Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 451 : Comment leur dire ?

I.E / SQUARE DE PEYTON PLACE

 

Jack Peyton est debout devant la fenêtre de son bureau, au Peyton Professional. Subjectif de Jack qui regarde le square recouvert de neige. Lisa Peyton et ses deux enfants fabriquent un bonhomme de neige. Plus loin, deux amoureux s’embrassent dans le kiosque à musique.

 

ELI CARSON (off)

Peyton Place. La ville de tous les secrets… Une ville où chacun se scrute, s’interroge sur l’autre. Jack Peyton se demande si un jour il parviendra à être moins seul au monde…

 

Depuis le square, Lisa lève les yeux vers le bureau de Jack.

 

ELI CARSON (off)

(suite)

… Lisa Peyton se demande si Jack est sincère en étant aussi plaisant et compatissant envers elle, au point de la faire revenir vivre au manoir familial...

 

INT. JOUR / FABRIQUE PEYTON – BUREAU DE HANNAH CORD

 

Hannah est assise à son bureau. Les deux mains posées sur son menton, elle donne l’air de réfléchir.

 

ELI CARSON (off)

… Il n’y a aucun doute dans l’esprit d’Hannah Cord. L’attention de Jack envers Lisa cache quelque chose. Elle se demande quel plan machiavélique Jack peut bien construire autour de la veuve de Linden. 

 

EXT. JOUR / SQUARE DE PEYTON PLACE

 

Les jumeaux s’amusent à se lancer des boules de neige. Lisa contemple toujours la fenêtre du bureau de Jack.

 

ELI CARSON (off)

Mais dans les petites villes comme Peyton Place, mêmes les plus grands secrets finissent par être dévoilés. Les questions que chacun se posent trouveront réponses. 

 

INT. JOUR / PEYTON IMMOBILIERS – BUREAU DE JACK

 

Jack continue de regarder la neige qui tombe dru dehors. De toute évidence, son esprit vagabonde. Harold Mauffrey, son collaborateur principal dans le nouveau projet de quartier résidentiel, déploie des plans sur la table.

 

HAROLD

J’ai revu le plan des maisons comme vous me l’avez demandé, et j’y ai ajouté un garage supplémentaire dans les trois principales demeures.  J’ai hâte de pouvoir commencer. C’est le projet le plus fou que je n’ai jamais vu, et je peux vous dire que ça m’excite comme un enfant devant un nouveau jouet… 

 

Jack, devant la fenêtre, ne bouge toujours pas.

 

HAROLD

(suite)

… Il reste encore deux obstacles de taille avant de pouvoir commencer les travaux : le consortium des pêcheurs et la maison de Paula Dixon. Où en êtes-vous avec elle ?

 

Jack est toujours en train de contempler Lisa et les jumeaux dans la neige. 

 

HAROLD

Jack, vous m’écoutez ?

 

Jack sort de sa torpeur et se tourne vers Mauffrey.

 

JACK

Quoi ?

 

HAROLD

Jack, je sais que le décès de Linden vous a causé un choc. Si vous voulez, je peux revenir dans quelques jours.

 

JACK

Non, ça ira. J’ai proposé de racheter la maison à Paula Dixon pour trois fois plus cher, mais la garce m’a envoyé sur les roses. Elle reviendra sur sa décision. Et si ce n’est pas le cas, je trouverai un moyen plus radical pour me débarrasser de ce petit problème.

(il avance vers le bureau)

Quant au consortium, ils se sont réunis et ne sont pas parvenus à un accord. Je leur laisse encore une chance. Si lors de la prochaine réunion, ils ne nous cèdent pas l’entrepôt, nous préviendrons les services sanitaires et ils se feront épinglés. 

 

HAROLD

Si vous faites cela, vous allez vous mettre à dos tous les pêcheurs de Peyton Place.

 

JACK

J’ai déjà la moitié de la population à dos… quelques-uns de plus…

 

HAROLD

Vous êtes prêt à déclarer la guerre ?

 

JACK

Oui, mon cher Harry… Et je la gagnerais. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser,  j’ai un coup de fil très important à donner.

