Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 381 : Divergences d'opinions

Le Dr Michael Rossi a toujours pour habitude de répéter que le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée. Ce matin, Linden Peyton n’est pas loin de partager cet avis, mais pour des raisons différentes. Ce matin, Linden se sent libre. Après avoir passé 24 heures en garde-à-vue au poste de police de Peyton Place, il a échappé à une inculpation de meurtre. Le meurtre de David Chernak. Un témoin l’a vu se précipiter vers l’appartement de Norman et Rita Harrington après le premier coup de feu. Lavé de tous soupçons, Linden peut apprécier la vie à sa juste valeur, même si savoir Rita Harrington en prison le rend triste.

 

LLinden Peyton est installé dans la salle à manger du manoir des Peyton. Il se verse un café tandis que Betty Anderson entre et lui sourit. Jack arrive à son tour et lui sert la main.

James Peyton entre lui aussi dans la salle à manger, un énorme sourire aux lèvres. « Papa ! »

Linden se lève et étreint son fils. James a les larmes aux yeux. « J’ai eu tellement peur pour toi ! »

« C’est fini, fiston. »

Linden, submergé par l’émotion, se dégage de l’étreinte de son fils et le regarde droit dans les yeux. « J’ai été agréablement surpris de voir la nouvelle édition du Clarion ce matin. Tu as fait du bon boulot, James. Je suis fier de toi. »

« J’ai été content de boucler ce numéro. » James va se servir au buffet. « Ca m’a permis aussi de réfléchir à mon avenir. »

« Vraiment ? »

« Je veux devenir journaliste. C’est un métier qui me passionne. »

Linden sourit. « Je suis content si tu as trouvé ta voie. »

Betty semble déconnectée de la conversation. Perdue dans ses pensées, elle s’amuse à tourner la cuillère lentement dans sa tasse de café. Jack fronce les sourcils. « Quelque chose ne va pas, Betty ? »

Elle reprend ses esprits. « Quoi ? »

« Tu sembles dans un autre monde ce matin. »

« Qu’est-ce qui te fait dire ça ? »

« Tu remues ton café avec cette cuillère depuis un bon moment, alors que tu bois toujours ton café sans sucre. »

« Excuse-moi, Jack. Je pense beaucoup à Rita. »

Linden pose sa tasse. « Moi aussi je pense beaucoup à elle. Ce doit être dur pour elle. J’espère que Steven pourra la faire libérer. Elle ne mérite pas ce qui lui arrive. »

Jack hausse les épaules. « Oui. Elle sera relaxée je pense. Tuer une vermine comme Chernak ne pourra pas l’envoyer en prison. »

Betty se tourne vivement vers Jack. « Elle ne l’a pas tué ! C’est impossible, je la connais depuis toujours. Elle n’est pas capable de tuer quelqu’un ! »

Jack fait de gros yeux. « Calme-toi voyons, chérie. Si ce n’est pas Rita, c’est Norman dans ce cas. »

« Ne sois pas ridicule. Norman ne ferait pas de mal à une mouche. »

Linden croise les bras. « Betty, il n’y avait personne d’autre dans l’appartement. Si ce n’est pas Norman, c’est Rita, et je vous rappelle qu’on a retrouvé ses empreintes sur l’arme. »

Betty s’apprête à répliquer lorsque Lisa entre dans la pièce. Elle a les cheveux ébouriffés et titube. Elle se tient la tête. Apparemment, elle a la gueule de bois. Elle marche vers la table. « Oh, ma tête ! ».

Il semblerait qu’elle n’aperçoit Linden que maintenant. « Linden ! Ils t’ont relâché ? »

« Oui, tôt ce matin. »

Elle l’embrasse sur la joue et va s’asseoir en face de Jack. « C’est bien », se contente-t-elle de dire.

Linden fait la moue et dit d’un ton sarcastique. « Ton enthousiaste fait plaisir à voir, Lisa. Merci. »

Lisa se tient la tête en grimaçant. Jack sort de sa poche un tube d’aspirine qu’il jette sur la table, en face de Lisa. « Tiens, avale ça ! Ça te fera du bien. »

Lisa lance un regard de mépris à Jack. Puis elle se tourne, tant bien que mal malgré sa migraine, vers Linden. « Je savais qu’ils n’avaient rien contre toi. »

« Ils ont inculpé Rita. »

Lisa hausse les sourcils, intéressée. « Rita ? » Elle se tourne vers Betty. « Vous allez donc devoir reporter le mariage. »

Betty lui jette un regarde de défi. « Pourquoi ? »

« Mais voyons Betty, Rita est de la famille. Vous ne pouvez décemment pas vous marier si elle est en prison. »

« C’est bizarre, Lisa. Mais avant vous n’évoquiez jamais le nom de Rita. Et maintenant, elle fait partie de la famille. Avouez tout de même que ce renversement de situation a de quoi nous troubler. »

« Je ne connais peut-être pas bien Rita, mais je suis solidaire dans le malheur. »

« Arrêtez, vous allez me faire pleurer. »

« C’est pour Rita que vous devriez pleurer. Après tout, vous la connaissez mieux que moi. On a l’impression que ça vous est égal qu’elle soit en prison. »

« Bien sûr que non, et vous le savez très bien. Rita et moi sommes très proches… »

« Foutaises. Auquel cas vous auriez fait reporter le mariage. »

Jack jette sa serviette sur la table. « Ca suffit, vous deux ! La situation est déjà suffisamment délicate pour que vous en rajoutiez. »

Betty jette elle aussi sa serviette et se lève. Elle s’apprête à quitter la pièce. Jack se tourne vers elle. « Où vas-tu ? »

« Je n’ai plus faim. Je vais voir Rita avant de partir au bureau. »

Betty s’en va en claquant la porte. Jack observe Lisa d’un regard lourd de reproches. « Tu es contente de toi ? »

Puis il se lève et s’en va en claquant la porte. Amusé, James regarde son père. « Tu vois, les choses n’ont pas changé pendant ton absence. »

 

A suivre... 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie a 28/05/2012 18:45

Comme toujours, c'est tellement bien écrit qu'on est la petite mouche que Mary ne va pas tarder à écraser avec son chiffon ;-))

Mr. Peyton 29/05/2012 15:33



Merci tout plein