Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 427 : Pieds et poings liés

EXT. JOUR / VILLE DE WHITE RIVER

 

Plan de situation. Panorama de la ville de Whiter River, située près de Peyton Place. 

INT. JOUR / RESTAURANT A WHITE RIVER

 

Le restaurant est bondé. Betty Anderson est assise à une table en compagnie de Jasper Caleb, le président du consortium des pêcheurs du comté de Peyton. 

 

JASPER CALEB

Et ton père, comment va-t-il ?

 

BETTY

Il a des hauts et des bas. Il est toujours au sanatorium. Maman va le voir très souvent. 

 

JASPER

Ça me fait de la peine. George et moi, on s’entendait bien à une époque, tu sais. 

 

BETTY

(elle rit)

Oui, je me souviens des soirées où vous reveniez à la maison, un peu éméchés. Cela avait le don d’irriter Maman. Savez-vous que j’ai toujours gardé la poupée que vous m’avez offerte pour mes huit ans ? Mlle Pénélope. Elle trône au grenier de la maison. 

 

JASPER

Nos deux familles s’entendaient bien. 

 

BETTY

Oui. Je me souviens de ce temps-là. 

 

JASPER

Betty, pourquoi ce déjeuner ? Ne te méprends pas, je suis ravi de ton appel… et de ce déjeuner. Mais je suis aussi très surpris. 

 

BETTY

Je voulais vous parler de l’entrepôt des pêcheurs. 

 

JASPER

Celui de Peyton Place ?

 

BETTY

Oui, j’ai entendu dire que vous vouliez le vendre à Jack Peyton.

 

JASPER

Il m’en donne un bon prix. 

 

BETTY

Connaissez-vous les intentions de Jack ?

 

JASPER

Vaguement. Il veut ériger un quartier résidentiel sur le littoral.

 

BETTY

Et en même temps dénaturer Peyton Place. Vous ne pouvez pas laisser faire ça.

 

JASPER

Je te comprends Betty, mais Jack Peyton a des arguments en béton. 

 

BETTY

Des arguments, dites-vous ?

 

JASPER

Il se propose de financer un nouvel entrepôt de l’autre côté de la rive. C’est un argument de poids, tu l’avoueras.

 

BETTY

En un mot, il vous achète. 

 

JASPER

(il rit)

J’ai toujours aimé ta franchise, Betty. En un sens, tu as raison. Crois-le si tu veux, mais je n’ai aucune envie de lui céder le vieil entrepôt. Ce type et tout ce qu’il représente me répugne. Je suis content que ton mariage avec lui ait été annulé. Cependant, il me faut voir les choses en face. Peyton nous tient.

 

BETTY

Comment ?

 

JASPER

L’entrepôt n’est plus aux normes d’hygiène et de sécurité. Si un inspecteur vient y faire un tour, il peut faire boucler l’entrepôt immédiatement, privant ainsi les habitants de Peyton Place de la deuxième ressource de la ville. On pourra dire adieu à la pêche et la ville ne s’en remettra pas.

 

BETTY

N’y a-t-il vraiment aucun autre moyen que de vendre à ce type ?

 

JASPER

J’ai retourné la question mille fois dans mon esprit. Mais je ne vois pas, non. Le consortium étudie la proposition. Une réunion extraordinaire aura lieu dans un mois au cours duquel les membres voteront. La probabilité pour qu’ils acceptent l’offre de Peyton est très grande, je ne te le cache pas.

 

EXT. JOUR – HÔPITAL AMERICAIN A LAUSANNE

 

James sort du bus et se dirige vers l’hôpital. Il se fige lorsqu’il aperçoit Tony MacAllister sortant du bâtiment. Il court vers lui et va l’affronter.

 

JAMES

Qu’est-ce que tu fais ici ?

 

TONY

Ecarte-toi de mon chemin, moustique.

 

JAMES

Qu’est-ce que tu lui veux, à la fin ? Ça ne te suffit pas de l’avoir envoyé à l’hôpital !

 

TONY

Qu’est-ce que tu racontes, tu divagues, mon vieux.

 

JAMES

(en colère)

Si jamais tu l’approches une nouvelle fois, tu auras à faire à moi, compris ?

 

TONY

(ironique)

Ouh la la… J’ai peur… j’ai peur… Ne me fais pas de mal…

 

Il rit tout en partant. James le regarde partir.

INT. JOUR / HOPITAL AMERICAIN – CHAMBRE D’AURELIEN

 

James surgit dans la chambre.

 

JAMES

Qu’est-ce qu’il est venu faire ici ?

 

AURELIEN

(ironise)

Salut, je vais bien merci. Et toi ?

 

JAMES

J’ai vu MacAllister sortir de l’hôpital. Il est venu te voir, n’est-ce pas ?

 

AURELIEN

Ce n’est pas ce que tu crois. On a parlé tous les deux. Tout est revenu dans l’ordre. 

 

JAMES

J’aimerais pouvoir te croire, Aurélien. 

 

AURELIEN

Parle-moi plutôt du bal de l’école. Est-ce que tu as invité une fille ?

 

JAMES

(il s’assoit)

Je compte le faire. Très prochainement.

 

AURELIEN

Il y a donc quelqu’un ?

 

JAMES

Une fille que je rencontre assez souvent.

 

AURELIEN

Super. En revanche, j’ai parlé au médecin. Pas question que je sorte avant la semaine prochaine. Je vais donc rater le bal. 

 

JAMES

Désolé, vieux.

 

AURELIEN

Oh, ne sois pas désolé ! Je n’avais pas du tout envie d’y aller. J’imagine les regards dégoulinant de compassions, les chuchotements derrière mon dos. Rien que d’y penser, ça me donne envie de vomir. 

 


à suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 30/10/2012 22:10

Mais Paula va venir *souffler* l'entrepôt sous le nez de Jack... c'est dans la logique des choses, non ? ;-))
(Ben quoi, on peut toujours rêver)

Mr. Peyton 31/10/2012 11:11



M'est avis que Jack ne va pas se laisser faire