 

HAROLD

(il se lève)

Très bien. On se voit pour déjeuner ? 

 

JACK

(il fait oui de la tête)

Au Colonial à midi.

 

Harold s’en va. Jack reste un moment assis à son bureau, semblant réfléchir. Puis il décroche le téléphone et compose un numéro. 

 

A Denver, au Colorado, l’avocat Terence Horton répond au bout de la troisième sonnerie. Il est assis à son bureau.

 

HORTON

Terence Horton.

 

A Peyton Place, Jack essaie de prendre une certaine contenance dans sa voix.

 

JACK

Terry ! Mon brave Terry ! Jack Peyton à l’appareil. Comment allez-vous ?

 

A Denver, Horton marque sa surprise.

 

HORTON

J’allais bien il y a encore quelques secondes. 

 

JACK

Toujours le mot pour rire.

 

HORTON

Qu’est-ce que vous voulez, Peyton !

 

JACK

Linden est décédé.

 

HORTON

Je suis au courant. Je suis triste pour lui. On dit toujours que ce sont les meilleurs qui partent et la mauvaise graine de la famille qui reste. Dans le cas présent, ça se vérifie.

 

JACK

Vous avez toujours une dent contre moi, apparemment. 

 

HORTON

Jack, vous êtes très certainement la personne la plus cruelle qu’il m’ait été donné de rencontrer sur cette terre. Excusez-moi si je n’accueille pas ce coup de fil dans la joie et la bonne humeur. Vous feriez mieux de me dire ce que vous me voulez, qu’on en finisse.

 

JACK

Droit au but, comme toujours.

 

HORTON

(il s’impatiente)

Jack…

 

JACK

Je voulais savoir si vous vous occupiez toujours des affaires de Linden. 

 

HORTON

Pour quelle raison voulez-vous savoir ça ?

 

JACK

Simple curiosité.  

 

HORTON

Je n’en crois pas un mot, mais je vais quand même vous répondre. J’aurais volontiers continué à être l’avoué de Linden. Mais quelques temps après sa venue à Peyton Place, il m’a demandé de faire transférer tous ces dossiers là-bas.

 

JACK

Là-bas ?

 

HORTON

A Peyton Place. A un dénommé…

(il cherche)

… Steven Cord.

(il entend le cliquetis de la fin de communication)

Jack ? Jack ?...

 

A Peyton Place, Jack a raccroché. Il sert le poing. 

 

JACK

Steven Cord… Il ne manquait plus que ça ! 

 

 

EXT.JOUR / VILLE DE PEYTON PLACE - SQUARE

 

La caméra parcourt la ville de Peyton Place sous la neige, puis arrive au square. 

Au square, Lisa joue à attraper ses jumeaux. Elle y parvient lorsqu’ils sont dans le kiosque à musique. Les enfants s’amusent et rient de bon cœur. 

 

LISA

Venez là les enfants… Maman a quelque chose à vous dire.

 

Lisa s’assit sur les marches du kiosque.  Gary et Colleen sont debout devant elle.

 

GARY

De quoi tu veux nous parler ?

 

LISA

De votre papa.

 

COLLEEN

Comment il va ? Je veux le voir.

 

LISA

C’est très compliqué, ma chérie.

 

GARY

Est-ce qu’il est toujours à l’hôpital ?

 

LISA

(cherchant ses mots)

Et bien…

 

Soudain, une boule de neige atterrit dans le dos de Gary. Il se retourne et sourit en voyant Rodney Harrington à quelques pas de lui.

 

GARY

Rodney ! 

 

RODNEY

(il s’approche en souriant)

Salut, les petits monstres.

 

GARY

(à sa mère)

Maman, c’est Rodney…

 

COLLEEN

C’est le fiancé de Betty.

 

RODNEY

J’aimerais beaucoup, Colleen, mais Betty et moi sommes seulement amis. 

 

LISA

(elle se lève en souriant)

Je connais déjà Rodney… Comment allez-vous ?

 

RODNEY

C’est à moi de vous le demander. 

