Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 401 : La lettre

EXT.JOUR / FERRY SUR LE LAC LEMAN

 

La caméra nous offre une vue panoramique du Lac Léman et de la ville de Lausanne qui se trouve en arrière-plan. Le nom « LAUSANNE, SUISSE » apparaît sur l’écran. 

 

ELI CARSON (off)

Le lac Léman. Il sépare la France de la Suisse. Ce n’est pas un lac, mais un Océan qui sépare James Peyton de ses parents…

 

Assis dans le ferry, James contemple l’eau du lac.

 

ELI CARSON (off)

…Ce que James brûle d’envie de savoir, c’est si les eaux du lac Suisse sont aussi troubles que ceux de l’Océan qui le sépare de sa famille. 

 

Le ferry accoste. James descend du bateau. Il porte deux énormes valises. Parvenu à terre, il se plante au milieu de nulle part, pose ses deux valises et regarde autour de lui. Quelqu’un vient lui taper sur l’épaule. Il s’agit d’Aurélien Charpentier. 

 

AURELIEN

James Peyton ?

 

JAMES

Oui, c’est moi.

 

Aurélien lui tend la main. 

 

AURELIEN 

(avec un accent français)

Aurélien Charpentier. Je suis ton compagnon de chambre. Bienvenue à Lausanne. Suis-moi. 

 

Aurélien prend une valise, James une autre. James suit Aurélien jusqu’à une voiture. 

 

AURELIEN

Le collège est à trois kilomètres d’ici. Le principal m’a autorisé à venir te chercher en voiture.

 

JAMES

Sympa.

 

Ils entrent dans la voiture.

 

AURELIEN

J’espère que tu vas te plaire ici.

 

Il démarre. Dans la voiture, James engage la conversation.

 

JAMES

Aurélien, c’est un prénom français.

 

AURELIEN

C’est exact. Je viens de l’Est de la France.

 

JAMES

Pourquoi être élève dans un collège américain, dans ce cas ?

 

AURELIEN

Ma mère est américaine. Mes parents sont séparés. Mon père vit à Paris, et ma mère à New York. Une vraie bourgeoise new-yorkaise qui voulait que son gamin apprenne dans la plus prestigieuse des écoles américaines. (Pause). En fait, elle voulait plutôt se débarrasser de moi. Mon père ne me voulait pas dans ses pattes à Paris, et elle mène la grande vie à New York. Ils n’avaient pas besoin d’un mioche pour gâcher leur petite vie bien tranquille. 

 

JAMES

Désolé, c’était sans doute une question à ne pas poser.

 

AURELIEN

Parlons plutôt de toi. D’où viens-tu ?

 

JAMES 

(Sourit faiblement)

Joker ! 

 

INT. JOUR / BUREAU DE STEVEN CORD

 

Steven Cord est assis à son bureau. Il consulte un dossier. L’interphone bourdonne. Il appuie sur le bouton.

 

STEVEN

Oui ?

 

MLLE NOLAN

Mlle Dixon est ici.

 

STEVEN

Paula ?

 

MLLE NOLAN

Oui, Monsieur.

 

STEVEN

Faites-là entrer.

 

Quelques secondes plus tard, la porte s’ouvre et Paula Dixon entre.

 

PAULA

Bonjour, Steven. J’espère que je ne vous dérange pas.

 

STEVEN

Non, mais je suis surpris de vous voir ici. Tout va bien ?

 

Paula s’avance vers Steven et sort de son sac la lettre qu’elle tend à Steven. Il la prend.

 

STEVEN

Qu’est-ce que c’est ?

 

PAULA

Lisez vous-même.

 

STEVEN

Ça vient de Houston ?

 

PAULA

Je pensais le cauchemar terminé. Mais cette lettre m’arrive comme une gifle en pleine figure. 

 

STEVEN

Cette lettre vous désigne comme exécuteur testamentaire des Bullock. 

 

PAULA

Steven, je ne sais pas quoi faire. 

 

STEVEN

Je sais que c’est délicat pour vous, mais vous ne pouvez pas vous dérober. La lecture du testament a lieu lundi prochain. 

 

PAULA

Je ne connais pas ces gens. Je ne vois pas pourquoi ils m’ont désigné comme exécuteur testamentaire.

 

STEVEN

Apparemment, ils n’avaient plus de famille.

 

PAULA

Je n’ai pas très envie de retourner là-bas, vous savez. Je n’y ai pas de très bons souvenirs.

 

STEVEN

Vous n’y êtes pas obligé. Vous pouvez vous faire révoquer, si vous le désirez.

 

PAULA

Qu’en pensez-vous ?

 

STEVEN

John et Roberta Bullock avaient suffisamment confiance en vous pour vous désigner exécutrice. A vous de voir si vous être prête à assumer.

 

Paula hésite. 

 

STEVEN

Ecoutez Paula, si vous ne vous sentez pas à l’aise, je peux vous accompagner à Houston.

 

PAULA

Vous feriez ça ?

 

STEVEN

Nous sommes amis. Et puis, je crois qu’un avocat à vos côtés sera le bienvenu. D’autre part, les affaires ne se bousculent pas au Cabinet, j’ai donc tout le loisir de m’éloigner de Peyton Place.

 

PAULA

Merci, Steven. Vous serez payé en conséquence.

 

STEVEN

Nous verrons ce que dit le testament. Je vais demander à Mlle Nolan de nous réserver un billet d’avion et un hôtel. 

 


A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 24/09/2012 22:40

La Gruyère est plus jolie, mais bon... James a besoin d'un bon copain plus de que sapins pour se changer les idées ;-)

Mr. Peyton 25/09/2012 11:05



En fait, j'ai préféré parlé de cette région uniquement parce que je m'y suis rendu en vacances. Autant parlé de ce que l'on connaît. Mais c'est sûr que la Gruyère doit être plus
jolie