Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 501 : K.C.

EXT. JOUR / CHESNUT STREET

 

Il fait encore frais à cette période de l’année et c’est munie d’un gilet en laine blanc que Prisca Wyatt sort de chez elle pour aller chercher son courrier. Elle ouvre la boîte aux lettres juste au moment où Jack gare sa voiture devant son allée et en sort. Il se dirige vers elle. Prisca soupire.

 

PRISCA

Jack, qu’est-ce que tu viens faire ici ?

 

JACK

Terminer notre conversation de la dernière fois.

 

PRISCA

Cette conversation est terminée. Je t’ai dit tout ce que tu voulais savoir. Maintenant, si tu étais trop ivre pour t’en souvenir, ce n’est pas mon problème.

 

Elle s’apprête à rentrer chez elle, mais Jack la retient par le bras.

 

JACK

Arrête ça, tu veux. 

 

PRISCA

Que j’arrête quoi ? Rox n’est pas ta fille. Je te l’ai dit la dernière fois. Je suis tombée enceinte un an après notre séparation. 

 

JACK

Après que tu m’aies laissé tomber, tu veux dire…

 

PRISCA

Jack, je t’en prie. Ne joue pas sur les mots. Arrête un peu de parler du passé. Roxanne n’est pas ta fille. Un point c’est tout.

 

JACK

J’espère que tu ne mens pas cette fois, Prisca. Parce que si c’est le cas, ton mensonge aurait des conséquences fâcheuses sur la vie de plusieurs personnes.

 

PRISCA

(Elle fronce les sourcils)

Mais de quoi tu parles ?

 

JACK

Je veux simplement m’assurer que Roxanne n’est pas ma fille, c’est tout.

 

PRISCA

Pourquoi parles-tu de conséquences fâcheuses ?

 

JACK

Ca ne devrait pas t’intéresser, puisque tu dis qu’elle n’est pas ma fille. 

 

PRISCA

Je voudrais bien savoir ce que tu as dans la tête.

 

JACK

Chacun a ses secrets. Je ne fais pas exception à la règle. 

 

Il tourne les talons et s’engouffre dans la voiture. Prisca le regarde partir.

 

EXT. JOUR / FABRIQUE PEYTON 

 

Plan de situation.

 

INT. JOUR / FABRIQUE PEYTON – SECRETARIAT

 

Une jeune femme blonde aux yeux bleus est accroupie sur le sol, juste à côté d’une armoire. Elle fouille dans l’armoire. Une radio diffuse un air de rock n’roll et la jeune femme chante à tue-tête une chanson d’Elvis Presley tout en se déhanchant au rythme de la musique.

Hannah Cord entre dans la pièce, sa mallette de travail à la main. Elle redresse la tête en voyant la jeune femme affairée dans l’armoire, en train de chanter. Hannah est bien évidemment choquée par la scène et pince les lèvres.

Hannah se dirige vers le poste de radio. Ses pas sont couverts par la musique, si bien que la jeune femme ne l’entend pas. Hannah éteint la radio. Surprise sur le fait, la jeune femme se redresse et se cogne la tête contre l’étagère supérieure de l’armoire. Appuyant sa main contre sa tête, elle se relève maladroitement et fait face à Hannah.

 

HANNAH

(D’une voix imposante)

Je peux savoir ce qui se passe ici ?

 

KC

(Impressionnée par la voix)

Bonjour, Mme Cord. Je m’appelle KC Reid. Je suis envoyée par l’agence.

 

KC tend la main à Hannah qui ne lui répond pas. 

 

HANNAH

KC ?

 

KC

(Elle hausse les épaules)

Mes parents ne pouvaient pas se décider entre Katherine et Chloe. Ils ont donc choisi les deux. 

 

HANNAH

C’est donc l’agence qui vous envoie.

 

KC

Oui, Madame.

 

HANNAH

Et, si je puis me permettre… que faisiez-vous à quatre pattes dans l’armoire ?

 

KC

Je cherchais les filtres à café. Je voulais vous en préparer avant votre arrivée.

 

HANNAH

Là, vous marquez un point. D’où venez-vous, KC ?

 

KC

Du Kansas, Madame. 

 

HANNAH

Non, je veux dire : où travailliez-vous avant de venir ici.

 

KC

Au Kansas. Je viens tout juste d’arriver en Nouvelle Angleterre.

 

HANNAH

Dans quelle société ?

 

KC

La Reid Farm, Madame.

 

Hannah regarde KC avec surprise.

 

HANNAH

J’ai peur de vous demander ce que vous y faisiez.

 

KC

Oh, un peu de tout… Je remplissais des déclarations, je m’occupais de tout ce qui était administratif, et j’allais aussi à la traite des vaches tôt le matin. 

 

HANNAH

(Elle soupire)

Et vous faisiez tout cela en musique, je suppose…

 

KC

Ouais. J’adore la musique. C’est en musique que je travaille le mieux.

 

HANNAH

Un « oui » m’aurait suffi. Toujours est-il que c’est bien dommage, parce que la musique n’est pas autorisée ici.

 

KC

(Un air innocent)

Ah bon ! Papa me laissait toujours écouter la radio à la Ferme.

 

HANNAH

Oui, mais vous n’êtes pas dans une ferme, ici. Vous êtes dans une des Fabriques de textiles les plus importantes du pays.  

 

KC

Vous n’allez pas me garder, n’est-ce pas ?

