Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 449 : Maudit café !

EXT. JOUR / MAISON DE PAULA DIXON

 

Plan de situation. La pluie tombe en rafale.

INT. JOUR / MAISON DE PAULA DIXON

 

Lisa pénètre dans le couloir commun. Elle secoue son parapluie avant de le fermer. Paula sort de son appartement et la rejoint.

 

PAULA

Lisa, est-ce que ça va ?

 

LISA

Aussi bien qu’une femme qui vient de perdre son mari, Paula.

(elle se reprend)

Excusez-moi. Je ne sais plus ce que je dis. Où sont les enfants ?

 

PAULA

Betty les a emmenés au Cider Barrel. Il semblerait que ce soit leur endroit préféré.

 

LISA

Est-ce… est-ce qu’ils sont au courant ?

 

PAULA

(elle secoue la tête)

Je ne crois pas. Betty ne savait pas comment leur annoncer…

 

LISA

Je monte faire mes affaires.

 

PAULA

Vous partez ?

 

LISA

Jack m’a proposé de revenir au manoir. Ça doit vous faire plaisir. Betty vous a mis au courant de mon renvoi du magasin général. Vous devez être contente de savoir que je vais déguerpir de chez vous. 

 

PAULA

Lisa, pensez ce que vous voulez, mais je suis vraiment désolée de ce qui vous arrive. 

 

LISA

Vous cherchiez un moyen de me mettre à la porte parce que je n’aurais pas réussi à payer le loyer. Finalement, tout s’arrange.

 

PAULA

Je mets votre cynisme sur le compte du chagrin. Oh, j’allais oublier. Le Dr Elby veut vous voir.

 

LISA

(inquiète)

Il a téléphoné ?

 

PAULA

Non, il est ici. Chez vous. 

 

INT. JOUR / MAISON DE PAULA – APPARTEMENT DE LISA

 

Sans transition avec la scène précédente, Lisa ouvre brutalement la porte, la referme et se dirige vers Elby qui attend dans un fauteuil. 

 

LISA

Qu’est-ce que vous faites ici ?

 

ELBY

Votre charmante propriétaire m’a laissé entrer.

 

LISA

Elle n’aurait pas dû. Je vous le répète : que faites-vous ici ?

 

ELBY

Je vous l’avais dit : nous n’avons pas terminé notre conversation.

 

LISA

Pour moi, tout est terminé. Je ne veux plus entendre parler de vous. 

 

ELBY

Comment a réagi Jack ?

 

LISA

Il me propose de venir habiter le manoir.

 

ELBY

Excellent. Vous l’avez dans votre poche.

 

LISA

C’est vous que le dites. Je me méfie de lui autant que de vous. A mon avis, il me prépare un mauvais coup.

 

ELBY

Pourquoi avoir accepté, dans ce cas.

 

LISA

Parce que je n’ai plus d’argent et je suppose qu’il va falloir attendre la succession de Linden pour que le compte soit débloqué. Je n’ai pas le choix. 

(elle s’énerve)

Oh, et puis je ne sais pas pourquoi je continue à parler avec vous ! 

 

ELBY

Je saurais attendre.

 

LISA

Attendre quoi ?

 

ELBY

Que le compte de Linden soit débloqué.

 

LISA

Quoi ?

 

ELBY

J’ai tué votre mari pour que vous puissiez avoir son argent. J’estime avoir droit à une part.

 

LISA

(prise d’un rire nerveux)

Linden n’avait rien, docteur. Il avait tout perdu. C’est pour ça que nous sommes venus à Peyton Place. Pour redémarrer de zéro. 

 

ELBY

Vous aurez une rente conséquente en tant que veuve. 

 

LISA

Je ne sais pas ce que j’aurais. Je ne sais même pas si Linden avait une police d’assurance.

 

ELBY

Il en avait une. Il me l’a dit.

 

LISA

Si j’ai bien compris, vous me faites du chantage.

 

ELBY

J’appellerais plutôt cela un prêté pour un rendu. Je vous ai rendu service. A votre tour, maintenant.

 

LISA

Vous êtes complètement cinglé. C’est dans un asile qu’il faudrait vous enfermer. 

(elle s’approche d’Elby et pointe un index menaçant sur lui)

Je veux que vous me laissiez tranquille. Je ne veux plus jamais vous revoir sur mon chemin. Est-ce que c’est compris ?

 

ELBY

La colère et le chagrin vous égare. Moi je vous dis que nous avons un deal. 

 

LISA

Vous et moi n’avons aucun deal, docteur. Tout ceci provient de votre tête malade. Vous n’aurez pas un centime de ce que je vais recevoir. Parce que jamais vous n’arriverez à prouver que je suis votre complice. Et certainement pas avec votre cassette minable.

