Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 546 : Des doutes

int. jour / chesnut street – maison de lisa

 

Lisa est assise sur le canapé, regardant un talk-show à la télévision. En fait, elle n’est pas concentrée sur le programme. Les bras croisés et le regard noir, elle a l’air de réfléchir. La porte s’ouvre et Cal entre dans la maison. Il dépose sa veste sur le porte manteau et va rejoindre Lisa dans le salon. 

 

CAL

(En soupirant)

Cette journée s’achève enfin. Il était temps. Je suis vanné.

 

Il s’assoit à côté de Lisa et l’embrasse sur la joue. Mais Lisa ne réagit pas. 

 

CAL

Les jumeaux sont ici ?

 

LISA

(D’un air absent)

Ils jouent dans leur chambre.

 

CAL

Parfait. J’ai vraiment besoin de calme.

 

Il se lève et va jusqu’au bar où il se sert un whisky.

 

CAL

Je te sers quelque chose ?

 

Cal n’a pas de réponse. Avec son verre, il parvient auprès de Lisa et la regarde un moment avant de dire. 

 

CAL

Je sais que tu te fais du souci pour James. Mais je peux t’assurer qu’il est entre de bonnes mains. 

 

LISA

Facile à dire. Il est chez les fous ! 

 

CAL

Ton fils a perdu la mémoire, il est loin d’être fou. Arrête de te faire du mouron.

 

LISA

Comment veux-tu que j’arrête de me faire du mouron. Il ne sait même pas que Linden est mort. 

 

CAL

Tu as parlé avec le Dr Candrell ?

 

LISA

Je n’ai pas pu. Il n’était pas là. En revanche…

 

Elle fronce les sourcils.

 

CAL

(Il l’encourage)

En revanche, quoi ?

 

LISA

C’est étrange, Cal. Mais la police était à Peyton Hill. Apparemment, Elby a disparu.

 

Long silence. Cal regarde son verre, puis boit une gorgée.

 

LISA

Tu m’as pourtant dit qu’il partait pour le Texas.

 

CAL

(Il hausse les épaules, l’air indifférent)

C’est en tout cas ce qu’il m’a dit. 

 

LISA

De toute évidence, ce n’est pas le cas. C’est vraiment bizarre. 

 

CAL

Si ça se trouve, il a décidé de partir en vacances sans prévenir personne. Ce genre de choses arrive souvent. 

 

LISA

Partir avec un carnet de rendez-vous rempli ?

 

CAL

Dans notre métier, nombreux sont les médecins qui craquent…

 

LISA

Elby n’est pas du genre à craquer… Tu ne m’as pas parlé de l’entretien que tu as eu avec lui. 

 

CAL

(Il hausse de nouveau les épaules)

Il n’y a pas grand-chose à dire. J’ai demandé à Elby de te laisser tranquille sans quoi il aurait affaire à moi. 

 

LISA

Et il t’a dit oui… (elle claque les doigts)… Comme ça ? 

 

CAL

Bien sûr que non. Ça n’a pas été aussi facile. 

(Il fronce soudain les sourcils)

Tu n’es pas en train de m’accuser… d’être à l’origine de sa disparition, tout de même ?

 

LISA

Je n’ai pas dit ça. Je dis simplement qu’Elby n’était pas du genre à obtempérer de la sorte, même en étant menacé. 

 

CAL

(Il se lève)

Pour tout t’avouer, nous nous sommes battus. Je voulais t’épargner les détails. Je lui aie tordu le bras et je crois lui avoir fait très peur. C’est pourquoi il a accepté de te laisser tranquille.

(Il se rassoit et lui caresse doucement le bras)

A mon avis, je pense qu’après cette expérience malheureuse, il a voulu s’éloigner. Il reviendra. 

 

Il l’embrasse, puis lui sourit.

 

CAL

Ce soir, c’est moi qui prépare le dîner. Au menu : hamburgers dégoulinants d’huile, les enfants vont adorer. 

 

Lisa fait oui de la tête. Cal se lève et va dans la cuisine. L’air préoccupé, elle le regarde s’éloigner.   

 

INT. SOIR / MAISON DE BETTY – SALON

 

Betty a installé une planche à repasser non loin de la télévision. Elle repasse tout en regardant une sitcom lorsque la sonnette de la porte d’entrée retentit. Elle pose son fer à repasser et va ouvrir. C’est Paula. Elle fait triste mine.

 

BETTY

Tu as enterré quelqu’un aujourd’hui ?

 

PAULA

J’ai besoin d’un petit remontant.

 

BETTY

Tu as frappé à la bonne porte. Entre. 

 

Paula voit alors la planche à repasser.

 

PAULA

Je te dérange. Je ferais mieux de rentrer…

 

BETTY

Ne dis pas de bêtises. Tu me sauves d’une tâche ménagère que je déteste. Viens t’asseoir. Whisky ?

 

PAULA

Un double, ça ne me fera pas de mal. 

 

Betty sert rapidement un verre qu’elle tend à Paula et s’assoit à ses côtés sur le canapé.

 

BETTY

Si tu me disais ce qui ne va pas.

 

PAULA

Je me fais peut-être des idées… C’est le Dr Rossi. 

