

 

Prisca Wyatt est affairée à la cuisine. Elle nettoie le sol, sans doute pour éviter de penser à ses problèmes. On la sent très nerveuse dans ses gestes. La vitre de la petite porte d’entrée dévoile une silhouette qui frappe sur le carreau. Prisca sursaute. Elle a peur. La personne derrière la porte insiste. Prisca se déplace doucement vers la porte. 

 

PRISCA

Qui est-ce ?

 

ROXANNE (off)

C’est moi, Maman.

 

Prisca ouvre précipitamment la porte et laisse entrer sa fille. 

 

PRISCA

(Paniquée)

Rox, mais qu’est-ce que tu fais ici ? Je te croyais chez ton père.

 

ROXANNE

(Elle fait une moue)

Ça fait plaisir de voir l’accueil que tu réserves à ta fille.

 

Prisca étreint Roxanne. Un peu trop fort. Roxanne se dégage et regarde sa mère en fronçant les sourcils.

 

ROXANNE

Maman, que se passe-t-il ?

 

PRISCA

Tu n’aurais pas dû revenir à Peyton Place. 

 

ROXANNE

Apparemment, ma venue te gêne. Ce n’est pas grave, j’irais prendre une chambre à l’hôtel. 

 

PRISCA

Ce n’est pas ça, Rox. Je t’avais demandé de rester à distance de cette ville. 

 

ROXANNE

C’est à cause de Jack, n’est-ce pas ? Ecoute, je sais qu’il s’agit de mon père biologique, mais ce n’est pas une raison pour…

 

PRISCA

Il ne s’agit pas de Jack. Tu ne comprends pas, Rox. C’est bien plus important.

 

ROXANNE

(Elle secoue la tête)

Est-ce que tu vas finir par me dire ce qu’il se passe ?!

 

PRISCA

Il faut que tu me fasses confiance. Quitte cette ville jusqu’à…

 

Prisca s’interrompt.

 

ROXANNE

Jusqu’à quand, Maman ?...

 

PRISCA

Je te demande juste de me faire confiance.

 

ROXANNE

Comment veux-tu que je te fasse confiance ? Tu m’as menti pendant dix-huit ans sur l’identité de mon père… Tu quittes Anchorage pour une petite ville sans rien dire à personne et sans même penser à ta fille qui se faisait du mouron pour toi. Désolée, Maman, mais tu ne m’as pas donné l’occasion de beaucoup te faire confiance ces derniers temps. De plus, James a besoin de moi. Et puis, j’ai appris que Jim Stanford était en ville et je souhaite le rencontrer.

 

PRISCA

(Elle se redresse, les yeux exorbités)

Tu ne vas pas faire ça ! Je t’interdis de voir cet homme, tu m’entends !

 

ROXANNE

Mais que se passe-t-il à la fin ? Tu agis vraiment bizarrement.

 

PRISCA

Pourquoi veux-tu voir Stanford ?

 

ROXANNE

Parce que je suis proche de ses idées politiques et que je voudrais l’approcher pour en discuter. C’est important pour ma future carrière.

 

PRISCA

De médecin ?

 

ROXANNE

Non, Maman, j’ai décidé de faire carrière dans la politique. 

 

PRISCA

Ecoute, ma chérie. Je ne peux rien te dire, mais sache que ce type n’est pas ce que tu crois qu’il est. C’est un homme dangereux. Il ne faut pas que tu l’approches.

 

Roxanne regarde sa mère comme si elle avait affaire à une personne souffrant de la paranoïa. 

 

ROXANNE

Maman, tu devrais aller voir un médecin. Tu n’es vraiment pas dans ton assiette. Alors, est-ce que tu m’héberges quelques jours, ou bien est-ce que je vais à l’hôtel ?

 

int. jour / fabrique peyton – Secrétariat d'Hannah Cord

 

KC Reid sort du bureau d’Hannah Cord en soupirant puis retourne à son bureau. Steven Cord entre dans la pièce. 

 

KC

Bonjour, Monsieur. Madame Cord n’est pas ici si c’est elle que vous venez voir.