 

ELBY

(calmement)

Peut-être pas avec la cassette, effectivement. Mais la tasse de café sûrement. 

 

LISA

Qu’êtes vous encore en train de me raconter ?

 

ELBY

Vous avez bu un café dans mon bureau. Vous y avez posé vos empreintes. Je me suis permis d’ajouter un peu de strychnine dans le café que vous avez bu. Oh rassurez-vous, une dose très faible et inoffensif, mais cependant détectable dans le cas d’une enquête. Je n’ai bien sûr pas nettoyé cette tasse. Vous auriez pu faire boire ce café à Linden.   

 

LISA

(pince les lèvres)

Vous êtes la pire des ordures qu’il m’ait été donné de rencontrer.

 

Elby se lève.

 

ELBY

Venant d’une femme comme vous, je prends cela comme un compliment. Restons en contact, voulez-vous ?

 

LISA

Sortez d’ici ! 

 

Elby sourit. Puis il tourne les talons et s’en va sans un mot. Seul dans son appartement, Lisa craque. Elle pleure toutes les larmes de son corps.

 

 

EXT. JOUR / PEYTON PLACE – DEVANT LE CIDER BARREL

 

Betty et les jumeaux sortent du Cider Barrel. Gary tire sur la robe de Betty. 

 

GARY

Tante Betty, est-ce qu’on peut aller jouer sur la plage ? 

 

COLLEEN

Oui, on aimerait bien courir. Tu veux bien, dis ?

 

BETTY

Je ne sais pas, les enfants. Votre maman doit vous attendre à la maison. 

 

GARY

(suppliant)

S’il te plaît, tante Betty…

 

BETTY

(elle sourit)

Pourquoi je ne peux jamais rien vous refuser ? Allons-y !

 

Heureux, les enfants crient et courent vers l’Océan. Betty les suit. 

 

Au même moment, Steven Cord sort du tribunal, sa mallette en  main. Il jette un œil vers la plage et aperçoit Betty et les jumeaux. 

 

Parvenus à la plage, Gary et Colleen sautent par-dessus les vagues qui viennent mourir sur le sable. Betty, songeuse, les regarde s’amuser. Steven approche doucement derrière Betty. 

 

STEVEN

Je suppose qu’ils ne savent encore rien.

 

BETTY

(surprise, elle se retourne)

Non. Je pense que c’est à Lisa de leur apprendre.

 

STEVEN

Comment vas-tu, Betty ?

 

BETTY

Bien. J’ai de la peine pour Linden. Je l’aimais bien.

 

STEVEN

C’était sans aucun doute le meilleur des Peyton que j’ai connu. 

 

Un silence pesant s’installe. Betty et Steven regardent les jumeaux s’amuser. 

 

Non loin de là se trouve la jetée. Hannah est plantée au bout de la jetée. Le regard dur, elle observe Betty et Steven.

 

Betty se tourne vers Steven. 

 

BETTY

Et toi, comment vas-tu ?

 

STEVEN

Les affaires marchent bien. Je n’ai pas à me plaindre.

 

BETTY

(un petit rire)

Tout cela est tellement bizarre. Nous étions mariés à une époque. Et regarde-nous maintenant. Nous nous échangeons des banalités.

 

STEVEN

Est-ce que tu en déduis quelque chose ?

 

BETTY

Je pense que c’est parce que nous n’avons plus rien à nous dire. 

 

STEVEN

Ce n’est pas la réponse que j’avais souhaité.

 

BETTY

Qu’aurais-tu souhaité comme réponse, Steven ? 

 

STEVEN

Au moins qu’on reste amis. Ça fait longtemps qu’on ne s’est plus vus. 

 

BETTY

J’aurais aimé qu’on reste proches, tous les deux. Mais notre passé nous poursuivra toute notre vie. 

 

STEVEN

Notre passé, c’est Hannah Cord qui l’a forgé à sa manière. Elle nous a manipulés pendant des années pour nous séparer. 

 

BETTY

Steven, je n’ai pas envie de parler de ça. 

 

STEVEN

Bien, je n’insiste pas. J’avais prévu d’aller voir Linden à la salle mortuaire. 

 

BETTY

Je dois ramener les jumeaux à Lisa. 

 

STEVEN

(mal à l’aise)

Bien. Au revoir, Betty.

 

BETTY

Au revoir.

 

Steven tourne les talons et quitte la plage. Hannah trouve le moment propice pour s’approcher de Betty.

 

HANNAH

Décidément, nos chemins se croisent souvent aujourd’hui.

