Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 485 : Mystère à Lausanne (4/9)

INT. JOUR / CHAMBRE D’AURELIEN ET DE JAMES

 

Aurélien est avec Steven et Jack. Ce dernier regarde avec tristesse le côté de la chambre occupé habituellement par James. Il imagine James travaillant à son bureau, à côté du globe terrestre lumineux. Puis il regarde le lit vide impeccablement fait et imagine James couché en train de lire un roman. 

 

AURELIEN

Je suis vraiment désolé de ce qui arrive à James. Il ne mérite pas ça. 

 

STEVEN

Vous pensez que Tony MacAllister a mérité ce qui lui est arrivé ?

 

AURELIEN

Sans aucun doute. 

 

STEVEN

Vous avez dit à la police avoir vu James pousser McAllister par-dessus bord.

 

AURELIEN

C’est exact. 

 

STEVEN

Pouvez-vous nous raconter ?

 

AURELIEN

J’ai déjà tout dit à la police. Vous n’avez qu’à consulter le dossier.

 

STEVEN

Je préfère entendre l’histoire de votre bouche.

 

AURELIEN

Nous étions fatigués par cette journée passée à Evian…

 

FLASH-BACK – EXT. JOUR / SUR LE FERRY

 

Aurélien est assis sur un banc, à l’avant du ferry. Il contemple le lac Léman, blottie dans un manteau de fourrure. Debbie Michels s’approche de lui, avec deux verres dans la main. 

 

DEBBIE

Un petit whisky devrait pouvoir te réchauffer.

 

AURELIEN

Je crois avoir suffisamment bu au restaurant tout à l’heure. Et si tu veux mon avis, toi aussi.

 

DEBBIE

(Elle porte le verre à ses lèvres)

Moi, j’ai une bonne raison. James vient de rompre.

 

AURELIEN

Je suis désolé, Deb. Sincèrement.

 

Il boit une gorgée de whisky.

 

DEBBIE

(Désignant la boisson)

Et toi, quelle est ton excuse ?

 

AURELIEN

J’ai froid, et le whisky me réchauffe.

 

DEBBIE

Je vais me contenter de cette explication. Dis-moi, Aurélien. James sort avec Rox, n’est-ce pas ?

 

AURELIEN

Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

 

DEBBIE

C’est Tony qui me l’a dit.

 

AURELIEN

Et tu crois ce que cet imbécile te raconte ?

 

DEBBIE

Il suffit de voir les regards que se lancent James et Rox pour comprendre. Je ne suis pas stupide. Et Tony non plus.

 

AURELIEN

Tout ce que je sais, c’est que James ne sortira pas avec Rox tant qu’il n’aura pas rompu avec toi.

 

DEBBIE

Et bien. Il a le champ libre, désormais.

 

Elle avale le reste du whisky cul sec. Aurélien l’imite. 

 

FIN DU FLASH BACK – INT. JOUR / CHAMBRE D’AURELIEN

 

Aurélien regarde Steven et James.

 

AURELIEN

Deb est retournée à l’intérieur du ferry et je suis resté un moment à l’avant. J’étais groggy par l’alcool. Je n’ai pas l’habitude de boire autant. A un moment donné, j’ai eu le mal de mer…

 

FLASH-BACK – EXT.JOUR / SUR LE FERRY

 

Aurélien se lève du banc. Il a un haut-le-cœur. Tout tourne autour de lui. Il se penche par-dessus bord et vomis. Puis il se relève et aperçoit, à l’autre extrémité du bateau, deux hommes qui se disputent. Puis, très rapidement, un des deux hommes frappe l’autre avec une bouteille et le balance par-dessus bord.

 

FIN DU FLASH-BACK INT. JOUR / CHAMBRE D’AURELIEN

 

Steven a un air interrogateur. 

 

STEVEN

Vous étiez à l’autre extrémité du bateau. Comment pouvez-vous être sûr qu’il s’agissait de James ?

 

AURELIEN

J’en suis sûr, voilà tout.

 

STEVEN

Avez-vous vu son visage ?

 

AURELIEN

Il était trop loin. Mais une chose est sûre : c’était bien James.

 

JACK

Comment pouvez-vous en être si sûr ?

 

AURELIEN

Simplement parce que j’ai reconnu ses vêtements. Il portait un jean avec un pull à rayures bleu et blanc. Il ne pouvait pas y avoir d’erreur. 