 

STEVEN

Ça va, arrêtez de prendre votre air de naïve petite fille de la campagne. Vous avez du nouveau au sujet de Malooga ?

 

KC

(Qui reprend un ton normal)

Il n’est pas ici. J’ai posé des micros dans le bureau d’Hannah. Elle et Stanford ne parlent pratiquement jamais du dossier. Mais j’ai surpris une conversation téléphonique entre Hannah et Stanford. Je n’ai entendu que votre mère. Elle disait que le dossier était en sûreté dans un coffre. J’ignore si elle parlait de Malooga, mais il y a de fortes chances. D’autant plus que je ne l’ai pas trouvé ici. Et croyais-moi, je suis aussi bonne fouineuse que dactylo. 

 

STEVEN

Il faut arrêter, KC.

 

KC

Arrêter ! Vous êtes tombé sur la tête ! Pas question que ce type devienne Président des Etats-Unis.

 

STEVEN

J’ai reçu des menaces. C’est très sérieux. Si vous persistez à vouloir démasquer ce type, vous risquez très gros. 

 

KC

J’ai passé ma vie à chasser des hommes de son gabarit, Steven. Bien souvent j’ai été confronté au pire. Stanford ne me fait pas peur. 

 

STEVEN

La CIA est impliquée dans cette histoire. 

 

KC

Quoi ?

 

STEVEN

L’organisation criminelle que Stanford a quitté… c’était une branche pourrie de la CIA. Stanford possède une liste de noms connus appartenant à l’organisation. Si vous le démasquez, il sortira cette liste en échange de l’immunité. La CIA ne pourra pas se permettre un scandale de ce genre, vous comprenez ?

 

KC

Vous êtes en train de me dire de me méfier non pas de Stanford, mais de la CIA ?

 

Steven n’a pas le temps de répondre. Prisca arrive en trombe dans la pièce.

 

KC

(Elle panique)

Prisca, qu’est-ce que tu fais ici ? 

 

PRISCA

(A Steven)

Votre secrétaire m’a dit que je pourrais vous trouver ici. Steven, j’ai un énorme problème. Roxanne est à Peyton Place. 

 

STEVEN

Je ne vois pas où est le problème.

 

PRISCA

Le problème, c’est qu’elle veut aller parler à Stanford.

 

STEVEN

Pour quelle raison ?

 

PRISCA

Elle a décidé de poursuivre une carrière politique. 

 

STEVEN

Excusez-moi, Prisca. Mais je ne vois pas ce qu’il y a de catastrophique. Stanford n’a aucune raison de s’en prendre à Roxanne. Est-ce qu’il l’a connaît ?

 

PRISCA

Non, mais…

 

KC

Prisca a toujours tendance à paniquer lorsqu’il s’agit de Stanford, vous pouvez le comprendre. 

 

Elle se lève et va devant Prisca.

 

KC

Roxanne va voir Stanford uniquement pour lui parler. Il ne lui fera pas de mal. Tout va bien se passer. 

 

HANNAH

Et bien ? C’est une réunion au sommet et je n’ai pas été invité ?

 

KC, Prisca et Steven sursautent, surpris par Hannah. 

 

 

INT. JOUR / FABRIQUE PEYTON – BUREAU D’HANNah Cord

 

Hannah entre dans son bureau précipitamment, suivi par Steven, qui ferme la porte derrière lui.

 

HANNAH

J’aimerais bien savoir ce qui se passe. Pourquoi l’ex-femme de Jack est ici ? 

 

STEVEN

C’est une longue histoire, tu sais. 

 

HANNAH

Tu es avocat, Steven. Tu sais faire un résumé des faits. 

 

STEVEN

Ecoute, si je suis ici, c’est pour te parler de Stanford.

 

HANNAH

A la bonne heure, les souscripteurs sont toujours les bienvenus. Laisse le chèque à ma secrétaire.

 

STEVEN

Je peux aussi passer par Malooga.

 

La petite phrase assassine de Steven fait son effet et, un temps, Hannah est désorientée. Elle tente de se reprendre, veut dire quelque chose, mais n’y parvient pas.

