Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 348 : Un dîner avec mon fils

guillemetMaman, je ne vois pas ce que tu as contre elle. » James enfourne un gros morceau de steak dans sa bouche tout en regardant sa mère, assise en face de lui au Colonial.

« Elle passe son temps à faire du gringue à ton oncle, et uniquement pour sa fortune. »

« Qu’en sais-tu ? Tu ne la connais pas ? »

« Crois-moi, James, je connais ce genre de filles. Elle ne pense qu’à une chose : l’argent. Betty Anderson est partie de rien, et la voilà maintenant directrice de la Fabrique Peyton. Et en plus, elle habite au manoir. »

« Oncle Jack ne confierait pas la direction de la Fabrique à quelqu’un en qui il n’a pas confiance, tu le sais très bien. »

« Il a confiance en elle parce qu’elle sait le manipuler, voilà tout. »

« Maman, je crois que tu te fais des films avec cette histoire. Betty Anderson n’est pas Lucrèce Borgia. »

« C’est une arriviste. »

« Tu ne crois pas qu’Oncle Jack lui a confié la direction de la Fabrique uniquement parce qu’elle douée ? »

« Le seul don qu’elle a, c’est de m’horripiler. »

« Maman, tu exagères. »

« Je crois surtout que Betty Anderson ne laisse pas insensible la gente masculine, voilà tout. »

James avale un nouveau morceau de steak. « Moi, je l’aime bien. »

Lisa soupire. « On ne pourrait pas parler d’autre chose ? De tes études, par exemple. »

« Mes études vont bien, Maman, j’ai la situation bien en main. »

« En es-tu sûr ? »

« Pourquoi cette question ? »

« Parce que je n’ai reçu aucun bulletin de notes depuis ton arrivée à Peyton Place. »

« Les profs sont cool, ici. »

« Tu n’as rien trouvé d’autres ? »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Je veux dire qu’un de tes profs cool a appelé à la maison pour savoir s’il pouvait t’aider à passer en classe supérieure. Tu vas redoubler, c’est-ce pas ? »

James fait oui de la tête. « Je pense. »

Lisa lève les mains au ciel. « James, tu étais si bon élève à Denver. »

« Quitter Denver et venir à Peyton Place, ce n’était pas évident, tu sais. »

« Est-ce ça qui t’as déstabilisé ? »

« C’est possible. Le programme scolaire n’était pas le même. Mais je ne veux pas que tu te serves de cela comme excuse. »

« Que veux-tu dire ? »

« Je veux dire que les six mois d’essais sont presque terminés. Et tu vas devoir décider si on reste ici ou si l’on repart à Denver. »

« Qu’aimerais-tu que je décide ? »

« C’est à toi de décider, Maman. »

« Pas forcément. L’avis de mes enfants compte également. »

« Tout ce que je souhaite, c’est te voir heureuse. »

Lisa sourit et prend la main de James. « Tu es le garçon le plus gentil que je connaisse, tu sais. »

Lisa regarde son fils manger avec appétit son steak et le passé ressurgit à nouveau :

 

L’Eglise congrégationiste de Denver était comble. Lisa, enceinte de plus de huit mois, marchait lentement jusqu’au banc réservé à la famille. Elle s’assit tant bien que mal à côté de Linden. Celui-ci la regarda : « Tu vas bien ? Je t’attends depuis plusieurs minutes. La cérémonie va tout juste commencer. »

Lisa répondit d’un air exaspéré. « Tu me demande toujours si ça va. Bon sang, Linden, je vais aussi bien qu’une fille sur le point d’accoucher et qui doit supporter plusieurs kilos de plus. »

Linden la toisa du regard. « Cesse de jurer, Lisa. Nous sommes dans une église. »

A l’autel, Jack Peyton et Prisca Wyatt faisaient face au Pasteur. Ce dernier commença le laïus habituel que l’on fait au cours d’un mariage.

Lisa observait Prisca. Elle devait avouer que la jeune femme avait une classe folle dans sa longue robe de mariée. Et une nouvelle fois, une bouffée de jalousie envahit Lisa.

Le Pasteur continuait. « Si quelqu’un dans l’assistance est contre cette union, qu’il parle maintenant ou qu’il se taise à jamais. »

Les coïncidences sont parfois bien étranges. Etait-ce l’émotion ? La rancune ? La tristesse ? Lisa n’aurait su le dire. Toujours est-il que c’est lors de la formulation de cette fameuse question qu’elle se sentit perdre les eaux. Elle saisit la main de Linden et se leva en disant. « Mon Dieu. »

Pris de panique, Linden prit le bras de Lisa et traversa l’allée de l’église sous les regards ébahis des invités et des mariés.

En sortant de l’église, Lisa pouvait entendre le « oui » prononcé par Jack.

 

« Maman ? »

Lisa sort de ses pensées. « Oui ? »

« Je te demandais si ton poisson était bon. »

Lisa sourit. « Excellent. Mais ce qui est vraiment bon, c’est de passer cette soirée avec toi. »

 

à suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article