 

HANNAH

J’ai besoin de quelqu’un de très compétant, KC. Pas seulement quelqu’un qui sache faire du café.

 

KC

Oh, mais je sais faire plein de trucs, Madame.

 

HANNAH

Parlez convenablement n’en fait pas partie, je suppose. Combien tapez-vous de mots ?

 

KC

Oh, je ne sais pas… Plusieurs milliers…

 

HANNAH

(Lève les yeux au ciel)

Je parlais de mots à la minute, KC… A la machine… La machine à écrire.

 

KC

(Qui semble enfin comprendre)

Ah oui ! Je sais bien taper, Madame. On avait une machine à écrire à la Ferme. Papa disait que je tapais vite. 

 

HANNAH

KC, vous êtes gentille. Mais j’ai besoin d’une jeune femme qui a de l’expérience dans le domaine du secrétariat. 

 

KC

Je peux vous montrer, si vous voulez…

 

HANNAH

Me montrer quoi ?

 

KC

Que je sais bien « frapper » à la machine.

 

Hannah soupire une nouvelle fois. 

 

HANNAH

Très bien.

 

Elle saisit un contrat sur la table et le tend à KC. 

 

HANNAH

Recopiez ce texte. 

 

KC prend une feuille qu’elle place dans la machine à écrire avec une dextérité qui étonne Hannah. Mais le plus étonnant, c’est qu’elle tape à la machine à une allure impressionnante. Sans même regarder un seul instant le clavier. Impressionnée, Hannah ouvre de grands yeux. 

Finalement, KC retire la feuille du chariot de la machine et la tend à Hannah. Celle-ci lit le texte. 

 

HANNAH

Aucune faute. Je suis impressionnée.

 

KC

Ça veut dire que vous me gardez ?

 

HANNAH

Je vous laisse une période d’essai de quinze jours. Nous verrons bien ensuite.

 

Heureuse, KC se jette dans les bras d’Hannah. Celle-ci est d’abord surprise, puis mal à l’aise. 

 

KC

Merci Madame.

 

Doucement, Hannah se retire de l’étreinte. 

 

HANNAH

Installez-vous, KC. Je reviens avec un rapport. 

 

Hannah veut aller à son bureau, et soudain, elle s’arrête, mue par la surprise.

 

HANNAH

KC ?

 

KC

Oui Madame ?

 

HANNAH

Pourquoi la porte de mon bureau est-elle ouverte ?

 

KC

Oh, c’est le comptable qui est là.

 

HANNAH

Le comptable ? Quel comptable ?

 

KC

(Elle hausse les épaules)

Sais pas…

 

HANNAH

KC, règle numéro deux après l’abstinence de musique : ne jamais faire entrer quelqu’un dans mon bureau quand je suis absente. 

 

KC

J’essaierai de m’en souvenir, Madame.

 

HANNAH

Un bon conseil : faites plus qu’essayer. 

 

Hannah se rend à son bureau.

 

 

INT. JOUR / FABRIQUE PEYTON – BUREAU DE HANNAH CORD

 

Un homme d’une trentaine d’année, vêtu d’un costume et d’une cravate, flanqué d’une grosse paire de lunettes à monture noire, est assis au bureau d’Hannah. Sur le bureau est étalée une quantité incroyable de papiers et documents de toutes sortes. L’homme, Jeff Bailey, consulte un registre et tape frénétiquement sur une calculatrice dernier cri. 

 

HANNAH

Qu’est-ce que vous fabriquez dans mon bureau ?

 

Trop occupé à additionner des chiffres, Jeff ne répond pas. Hannah s’avance d’un air menaçant.

 

HANNAH

Je vous ai posé une question !

 

Elle frappe du poing et Jeff se redresse en sursautant. Il était tellement plongé dans ses comptes qu’il n’avait pas entendu Hannah. 

 

JEFF

Mme Cord, je suppose ?

 

HANNAH

Et qui êtes-vous ? Et que faites-vous ici, dans mon bureau ?

 

JACK

Il s’appelle Jeff Bailey, c’est mon comptable et il est venu vérifier les comptes de la Fabrique.

 

Surprise, Hannah se retourne et voit Jack sur le palier de la porte.

 

HANNAH

Bon sang, Jack ! J’ai besoin de mon bureau.

 

JACK

Je lui ai donné le champ libre pour examiner les comptes. 

 

HANNAH

Tu ne me fais pas confiance, c’est ça ?

 

JACK

Comment pourrais-je te faire confiance ?

 

HANNAH

(A Jeff)

Très bien, faites comme bon vous semble. De toute façon, vous ne trouverez rien. Les comptes sont limpides.

(En regardant Jack)

Je n’ai rien à cacher.

 

Elle quitte la pièce et se rend au secrétariat.

 

INT. JOUR / FABRIQUE PEYTON – SECRETARIAT

 

KC brandit triomphalement un filtre à café et sourit. 

 

KC

J’ai trouvé les filtres. 

 

HANNAH

(Elle s’approche de KC)

Règle numéro 3 : Ne jamais faire entrer quelqu’un dans mon bureau si je n’y suis pas. 

 

KC

Je vais devoir prendre des notes pour me rappeler de tout ça.

 


à suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 25/02/2013 19:24

Un peu trop provinciale pour être honnête, cette KC ;-)

Mr. Peyton 26/02/2013 15:17



Ah la la.... Il suffit qu'un nouveau personnage sympathique débarque à Peyton Place pour que tout de suite le lecteur devient soupçonneux quant à ses bonnes intentions