 

STEVEN

Je suis au courant de tout, mère.

 

HANNAH

Tu ne sais rien sur Malooga. 

 

STEVEN

J’en sais suffisamment. Comment est-ce que tu as pu t’embarquer dans une histoire pareille ! 

 

HANNAH

Une fois que Jim sera candidat officiel de son parti pour les présidentielles, nous rembourserons tout à Jack. Tu n’as pas à te faire de souci à ce propos. 

 

STEVEN

Je suis bien obligé de me faire du souci. Ma mère est impliquée dans un détournement de fonds. C’est passible d’une peine d’emprisonnement. Que diraient les électeurs s’ils apprenaient que leur candidat aux primaires est un voleur.

 

HANNAH

Ce n’est pas un voleur. Cet argent, nous en avions besoin pour les primaires. C’est un emprunt, rien d’autre. 

 

STEVEN

(Il s’énerve)

Mais enfin, tu es tombée sur la tête ! C’est un acte criminel, bon sang ! 

 

HANNAH

Je te dis que cet argent sera remboursé à la Fabrique dans quelques mois.

 

STEVEN

C’est Stanford qui t’as dit ça ?

 

HANNAH

C’est ce que nous avions prévu dès le départ de l’opération.

 

STEVEN

Stanford est en train de te rouler dans la farine. Tu ne comprends donc pas qu’il t’utilise ! 

 

HANNAH

Si tu es venue pour déblatérer sur Jim, tu peux faire demi-tour et partir. Je te demanderais juste de ne pas ébruiter ce que tu sais à propos de Malooga. 

 

STEVEN

(Choqué)

Tu me demandes d’être ton complice ? 

 

HANNAH

(Posément, elle fait le tour de la table et regarde Steven)

Steven, je ne suis certes pas ta mère naturelle, mais je t’ai élevé du mieux que j’ai pu et je crois avoir bien réussit. Ce que je veux que tu comprennes, c’est que le pays va mal. Les idées politiques de Jim sont bonnes. Elles vont relancer l’économie du pays. Si j’ai pris la décision d’aider Jim, c’est parce que je crois en ses valeurs. Il faut qu’il devienne Président, et peu importe le prix à payer.

 

STEVEN

Tu ne sais pas ce que tu dis, mère. Tu es aveuglée par les promesses de Stanford. Mais il n’est pas qui tu crois. C’est un type dangereux. Un meurtrier qui parvient à ses fins quel qu’en soit le prix. 

 

HANNAH

Steven, tu ne sais pas ce que tu dis. 

 

STEVEN

Je sais ce que je dis. Il faut que tu t’éloignes de ce type. Il a fait partie d’une organisation criminelle et…

 

HANNAH

(Elle l’interrompt d’un geste brusque)

Ça suffit, Steven. Je te demande de quitter ce bureau. Je n’aime pas trop qu’on insulte mon fiancé. 

 

STEVEN

(Choqué)

Fiancé ? 

 

HANNAH

Steven, je sais que tu essaies de me protéger, mais je n’ai pas besoin de protection. Tout va bien se passer. Inutile d’inventer des histoires d’organisation criminelle. Je connais bien Jim et s’il était la personne que tu décries, je m’en serais aperçu depuis longtemps. 

 

STEVEN

Sauf si tu es amoureuse de lui. L’amour rend aveugle, comme on dit. 

 

Hannah ne dit rien. Steven se tourne vers la sortie. Il s’apprête à partir, puis se retourne.

 

STEVEN

Pense à ce que je t’aie dit. Je ne te mens pas. Fais attention à toi. 

 

Puis il s’en va. Seule, Hannah secoue la tête. Visiblement, elle ne croit pas Steven. 

 

 

 


 

à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 06/06/2013 23:11

Mais qu'elle est naïve, cette Hannah !

Mais QUI peut croire à cette histoire de remboursement une fois l'élection remportée ??? :@

Mr. Peyton 07/06/2013 16:12



Je pense que quand on est prêt à tout pour réaliser son rêve, on en vient à croire l'incroyable uniquement pour y parvenir. Hannah croit à ce qui l'arrange de croire.