Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 418 : De surprises en suprises

INT. JOUR / APPARTEMENT DE PAULA DIXON

 

Betty passe l’aspirateur dans la pièce principale lorsque Paula Dixon entre. Betty lui tournant le dos ne sait pas qu’elle est entrée. Paula s’approche d’elle et pose une main sur son épaule. Betty sursaute, se retourne et arrête l’aspirateur. Elle étreint Paula.

 

BETTY

Enfin te voilà ! Ça me fait plaisir de te voir. Comment s’est passé ton séjour à Houston ?

 

PAULA

Je meurs de faim. Allons en parler devant une bonne crêpe au Cider Barrel…

 

INT. JOUR / CIDER BARREL

 

Paula déguste une crêpe aux quatre fromages. Elle ferme les yeux tellement elle aime. 

 

PAULA

J’en avais tellement envie ! 

 

BETTY

(riant)

Je vois ça ! Alors, Houston ?

 

PAULA

Les Bullock me laissent toutes leur fortune, que dis-tu de ça ?

 

BETTY

(elle pose dans son assiette le morceau de crêpe qu’elle s’apprêtait à manger)

Tu es sérieuse ? !

 

PAULA

Ai-je l’air de plaisanter ?

 

BETTY

On dirait que ça t’ennuie.

 

PAULA

Bien sûr que ça m’ennuie. Betty, cet héritage, je n’en veux pas ! Elle vient de deux personnes qui m’ont fait énormément de mal.

 

BETTY

Et qui veulent réparer le mal qu’ils ont fait en faisant de toi une femme riche !

 

PAULA

Cet argent est sale, Betty. Je veux pouvoir oublier toute cette histoire avec David. Les Bullock ont été l’élément déclencheur de toute cette sale aventure. 

 

BETTY

En quoi consiste cet héritage ?

 

PAULA

Une chaîne de raffineries de pétrole au Texas. Betty, je suis infirmière, pas magnat du pétrole. 

 

BETTY

Et alors ? Tu n’as pas besoin de diriger ces raffineries. Laisse quelqu’un d’autre le faire à ta place.

 

PAULA

Tu parles comme Steven.

 

BETTY

Steven et moi avons raison, et tu le sais. Peu importe le ressentiment qui tu as envers les Bullock. Tu as aimé Eric, alors acceptes ce qui t’est dû, pour lui. Je suis sûre qu’il serait heureux de savoir son héritage entre tes mains.

 

PAULA

(balayant sa main)

Assez parler de ça. Dis-moi plutôt ce qui s’est passé durant mon absence. 

 

BETTY

Justement, il s’est passé pas mal de choses dont je dois te parler.

 

PAULA

Quoi ? 

 

BETTY

Lisa Peyton.

 

PAULA

(elle soupire)

Qu’a-t-elle encore fait ?

 

BETTY

Elle habite avec nous.

 

PAULA

(surprise)

Quoi ? C’est une blague !

 

BETTY

Elle n’a pas d’argent et Jack refuse de lui en prêter. Elle s’est donc retrouvée à la rue. Mais ça ne devrait pas durer très longtemps. Je lui ai trouvé du travail.

 

PAULA

Tu lui as… ? C’est pas possible, je suis dans la quatrième dimension. Depuis quand toi et Lisa êtes copines comme cochons ?

 

BETTY

Nous ne sommes pas copines. C’est un concours de circonstance, voilà tout. Mais tu peux me croire, je la déteste autant qu’elle me déteste.

 

Betty hausse les épaules et boit une gorgée de son cidre.

 

EXT. JOUR / BÂTIMENT « PEYTON PROFESSIONAL »

 

Plan de situation.

INT. JOUR / BUREAU DE MLLE NOLAN

 

Mlle Nolan tape à la machine lorsque Steven entre dans la pièce, son attache case dans la main. Mlle Nolan lève les yeux sur lui et sourit.

 

MLLE NOLAN

Mr Cord ! Heureuse de vous revoir. Votre voyage s’est bien passé ?

 

STEVEN

Très bien, merci.

(il pose sa mallette sur le bureau de la secrétaire, l’ouvre et sort une boite emballée dans du papier cadeau)

C’est pour vous.

