Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 464 : L'esprit de Noël (4)

 

noel4.jpg

 

EXT. NUIT / UNE ROUTE DESERTE LOIN DE PEYTON PLACE

 

La pluie tombe dru. La femme rousse aux yeux verts est toujours en train de conduire. Les essuie-glaces balaient le pare-brise à une cadence rapide. Malgré cela, la visibilité n’est pas bonne. La femme est angoissée. Cela se voit sur son visage.

La femme aperçoit soudain un panneau lumineux lui annonçant qu’un motel est situé à 1 mile d’ici. 

Elle fait encore quelques mètres et aperçoit le motel. Il est situé à l’écart de la route. A part le motel, un petit restaurant et une station-service, il n’y a aucun autre bâtiment aux alentours. Elle se gare sur le parking, descend de la voiture et court jusqu’à l’entrée du motel. Pendant qu’elle court, elle regarde autour d’elle, de peur d’être suivie. 

Elle entre dans le motel et secoue la tête pour enlever la pluie qui a mouillé ses cheveux et ses vêtements. Le motel est lugubre. Une petite réception qui ne paie pas de mine se trouve à droite. 

Fébrilement, la femme appuie sur la sonnette située sur le comptoir de la réception. Pas de réponse. Elle appuie une deuxième fois. Enfin un homme corpulent au t-shirt qui fut autrefois blanc et qui est maintenant parsemé de tâches brunâtres sort de l’arrière-boutique. 

 

HOMME

Voilà, voilà… j’arrive. C’est pour quoi ?

 

FEMME

Je voudrais une chambre… Pour cette nuit.

 

HOMME

Uniquement cette nuit ?

 

FEMME

Oui. Est-ce que vous servez le petit déjeuner ?

 

HOMME

(se moque d’elle)

Le petit déjeuner ? Ma p’tite dame, vous vous croyez où ? Au Waldorf Astoria ? Vous pourrez prendre le petit déj’ chez Gaston, le français qui tient le restaurant à côté. 

 

Il tourne le registre dans la direction de la femme.

 

HOMME

Remplissez ceci. 

 

HOMME

(Pendant que la femme remplie le registre)

Fait un froid de canard dehors. Et cette pluie qui arrête pas ! On aurait préféré de la neige pour Noël. M’est avis qu’on aura de la neige en janvier. Ce sera trop tard pour un Noël blanc. 

 

La femme tremble en remplissant le registre. L’homme la regarde d’un drôle d’air. 

 

HOMME

Vous allez bien, Madame ?

 

FEMME

Oui. Où puis-je trouver un téléphone ?

 

HOMME

Il y en a un dans votre chambre. Faut régler d’avance. 50 dollars. 

 

La femme sort trois billets et les donne en tremblant à l’homme.

 

HOMME

Vous êtes sûre que ça va ? 

 

FEMME

Oui, merci. 

 

L’homme lui tend une clé..

 

INT. NUIT / CHAMBRE DE MOTEL

 

La femme dort dans le lit miteux. Dehors, la pluie continue de tomber et frappe avec violence sur la vitre de l’unique fenêtre. La femme fait un cauchemar. Elle se tourne à plusieurs reprises en gémissant. Elle se réveille soudain en poussant un petit cri. Elle est en sueur.

 

INT. JOUR / CHAMBRE DE MOTEL

 

Il fait jour. La femme regarde par la fenêtre. La pluie a cessé de tomber mais le ciel est gris. En contemplant par la fenêtre, elle semble réfléchir. Elle jette un regard inquiet sur le parking. Il y a quelques voitures, mais personne à l’intérieur. Elle tourne les talons et saisit le téléphone se trouvant sur la petite table. 

 

FEMME

Je voudrai un numéro en Californie. 555-12 63….

(elle attend que la communication soit établie)

C’est moi… Je ne peux pas te le dire. Je voulais simplement que tu saches que je vais bien. Non, je ne peux pas revenir… c’est beaucoup trop dangereux… Je ne sais pas… J’ai été suivi mais j’ai réussi à les semer. Non, je suis presque sûre qu’ils ne sont plus dans le coin. Non… Je ne peux pas te dire où je suis ni où je vais… Je t’en prie, ne rends pas les choses plus difficiles. Il faut que je te laisse. Surtout fais attention à toi… Ne fais rien qui puisse te mettre en danger… Je te rappelle bientôt.

 

Elle raccroche. Pris de tremblements, elle se met à pleurer.

 

EXT. SOIR / MANOIR DES PEYTON

 

Plan de situation sur une musique de Noël (Jingle Bells). Le manoir est illuminé par des guirlandes électriques. Il neige. C’est un beau tableau.

 

I/E. SOIR / MANOIR DES PEYTON

 

Sur le pas de la porte, Mary reçoit les invités qui entrent au fur et à mesure. Elle ne fait pas ça avec engouement. Elle semble s’ennuyer fermement dans ce rôle et soupire plus souvent qu’elle ne sourit. Un couple arrive. 

 

MARY

(d’un ton monocorde absent de tout enthousiasme)

Bonsoir… Joyeux Noël. 

 

Le couple entre et rejoint les autres invités dans la salle à manger. Jack s’approche de Mary. 