 

BETTY

Que se passe-t-il avec lui ?

 

PAULA

Je n’en sais rien. Aujourd’hui, à l’hôpital, il était distant vis-à-vis de moi.

 

BETTY

Il était peut-être préoccupé par son travail. 

 

PAULA

Je le connais. Quelque chose le chipote et je ne sais pas quoi. 

 

BETTY

Et il ne t’est pas venu à l’idée de lui demander ce qu’il avait ?

 

PAULA

Il m’a évité toute la journée et il a refusé de dîner avec moi. Je… Je crois qu’il regrette le baiser de la dernière fois. 

 

BETTY

(Elle tapote la jambe de son amie)

J’ai comme l’impression que tu es tombée amoureuse de ce type, je me trompe ?

 

PAULA

Non, tu ne te trompes pas. Le problème, c’est que je pense que ce n’est pas réciproque. 

 

ext. soir / chesnut street – devant la maison de paula

 

Paula rentre chez elle. Elle emprunte l’allée de son jardin menant à la maison. L’air est frais et elle resserre son châle sur elle. Elle parvient sur le perron et s’apprête à ouvrir la porte quand un bruit la fait sursauter. A sa gauche se tient Cal, dans la pénombre. Paula se tourne vers lui. Cal a le visage dans la pénombre et l’ombre de la lune lui donne un air menaçant. Même son sourire semble menaçant.

 

CAL

(En chantonnant)

Bonsoir, petite Paula. Belle soirée, n’est-ce pas ?

 

Paula ne répond pas et veut ouvrir la porte, mais Cal se précipite vers elle. Elle crie de terreur. Cal pose son index sur sa bouche. 

 

CAL

Chhhhut. 

 

PAULA

(La voix tremblante)

Partez ! S’il vous plaît, partez ! 

 

CAL

Vous ne me demandez pas pourquoi je suis ici ?

 

PAULA

Je veux que vous partiez. 

 

CAL

Et moi, je veux savoir pourquoi vous avez démissionné. J’ai appris la nouvelle aujourd’hui et je dois avouer qu’elle m’a consternée.

 

PAULA

(De la peur, elle passe à la colère)

C’est à cause de vous que j’ai démissionné, pauvre fou ! Je n’arrive plus à supporter votre jeu malsain. 

 

CAL

(Il se met à rire)

Parce que vous croyez qu’en quittant l’hôpital, tout va s’arrêter ? Vous vous trompez, petite Paula. Vous et moi, c’est pour la vie. Vous ne le savez pas encore, mais je peux vous l’assurer.

 

PAULA

(Avec dédain)

Vous êtes l’homme le plus abject que j’ai jamais rencontré.

 

CAL

Vous n’aviez pas besoin de quitter votre emploi, petite Paula. Parce qu’on sera amené à se voir très souvent, même si vous ne travaillez plus à l’hôpital. J’habite chez Lisa, maintenant… 

(Il s’approche dangereusement d’elle et murmure)

A quelques mètres à peine de chez vous. Cette perspective ne vous excite pas ? Cette nuit, quand vous serez seule dans votre lit, pensez à moi qui suit tout près. Mais peut-être ne voulez-vous pas passer la nuit seule. Dans ce cas dites-le moi et tout peut s’arranger.

 

PAULA

(A la fois terrifiée et en colère)

Si vous ne quittez pas ma propriété à la seconde, je vous promets que je hurle à faire réveiller tout le quartier, y compris Lisa. Vous seriez dans ce cas bien embêter pour trouver une excuse à votre présence ici. 

 

CAL

(Il rit)

Petite Paula… Vous n’avez pas froid aux yeux. C’est aussi ça qui m’excite chez vous. A bientôt…

 

Cal tourne les talons et s’en va. Décontenancée, Paula saisit sa clé et tente de la mettre dans la serrure de la porte, mais elle tremble tellement qu’elle n’y parvient qu’au bout de la quatrième tentative.

 

int. soir / maison de paula

 

Paula rentre et ferme la porte à clé avant d’appuyer son dos contre celle-ci. Elle tremble de tous ses membres, tout en poussant un grand soupir. Elle porte les mains à son visage. Puis elle va au salon et se saisit du combiné téléphonique. Elle appelle l’hôpital. 

 

VOIX (off)

Hôpital de Peyton Place.

 

PAULA

Claudia, c'est Paula Dixon. Pouvez-vous me passer le Dr Rossi, s’il vous plaît ?

 

CLAUDIA (off)

Le Dr Rossi n’est pas de garde cette nuit. 

 

Paula est interloquée. Mike lui avait dit qu’il serait de garde. 

 

PAULA

Vous êtes sûre ? Vérifiez, s’il vous plaît.

 

CLAUDIA (off)

Je n’ai pas besoin de vérifier Paula, je sais parfaitement qui est de garde et qui ne l’est pas.

 

Paula raccroche le téléphone. 

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 13/05/2013 10:51

Inquiétant ce revirement du Dr Rossi ! Est-ce que Cal a quelque chose à voir là-dedans ? Quel odieux personnage :-@

Mr. Peyton 16/05/2013 16:42



Il faut espérer que Cal n'est pas responsable de tous les maux de Peyton Place