 

EXT. JOUR / HOTEL AGORA – LAUSANNE

 

Plan de situation.

 

INT. JOUR / HOTEL AGORA – CHAMBRE DE STEVEN CORD

 

La chambre de Steven est grande et de couleur rose foncé donnant un aspect intime et chaud à l’ensemble de la pièce. Assis sur son grand lit, Steven est au téléphone avec Betty Anderson. 

 

STEVEN

Je sais Betty... Réfléchis à la situation. Tu connais Hannah, tu sais qu’elle est capable de tout… Je ne sais pas… On va bien trouver une solution…

 

Jack frappe à la porte et entre.

 

STEVEN (suite avec Betty) 

… Ecoute, on en parlera à mon retour, d’accord ? A bientôt. Au revoir.

 

Il raccroche. 

 

JACK

Steven, il y avait un message à la réception de l’hôtel qui nous était adressé. Elle vient de ton ami Bassec. Il a du nouveau.

 

INT. JOUR / POSTE DE POLICE – LAUSANNE – SALLE D’INTERROGATOIRE

 

Steven est seul avec James dans la pièce. 

 

STEVEN

James, je voudrais savoir une chose. Sur le ferry, au retour, est-ce que tu as enlevé tes vêtements pour une raison ou une autre ?

 

JAMES

Non, pourquoi ?

 

STEVEN

Je ne sais pas, quelqu’un aurait pu renverser un verre sur ton pull ou quelque chose dans ce genre qui t’aurait obligé à l’enlever. 

 

JAMES

Non… J’ai gardé les mêmes vêtements toute la journée. Je ne me suis pas changé.

 

STEVEN

Un jean et un pull à rayures bleu et blanc, c’est ça ?

 

JAMES

Oui. Mais pourquoi cette question ?

 

INT. JOUR / POSTE DE POLICE DE LAUSANNE

 

Derrière la vitre sans tain, Jack observe Steven et James. Florian Bassec entre dans la pièce. Jack se tourne vers lui.

 

JACK

Capitaine... Vous disiez avoir du nouveau.

 

FLO

Attendons Steven, si vous voulez bien.

 

JACK

Non, je ne veux pas. Si ça concerne James, je veux savoir. Je suis son Oncle.

 

FLO

Mais pas son avocat. Or, c’est à son avocat que je dois en parler. 

 

JACK

J’ai l’impression que vous ne m’aimez pas beaucoup, Capitaine. Je me trompe ?

 

FLO

Je n’ai aucun à priori sur vous, Mr Peyton. J’estime simplement que chacun doit pouvoir rester à sa place dans cette affaire.

 

JACK

Vous croyez James coupable ?

 

FLO

Je m’intéresse au fait, comme tout policier doit faire.

 

Steven sort de la salle d’interrogation et se dirige vers les deux hommes.

 

STEVEN

James a toujours porté son pull et son jean. Il ne s’est pas changé.

 

JACK

Donc Charpentier ment. C’est évident. 

 

On sent que Bassec est exaspéré par Jack. Pourtant, il ne relève pas la remarque.

 

STEVEN

Flo, tu m’as dit avoir du nouveau.

 

FLO

Exact. En perquisitionnant la chambre de MacAllister, nous avons retrouvé un calepin. Une sorte d’agenda qui était planqué dans un tiroir de son bureau qui avait un double fond.

 

STEVEN

Pour l’avoir si bien caché, il doit receler des secrets.

 

FLO

Pas vraiment. Il y a une succession de chiffres. Comme si MacAllister tenait des comptes.

 

STEVEN

Il faisait chanter le jeune Charpentier. C’est peut-être les sommes qu’il lui donnait.

 

FLO

C’est tout à fait possible. Mais il y a autre chose. Sur le calepin, à la date de la mort de MacAllister, il y a trois lettres d’inscrit.

 

STEVEN

Trois lettres ?

 

FLO

(En hochant la tête)

T.G.C.

 

STEVEN

Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ?

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 01/02/2013 19:31

*Ta G***le Charpentier* ???

Non, sérieux, emprisonner un gosse sur un faible témoignage pareil... Mais qu'est-ce qu'elle fait la police suise ? =D

Mr. Peyton 04/02/2013 08:37



Heureusement que les détectives en herbe Steven et Jack sont là pour démêler cette triste histoire