Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 479 : La manifestation

EXT. JOUR / BÂTIMENT DU PEYTON PROFESSIONAL

 

Plan de situation

 

INT. JOUR / PEYTON PROFESSIONAL – BUREAU DE STEVEN CORD

 

Steven Cord  a son manteau sur lui et sa mallette en main. Il s’apprête à mettre son chapeau lorsque Jack entre dans le bureau.

 

STEVEN

Frapper avant d’entrer, tu ne connais pas ?

 

JACK

Tu t’en vas ?

 

STEVEN

Oui, j’ai un rendez-vous et je suis déjà très en retard.

 

JACK

Je n’en ai pas pour longtemps.

 

STEVEN

Qu’est-ce que tu veux, Jack ?

 

JACK

J’ai besoin de tes services. Je ne te demande qu’une minute.

 

STEVEN

(Il capitule en soupirant)

Je t’écoute.

 

JACK

J’aimerais que tu enquêtes sur le passé d’une femme. Je te paierais rondement. 

 

STEVEN

Jack, je suis avocat, pas détective privé.

 

JACK

Oui, mais tu connais pas mal de monde dans ce milieu. Donne-moi au moins une adresse.

 

STEVEN

Sur qui veux-tu enquêter ?

 

JACK

Une femme qui s’appelle Prisca Wyatt. Je veux savoir ce qu’elle a fait il y a dix-huit ans de cela.

 

STEVEN

(Surpris)

A l’époque où elle t’as quittée. 

 

JACK

Quoi ?

 

STEVEN

Prisca Wyatt était ton épouse.

 

JACK

Comment sais-tu cela ?

 

STEVEN

Parce que Lisa m’a demandé de faire des recherches sur elle. C’était juste avant ton mariage. Elle pensait que tu étais toujours amoureux d’elle et elle voulait la retrouver pour t’empêcher de te marier avec Betty. J’ai refusé, comme je te le refuse maintenant. Jack, si tu veux connaître le passé de ton ex-femme, fais appel à un détective privé et laisse-moi en dehors de cela. Maintenant, excuses-moi, mais je dois aller à mon rendez-vous.

 

Steven sort de la pièce et rencontre sa mère Hannah Cord dans le bureau de la secrétaire.

 

HANNAH

Steven, je suis ennuyée, ma voiture ne veut pas démarrer et je dois aller à la Fabrique. Pourrais-tu m’y emmener ?

 

STEVEN

Je n’ai pas le temps. Mais demande à ton vrai fils, il est dans mon bureau, il se fera un plaisir de te rendre ce service. Vous avez tellement de choses en commun.

 

Sans attendre de réponse à son pic, il prend la sortie. Jack sort à son tour du bureau. 

 

HANNAH

Tu t’es encore disputé avec Steven.

 

JACK

Hannah, qu’est-ce que tu veux ?

 

INT. JOUR / VOITURE DE JACK

 

Jack roule en direction de la Fabrique, Hannah à ses côtés.

 

HANNAH

Jack, que se passe-t-il ? Tu n’as pas décroché un mot depuis qu’on est parti.

 

JACK

Je n’ai rien à dire.

 

HANNAH

Tu sembles contrarié… Un problème avec Steven ?

 

JACK

Laisse tomber, Hannah. Ça ne te regarde pas.

 

Vexée, Hannah ne dit plus rien et colle son visage à la vitre. Jack prend le dernier virage en direction de la Fabrique, puis il freine et fronce les sourcils en regardant droit devant lui.

 

JACK

Qu’est-ce que c’est que ça ?

 

Hannah regarde à son tour. 

Une multitude d’ouvriers campent devant l’entrée de la Fabrique, avec des pancartes de fortunes sollicitant de meilleures conditions de travail, des meilleures considérations et une augmentation substantielle. D’autres pancartes prônent le renvoi immédiat d’Hannah Cord de la Direction de l’entreprise. Les ouvriers ne laissent pas entrer la voiture de Jack. Celui s’arrête et regarde Hannah.

 

JACK

Je fais quoi, maintenant ?

 

HANNAH

(Elle pince les lèvres)

C’est encore un coup tordu de Betty Anderson.