 

MLLE NOLAN

(elle prend le cadeau en souriant)

Il ne fallait pas…

 

STEVEN

Des appels pendant mon absence ?

 

MLLE NOLAN

Oui. Bartell Finch souhaite conclure un nouveau partenariat avec une firme anglaise.

 

STEVEN

Ce n’est pas une bonne idée. Quoi d’autre ?

 

MLLE NOLAN

Mr Ashby a encore des problèmes avec Sutton Lane. Il voudrait que vous interveniez. 

 

STEVEN

Très bien. Je verrais cela plus tard. Appelez-moi Bartell Finch, voulez-vous ?

 

MLLE NOLAN

Oui, Monsieur.

 

Steven et Mlle Nolan lèvent les yeux vers la porte qui vient de s’ouvrir. Steven est bouche bée lorsqu’il voit Lisa devant lui, vêtue d’un tablier de travail au couleur du magasin général d’Eli Carson.

 

STEVEN

(se tourne vers Mlle Nolan)

Je crois que j’ai dû rater quelques épisodes…

 

LISA

(s’approche d’eux en tortillant sa blouse)

Steven, je dois vous parler. C’est urgent.

 

STEVEN

(à Mlle Nolan)

Laissez tomber Finch, je le rappellerais plus tard.

 

Il fait signe à Lisa de le suivre dans son bureau. Elle le précède. Il ferme la porte du bureau.

 

STEVEN

C’est carnaval à Peyton Place, aujourd’hui ?

 

LISA

Ne soyez pas sarcastique, s’il vous plaît.

 

STEVEN

Je ne suis pas sarcastique. Je voulais simplement savoir ce que vous faites accoutrée de la sorte.

 

LISA

Je travaille chez Eli Carson. 

 

STEVEN

J’ai vraiment raté des épisodes depuis mon départ.

 

LISA

Ce n’est pas drôle, Steven. 

 

STEVEN

Si, au contraire, c’est… hilarant. 

 

Steven se met à rire très fort. 

 

LISA

Arrêtez, voulez-vous ! Je suis dans une situation embarrassante. 

 

STEVEN

(ironique)

Votre blouse vous serre trop à la taille ?

 

LISA

Je n’ai plus d’argent, Steven. 

 

STEVEN

(redeviens sérieux)

Expliquez-moi ça.

 

LISA

Linden et moi avons deux comptes bancaires séparés. A intervalles réguliers, Linden versait de l’argent sur mon compte que je pouvais utiliser à mon gré. Depuis… l’accident, il ne peut plus faire de versements sur mon compte. Et je n’ai pas de procuration sur le sien. Résultat, mon compte bancaire est à zéro et je ne peux pas toucher à celui de Linden.

 

STEVEN

Je vois.

 

LISA

Steven, que puis-je faire ? 

 

STEVEN

Je crois que vous avez trouvé la solution : travailler ?

 

LISA

N’est-il pas possible de faire débloquer le compte de mon mari ?

 

STEVEN

Sans la signature de Linden, ça me paraît compromis.

 

LISA

Il doit bien exister un moyen légal d’avoir une procuration sur ce compte. Déclarer Linden incapable, ou quelque chose comme ça.

 

STEVEN

Ça ne marche pas comme ça.

 

LISA

(s’énerve)

Bon sang, Steven ! Je suis sa femme tout de même ! J’ai droit à cet argent ! Je me retrouve à la rue à cause de ça. Mes enfants ne peuvent pas vivre avec moi. Je suis perdue ! Il faut que vous m’aidiez ! 

 

STEVEN

Très bien, je vais étudier la question. Laissez-moi passer quelques coups de fil et je vous rappelle dès que possible.

 

LISA

Merci, Steven.

 

STEVEN

Ne me remerciez pas. Vous aurez ma note d’honoraire. 

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 17/10/2012 09:41

Voilà une place en or pour Betty ! Directrice des raffineries...

Décidément tout lui tombe toujours tout cru dans la bouche, à cette charmante dame ;-)

Mr. Peyton 17/10/2012 11:18



Oui, elle a beaucoup de chance... mais est-ce que cela va durer ?