Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 306 : Une nouvelle confrontation

Betty Anderson est une femme prise au piège. Pendant quelques mois, elle a menti à son fiancé, Steven Cord. Et elle a empêché Hannah, la mère adoptive de Steven, d'approcher son fils. En s'attaquant à Hannah, Betty aurait dû savoir que la vengeance de la matrone serait impitoyable. Mais jamais elle n'aurait pensé à une vengeance aussi cruelle. En se rendant d'un pas déterminé chez Hannah, Betty espère avoir des réponses à ses questions et faire changer la déclaration qu'Hannah a faite à la police.

 

LLa sonnette de la porte d'entrée de l’ancienne maison des Manfredi retentit. Birgit, la servante, vient ouvrir. Betty est rouge de colère. Birgit la regarde d'un air interrogateur. "Mademoiselle ?..."

Mais Betty ignore la servante, pousse la porte et entre dans la maison. Birgit proteste. "Mlle, vous ne pouvez pas…"

"Où est-elle ?"

"Voyons, calmez-vous…"

"Où est cette sorcière ?"

Dans le confortable salon de la maison, Hannah Cord entend la voix de Betty. Calmement, elle range le livre qu'elle lisait sous les coussins du canapé, juste à temps avant que Betty n'entre.

Birgit apparaît derrière Betty et s'adresse, penaude, à sa patronne. "Je suis désolée, Madame. Mais je n'ai pas pu l'arrêter."

Hannah soupire. "Ce n'est rien, Birgit. Laissez-nous."

Betty parvient devant Hannah. Celle-ci fixe un point imaginaire puisqu'elle doit toujours faire croire qu'elle est aveugle. "Cette rencontre était inévitable, je suppose."

"Comment savez-vous que c'est moi qui suis ici ?" s'étonne Betty.

"Je vous ai entendu crier après Birgit. On aurait dit une truie qu'on égorge."

"Mme Cord…"

"Betty, vous n'avez rien à faire ici."

"Je veux des explications."

"Les seules explications seront celles données au Tribunal."

"Vous n'irez pas jusque-là."

"Pourquoi pas ? Je vous rappelle que vous avez voulu me tuer."

Betty secoue la tête. "Vous êtes malade ! C'est vous qui êtes tombée toute seule de ce maudit escalier. Vous avez perdu l'équilibre. Je n'y suis pour rien."

"C'est vous qui le dites, ma fille."

"Mme Cord, il faut que vous reveniez sur votre déclaration."

"Vraiment ? Et pourquoi ?"

"Parce que tout cela est faux !" Betty a crié. Elle s'en rend compte. Elle prend une profonde inspiration afin de se calmer avant de reprendre la parole. "Je sais que j'ai fait des erreurs. Pas mal d'erreurs. J'ai voulu protéger Steven en vous empêchant de le voir. Je vous ai sans doute fait du mal, mais je ne mérite pas d'être jetée en prison pour quelque chose que je n'ai pas fait. Si c'est là votre vengeance, ne croyez-vous pas qu'elle est trop dure ?"

Hannah soupire. "Betty, vous me fatiguez."

"Mme Cord, je ne vous ai pas poussé du haut de l'escalier. Vous avez fait une fausse déclaration à la police. Ça peut chercher loin."

"Ce sera ma parole contre la vôtre, Betty. La parole d'une pauvre femme aveugle contre celle d'une impitoyable menteuse qui a provoqué la cécité de la première. Comment croyez-vous que les jurés vont réagir ? Vous n'avez aucune chance."

"Vous n'irez pas jusque-là."

Hannah penche la tête d'un côté. "Bien sûr, je pourrais aller voir la police et leur dire que j'étais dans un tel état de choc que j'ai peut-être exagéré les choses. Que j'ai peut-être cru que vous m'aviez poussée. Mais que je n'en suis plus sûre du tout. Je pourrais effectivement retirer ma plainte. Cela nous épargnera un pénible procès."

Betty soupire de soulagement. "Je savais que vous n'iriez pas jusqu'au procès."

"Je n'ai pas dit que je le ferais, Betty. J'ai dit que je pourrais le faire."

Betty hoche la tête. "Très bien. Que voulez-vous en échange ?"