 

JACK

Vous pourriez au moins faire semblant d’être contente.

 

MARY

Je n’ai pas l’habitude de faire semblant. C’est un truc de riche, ça. 

 

JACK

C’est Noël, Mary. Ça ne vous réjouis pas ?

 

MARY

C’est demain Noël, pas ce soir. Et puis, je n’ai jamais aimé cette fête. 

 

Will Bockart entre et Jack se tourne vers lui avec un sourire hypocrite. Will est un vieil homme d’environ 70 ans. Il est le propriétaire de Professional Realty.

 

JACK

Will Bockart. Vous avez pu venir… J’en suis ravi. 

 

WILL

Bonjour, Mr Peyton.

 

JACK

Mr Peyton ? Mais appelez-moi Jack. Vous n’êtes jamais venu ici, je crois. Laissez-moi vous guider. Allons au salon, nous serons plus à l’aise pour parler. 

 

Jack entraine le vieil homme au salon. Mary hausse les épaules et reçoit Betty et Rodney qui entrent. 

 

BETTY

Bonjour Mary. Je suppose que vous devez être ravie de la mission que vous a déléguée Jack ce soir.

 

MARY

C’est pas peu dire, Mlle Anderson. Ah oui ! J’oubliais… Joyeux Noël !

 

INT. SOIR / MANOIR PEYTON – SALON

 

Jack et Will sont seuls dans la pièce.

 

JACK

Je vous sers un verre ?

 

WILL

Ce ne sera pas nécessaire. J’attendrais de rejoindre les autres invités dans la grande salle. 

(Une pause, puis…)

J’ai été surpris par votre invitation…

 

JACK

Agréablement, j’espère !

 

WILL

Je vous avoue avoir accueilli cette invitation avec un certain scepticisme. 

 

JACK

(Hausse les épaules)

C’est Noël, et je suis toujours de bonne humeur en cette période de l’année. Je voulais faire la connaissance des habitants de cette ville et c’était l’occasion rêvée.

 

WILL

Ne serait-ce pas plutôt parce que je suis le propriétaire de Professional Realty et que j’ai annoncé tout récemment vouloir vendre mon affaire ? Ne me dites pas que vous n’êtes pas intéressé…

 

JACK

On peut dire que vous allez droit au but.

 

WILL

Je n’aime pas perdre mon temps, Mr Peyton.

 

JACK

Je suis en effet intéressé pour vous racheter votre société immobilière.

 

WILL

Si je vous la vends, vous fusionnerez avec Peyton Realty et vous aurez le monopole du marché immobilier de Peyton Place.

 

JACK

Je vous en propose un bon prix. 

 

Jack griffonne un chiffre sur un morceau de papier et le tend à Will. Celui-ci lit le chiffre et ouvre de grands yeux.

 

WILL

C’est une sacrée somme.

 

JACK

Vous ne trouverez pas mieux, Will. Je vous le promets. Avec cette somme, vous et votre famille pourraient couler des jours heureux jusqu’à la fin de votre vie.

 

WILL

Je n’ai plus de famille, Mr Peyton. Ma femme est décédée il y a dix ans et mon fils unique est en Europe.

 

JACK

Vous pourrez aller le rejoindre, dans ce cas.

 

Will lance un regard de défi à Jack et chiffonne le papier.

 

WILL

Je suis né et j’ai grandi à Peyton Place. J’aime cette ville plus que n’importe quoi d’autre. Je ne suis pas prêt à la laisser à un homme comme vous. 

 

JACK

Un homme comme moi ? Vous ne me connaissez pas ! 

 

WILL

J’en sais suffisamment sur vous pour m’être fait une opinion arrêtée.

 

JACK

Donc vous refusez ma proposition ? Vous n’aurez pas mieux ! 

 

WILL

Je ne cherche pas à m’en mettre plein les poches, contrairement à vous.

 

JACK

Il vous faut être réaliste, Will. Qui voudra vous acheter votre affaire ? Avez-vous déjà eu des propositions ? 

 

Will ne répond pas.

 

JACK

Non, je m’en doutais. Personne n’est capable de vous acheter Professional Realty. Personne d’autre que moi. Et comme je suis un être patient, je vais attendre. Un jour où l’autre, il faudra bien vous débarrasser de votre entreprise. Et ce jour-là, je serais beaucoup moins conciliant question prix. Vous me mangerais dans la main, Will. Je vous le garanti. 

 

WILL

(Il sourit)

Cette soirée de Noël s’annonce charmante. Si vous voulez bien m’excuser, j’aimerais beaucoup aller me restaurer dans la grande salle. 

 

Will tourne les talons et laisse Jack seul dans le salon. Jack est en colère. 

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 20/12/2012 10:58

Que c'est intrigant cette nouvelle héroïne qui va certainement finir par débarquer à Peyton Place. J'ai hâte de savoir avec quel personnage elle est en relation ;-))

Mr. Peyton 20/12/2012 11:11



Oui, je pense en effet que l'auteur ne l'a pas placée là par hasard. Je crois même qu'il sait qui elle est et ce qu'elle vient faire à Peyton Place. Et je crois même que, pour l'instant, c'est le
seul à savoir