 

BETTY

Et vous m’en voyez désolée.

 

HANNAH

A quoi jouez-vous, Betty ?

 

BETTY

Je vous demande pardon ?

 

HANNAH

Je vous ai vu avec Steven. 

 

BETTY

Ça ne vous regarde pas.

 

HANNAH

Tout ce qui concerne mon fils me concerne. 

 

BETTY

De quel fils parlez-vous ? Le fils naturel que vous avez abandonné sans regret à sa naissance ; ou bien du fils adoptif à qui vous avez menti toute sa vie ? 

 

HANNAH

Vous êtes une femme dangereuse, Betty. Je ne vous laisserai pas renoué des liens avec Steven, ni avec Jack. Laissez-les tranquille. 

 

BETTY

Si je suis une femme dangereuse, vous ne valez pas mieux que moi. 

 

HANNAH

Si vous approchez de mes fils, je vous détruis.

 

BETTY

C’est là que je vois que je vaux mieux que vous. Parce que je ne songe pas une seule seconde à détruire la vie de quelqu’un. Vous avez déjà détruite celle de Jack et de Steven et vous voulez faire pareil avec la mienne. Mais je ne vous laisserai pas faire. Avec moi, vous êtes tombée sur un os.

 

HANNAH

Les os, je les brise d’un simple coup de main. Souvenez-vous de cela, ma chère. 

 

Hannah tourne les talons et s’en va, tandis que Betty soupire et regarde à nouveau les enfants s’amuser. Elle se dirige vers eux. 

 

BETTY

Les enfants, il est temps de rentrer. 

 

Gary et Colleen courent vers elle.

 

Ils remontent tous les trois vers le square. Les enfants courent devant Betty. Sur le trottoir en face du square, ils percutent Rodney qui sort de son cabinet d’assurances. 

 

RODNEY

Hé ! Salut les petits monstres !

 

GARY ET COLLEEN

Rodney !!

 

Rodney chahute un instant avec eux, puis aperçoit Betty. Il s’approche d’elle. Betty a l’air contrarié. Il se retourne vers les enfants.

 

RODNEY

Est-ce que vous avez été sages avec Tante Betty ?

 

GARY ET COLLEEN

(en chœur)

Oui !!

 

RODNEY

Vraiment ??

 

GARY ET COLLEEN

(riant)

Oui !!!

 

RODNEY

Bien, dans ce cas, filez à l’intérieur. Sur la table, il y a un panier rempli de sucettes. 

 

Les enfants crient et se précipitent dans le cabinet d’assurance. Rodney se tourne vers Betty. 

 

RODNEY

Ça n’a pas l’air d’aller fort, toi. 

 

BETTY

La mort de Linden a été un choc.

 

RODNEY

Je peux le comprendre. Mais j’ai la sensation qu’il y a autre chose. 

 

BETTY

Comment fais-tu pour si bien lire en moi ?

 

RODNEY

Nous avons été mariés… Ça compte. 

 

BETTY

C’est cette vieille sorcière d’Hannah Cord ! 

 

RODNEY

Que s’est-il passé ?

 

BETTY

J’ai l’impression que quoique je fasse, mon destin est de me battre avec cette femme. 

 

RODNEY

Dans ce cas, évite là. 

 

BETTY

C’est bien ce que je tente de faire, mais Peyton Place est une petite ville. Elle me reproche de tourner autour de Jack et de Steven.

 

RODNEY

C’est le cas ?

 

BETTY

Bien sûr que non. Mais elle a peur de que je renoue des liens affectifs avec l’un ou l’autre. Cette femme est complètement paranoïaque.

 

RODNEY

Je connais bien Hannah. N’oublie pas qu’elle a été ma gouvernante. Elle a toujours aimé l’excès. A mon avis, tu ne devrais pas faire attention elle. Plus on porte de l’attention à Hannah Cord, plus elle se sent importante.

 

BETTY

Je la méprise tellement ! 

 

RODNEY

Justement. Ne dit-on pas que l’ignorance est le plus grand des mépris ?

 

BETTY

(elle sourit)

Tu as toujours réponse à tout.

 

RODNEY

Veux-tu que j’aille lui parler ?

 

BETTY

C’est gentil, mais je préfère régler ce problème à ma façon.

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 29/11/2012 09:55

Et dire que quand on a entendu Linden demander au Dr Elby de tuer Lisa, on l'a plaint d'être soumis à cet odieux chantage :-/
En tous cas, on ne peut pas dire que Peyton Place devient lassant !

Mr. Peyton 30/11/2012 19:18



Comme quoi, on ne connaît jamais suffisamment les gens