 

Lisa hausse les épaules. Rodney se tournent vers les jumeaux. 

 

RODNEY

Dites-moi, lequel de vous deux est le plus rapide ?

 

Les jumeaux lèvent la main comme s’ils étaient à l’école.

 

GARY ET COLLEEN

(en chœur)

Moi ! 

 

RODNEY

Très bien, on va vite le savoir. Vous voyez le pilori, là-bas ? Je vous propose une course. Vous allez courir jusqu’au pilori, le toucher et revenir. Le premier arrivé sera le plus rapide.

 

Les jumeaux semblent excités par le défi. Rodney trace une ligne dans la neige. Les jumeaux s’y approchent. 

 

RODNEY

A vos marques… Prêts… Partez !

 

Les enfants s’élancent en riant. Pendant un moment, Rodney les encourage, puis une fois qu’ils sont hors de portée de voix, il se tourne vers Lisa.

 

RODNEY

Je n’ai pas encore eu l’occasion de vous présenter mes condoléances. J’ai l’impression que ça ne va pas très fort pour vous en ce moment. 

 

LISA

Ce que vous dites est un euphémisme. C’est très dur pour moi. Linden me manque beaucoup. 

 

RODNEY

Et les enfants ? Comment vont-ils ?

 

LISA

Eh bien, James est revenu à Peyton Place et ne veut plus me parler parce qu’il me rend responsable de la mort de son père. 

 

RODNEY

James traverse une crise d’adolescence. Ça lui passera.

 

LISA

Quant aux jumeaux…

(elle les regarde courir)

… j’étais sur le point de leur parler lorsque vous avez fait irruption.

 

RODNEY

Je suis désolé.

 

LISA

Ne le soyez pas. Je dois vous avouez que j’apprécie le fait de vous voir. Je ne vous connais pas, mais je pense que vous êtes la seule personne dans cette ville à me parler avec votre cœur. Et vos paroles m’apportent du réconfort.

 

RODNEY

Je n’ai pourtant pas dit grand-chose.

 

LISA

Rien que votre présence me fait du bien. 

 

RODNEY

Vous me flattez.

 

LISA

J’ai réellement besoin d’un ami, Rodney. Une épaule sur laquelle je peux me reposer. Vous êtes la seule personne en qui j’ai vraiment confiance ici. 

 

RODNEY

Vous pouvez compter sur moi. Voulez-vous que je parle aux jumeaux à votre place ?

 

LISA

Vous feriez ça ?

 

RODNEY

Bien sûr. J’ai un bon feeling avec eux.

 

LISA

Ce serait formidable, Rodney. Je dois régler encore quelques détails concernant les funérailles. La messe d’enterrement se fera ici, à Peyton Place, et l’inhumation à Denver, auprès de son père. 

 

Les enfants arrivent presque en même temps.

 

GARY

J’ai gagné !

 

COLLEEN

Non, c’est moi ! Hein Rodney, c’est moi ?

 

RODNEY

Eh bien, je crois que vous êtes aussi rapide l’un que l’autre. Vous avez tous les deux gagné. Est-ce que ça vous ferait plaisir d’aller boire un bon chocolat chaud chez tante Betty ? 

(il regarde Lisa)

Si votre maman est d’accord.

 

GARY

Oui, oh dis oui Maman.

 

LISA

Entendu. J’ai une course à faire et je passerai vous chercher plus tard. 

 

Les jumeaux sautent de joie. 

 

COLLEEN

On y va, Rodney !

 

Chacun des jumeaux le prend par la main et l’emmène. Lisa les regarde partir, l’air nostalgique. 

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 03/12/2012 14:09

Sniff ;'( Quand on est trop romantique et qu'on croit au Père Noël(même si c'est la saison)...
L'idée que Jack ait attendu la disparition de son frère pour vivre son amour pour Lisa au grand jour était trop belle :-/

Mr. Peyton 03/12/2012 14:28



Mais le Père Noël existe vraiment. Sauf qu'il ne passe jamais par Peyton Place quand il fait sa tournée