 

JACK

Oh, je t’en prie ! Les conditions de travail des ouvriers sont déplorables, et tu le sais très bien. Je n’aurais jamais dû te laisser faire. 

 

HANNAH

Tu es bien content d’avoir un chiffre d’affaires qui gonfle. 

 

JACK

Il me servira à quoi, ton chiffre d’affaires, si la Fabrique ferme ses portes !

 

HANNAH

Elle ne fermera pas ses portes. Les ouvriers ont besoin de travail. Ils vont revenir à de meilleurs sentiments. Fais demi-tour. Nous parlerons tranquillement à la maison.

 

Au lieu de cela, Jack met le frein à main et sort de la voiture. Il s’avance courageusement vers les ouvriers en colère.

 

JACK

Messieurs dames. Que se passe-t-il ?

 

Brett Morval s’avance vers lui.

 

BRETT

Il se passe que les ouvriers ont décidé de faire grève, Monsieur Peyton.

 

JACK

Vous êtes le chef de file ?

 

BRETT

Oui, Monsieur. Mon nom est Brett Morval.

 

JACK

(Montrant du doigt les différentes banderoles)

Je vois que vous avez plusieurs revendications. Cela demande réflexion de notre part. Vous devriez reprendre le travail et nous tâcherons de régler cette situation.

 

BRETT

Sauf votre respect, Monsieur Peyton, nous ne reprendrons pas le travail tant que les choses ne seront pas clairement établies. Nous vivons dans des conditions de travail déplorables et nous avons dû augmenter notre cadence sans augmentation de salaire. C’est inacceptable. 

 

JACK

Qu’est-ce qui pourrais vous décider à reprendre le travail ?

 

BRETT

(Il regarde Hannah tassée dans la voiture)

On ne veut plus d’elle, Monsieur. Les ouvriers en ont assez de ces brimades qu’elle impose à longueur de journée. Nous voulons aussi de nouvelles machines et une réduction de cadence pour le travail à la chaîne.

 

JACK

Ça fait beaucoup en aussi peu de temps, Brett. Vous vous en rendez compte.

 

BRETT

Monsieur Peyton, nous pensons que si Mme Cord est démise de ses fonctions, tout ira mieux au sein de l’entreprise. Nous songerons alors à reprendre le travail tout en continuant à négocier.

 

JACK

Vous êtes en train de me dire que vous ne reprendrez pas le travail tant que Mme Cord sera à la tête de la Fabrique ?

 

BRETT

C’est bien ça, Monsieur.

 

JACK

Ca ressemble plus à un chantage qu’à une revendication. 

 

BRETT

Le problème, c’est Mme Cord. Je sais que c’est votre mère, Monsieur, mais c’est elle qui a semé la discorde ici. Elle a divisé pour mieux régner. Aujourd’hui, elle ne récolte que ce qu’elle a semé. 

 

Jack soupire et regarde sa mère qui est restée dans la voiture. Doucement, il retourne vers le véhicule, s’y engouffre et fait demi-tour. Les ouvriers les regardent partir. 

Un homme, Seth Buswell, s’avance près de Brett.

 

SETH

Qu’est-ce qu’on fait, maintenant ?

 

BRETT

On attend.

 

SETH

Et en attendant, on n’est pas payés ! 

 

BRETT

Ca ne sera pas long, Seth.

 

SETH

Je peux pas attendre, Brett. Tu le sais bien. Si on bosse pas aujourd’hui, tous ceux qui ont des mômes auront pas de quoi les nourrir. 

 

Brett réfléchit un instant, puis fait signe à Seth de le rejoindre dans un coin tranquille. Là, il tire de sa poche une liasse de billets et en tend trois à Seth. Ce dernier est surpris.

 

SETH

Bon sang, Brett. Où t’as trouvé ce pognon ?

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 24/01/2013 11:20

Vivement demain, qu'on sache ce que décide Jack !!!

En tous cas, il est courageux d'être allé discuter avec les grévistes sans escorte ;-))

Mr. Peyton 24/01/2013 15:50



C'est vrai, on ne lui reconnaît pas assez de qualités à ce pauvre Jack.