"Je veux…" Hannah saisit sa canne et se lève péniblement. "Je veux que vous quittiez Peyton Place, que vous quittiez la Nouvelle Angleterre, et que vous quittiez notre beau pays. Je ne veux plus jamais entendre parler de vous."

"Vous plaisantez ?"

"Il y a de très beaux endroits où vivre en Europe, Betty. Et je suis tellement indulgente avec vous que je vous paierais le billet aller quel qu’en soit la destination."

"N'y comptez pas. Je reste à Peyton Place."

"Pourquoi ? Plus rien ne vous attache à cette ville."

"Détrompez-vous."

"Vous ne pensez tout de même pas vouloir reconquérir Steven ?"

Betty ne répond pas. Ce qui signifie oui. Hannah éclate de son habituel rire froid. "Vous n'y parviendrais jamais Betty. Oubliez Steven. Tant que je serai en vie, il ne vous approchera plus."

Betty fait une moue dédaigneuse. "Vous êtes encore plus vile que je ne le pensais. Rien ne vous arrête, Hannah." Betty approche son visage de celui de la femme. "Laissez-moi vous dire une chose. Je ne quitterais pas la ville."

"Alors nous nous reverrons au procès, jeune fille."

"Vous êtes abjecte."

"Abjecte. Voilà un mot qui, sortant de votre bouche, est un compliment, je suppose. Comment dit-on déjà ? Ah oui. C'est l'hôpital qui se moque de la charité. Ou quelque chose comme ça. Parce que question d'être abjecte, ma chère Betty, vous dépassez tout le monde sur ce terrain."

"Vous me haïssez à ce point ? Au point de m'envoyer en prison pour quelque chose que je n'ai pas fait ?"

"Vous m'avez poussé de ces escaliers."

"Je n'ai rien fait !" hurle Betty. "Vous êtes tellement folle que vous finissez par croire ce mensonge."

"Cette conversation est terminée, Betty."

Betty est rouge de colère. "Oh, non. Je n'en ai pas fini avec vous."

"Quittez cette maison immédiatement, ou bien j'appelle la police."

Betty saisit le téléphone. "Appelez-là. Vous voulez que je compose le numéro ? Parlez-leur du chantage que vous me faite."

Hannah soupire. "Betty, arrêtez donc de vous faire du mal. Vous avez perdu, vous le savez. Vous avez perdu Steven. Pourquoi vouloir insister ? Je vous offre de redémarrer à zéro dans un autre pays. Prenez la France, par exemple. Il y a de nombreux jeunes gens qui seraient prêts à vous entretenir…"

C'en est trop pour Betty. Elle se précipite vers Hannah, la saisit par les épaules et la secoue de toutes ses forces. "Vous n'êtes qu'une sale vipère. Je vous ferais payer le mal que vous me faites."

"Betty, lâchez-moi !", hurle Hannah.

Mais Betty ne lâche pas Hannah et la secoue plus vivement encore. "Espèce de vieille folle."

"Ça suffit, Betty. Lâchez-moi !"

La porte du salon s'ouvre brutalement et Steven Cord apparaît. "Que se passe-t-il ici ?"

Betty regarde Steven et lâche Hannah. Celle-ci s'assoit sur le canapé. "Elle... elle a perdu la tête. Elle a voulu me tuer encore une fois."

Betty regarde tour à tour Steven et Hannah. "Ce n'est pas vrai. Steven, je…"

Hannah l'interrompt. "Steven. Dis-lui de quitter cette maison immédiatement. Sans quoi j'appelle la police."

Des larmes montent aux yeux de Betty, maintenant calmée. "Steven, il faut…"

Cette fois, c'est Steven qui l'interrompt. "Tu ferais mieux de partir Betty."

"Steven…"

"S'il te plaît, Betty. Va-t’en."

Betty essuie ses larmes et quitte la maison en courant.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 06/02/2012 10:59

Est-ce qu'on a le droit de dire que Betty est une gourde ? Pourtant elle a l'air d'une femme intelligente, mais là, franchement, elle aurait pu penser qu'il n'y avait rien à tirer d'Hannah, si ce
n'est encore plus d'ennui, et l'éloignement de son Steven ;-)

Mr. Peyton 06/02/2012 11:38



Quand on est dos au mur comme l'est Betty, il est normal de faire tout ce qu'on peut pour s'en sortir, quitte à faire un peu n'importe quoi.