Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 283 : Les confidences d'Ada

AWA l'hôpital de Peyton Place, Constance Mackenzie se trouve dans la chambre de Norman Harrington. Debout, elle regarde le jeune homme encore inconscient. Ses deux bras reposent sur des socles. Ils sont bandés. Constance a les larmes aux yeux. "Mon Dieu, Norman… pourquoi ?"

La porte s'ouvre et le Dr Michael Rossi entre. Il s'arrête, mue par la surprise. "Constance."

Le médecin, vêtu de sa blouse blanche, se dirige vers elle et l'embrasse. "Eli m'a appris que vous étiez à Peyton Place. Je suis heureux de vous revoir. Cela faisait longtemps."

"Bonjour, Mike. Ca fait très longtemps effectivement. Les choses ont beaucoup changé à Peyton Place."

"Comment va Elliot ?"

"Très bien. Son nouveau travail à Miami lui prend beaucoup de temps."

"J'imagine. Et le petit Matt ?"

"Il est chez Eli et Maggie."

"Il doit avoir beaucoup grandi depuis le temps."

"Oui, c'est un vrai petit garçon, très bavard par-dessus le marché."

Mike lui fait un clin d'œil. "Je sais de qui il tient. J'aimerais beaucoup le revoir. Accepteriez-vous d'aller dîner en ma compagnie un de ces soirs ?"

"Sans chaperon ?"

"Matt sera le chaperon, si vous voulez."

Constance sourit. "Cela me ferait très plaisir, en effet."

"Au fait, pourquoi êtes-vous à Peyton Place ?"

"C'est Eli qui m'a demandé de venir. Il voulait que j'apporte mon soutien et mon expérience à la pauvre Ada. J'ai pensé en même temps faire découvrir sa ville natale à Matthew."

Constance se tourne vers Norman. "Mike, comment va-t-il ?"

"Il est stable. Le problème, c'est qu'il a perdu beaucoup de sang et qu'il n'a pas repris connaissance."

"Pauvre Norman. Je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi il a fait ce geste désespéré."

"Beaucoup de tragédies ont traversé la vie de Rita et Norman ces derniers mois. Norman est un être plus fragile qu'il ne veut le laisser croire."

"Il va s'en sortir, n'est-ce pas ?"

"Il faut pour cela qu'il le veuille."

"Que voulez-vous dire ?"

"Je veux dire qu'il doit se battre pour sa vie. Et franchement, je ne sais pas s'il en a vraiment envie."

"C'est terrible ce que vous me dites-là, Mike."

"C'est pourtant la vérité."

"Mike se dirige vers le lit de Norman et examine rapidement ses constantes. "Je dois aller voir mes autres patients. Vendredi à 20 heures, ça vous va ?"

"Pourquoi ?"

"Le dîner. Au colonial ?"

"Disons plutôt 19 heures. Matt doit se coucher tôt."

"Parfait. Vendredi 19 heures."

Sur ce, Mike sort de la chambre.

Constance regarde encore Norman. Couché sur son lit, il semble paisible. Elle s'apprête à partir lorsque la porte s'ouvre. Ada Jacks apparaît. Constance note immédiatement la fatigue sur le visage de la tenancière de la Taverne. Apparemment, elle n'a pas dormi depuis longtemps. Ses joues sont creusées. Elle s'approche de Constance. "Bonjour Constance."

Un relent de whisky parvient aux narines de Constance. Celle-ci ne peut réprimer une moue de dégoût. Regrettant ce geste, elle espère qu'Ada ne l'a pas relevé. "Ada, je suis contente de vous voir. Nous étions inquiets, Eli, Maggie et moi. Nous vous attendions pour dîner la dernière fois. Vous n'êtes pas venue."

"Je suis désolée Constance, j'avais oublié. Tout simplement oublié. Vous pouvez comprendre que Rita occupe toutes mes pensées en ce moment."

"Je sais, oui. Personne ne vous en veut de nous avoir fait faux bond. C'est juste que nous étions inquiets."

"Pourquoi vous souciez-vous tant de moi, Constance ?"

"Ada, je connais les épreuves que vous traversez en ce moment. Je suis passée par là, moi aussi."

"Constance, nous avons chacun des réactions différentes face aux épreuves, vous devriez le savoir."

Constance sent Ada très agressive dans sa façon de parler. Elle remarque aussi qu'Ada, depuis qu'elle est arrivée, ne cesse de regarder Norman sur son lit.

Constance soupire. "J'espère que ce pauvre Norman pourra s'en sortir. Il ne mérite pas ça. Je suis contente de vous voir ici. L'infirmière m'a dit tout à l'heure que vous venez souvent voir votre gendre. Ça fait plaisir de savoir que quelqu'un veille sur lui."

Ada détourne enfin ses yeux de Norman et les tournent lentement vers Constance. Ses yeux ne sont plus qu'une fente. "Vous n'y êtes pas, Constance. Si je viens ici régulièrement pour voir Norman, c'est pour m'assurer qu'il ne se réveille pas."

"Quoi ?" Constance sait l'aversion d'Ada pour Norman, mais elle ne peut s'empêcher d'être surprise par la violence de cette phrase.

"Vous ne comprenez pas. Tout est de la faute de Norman. Sans lui, Rita n'aurait jamais disparu. Il lui a fait vivre un enfer depuis le jour où…"

Ada s'interrompt. Constance veut en savoir plus. "Depuis le jour où ?..."

"Rita m'a fait une confidence. Une terrible confidence."

"De quoi parlez-vous ?"

"Le jour où Fred Russell a été assassiné, il a violé Rita."

Constance baisse les yeux. "Mon Dieu. C'est horrible."

"Attendez la suite de l'histoire. Elle est encore plus sordide de que le reste."

Constance relève la tête, surprise.

Ada poursuit d'une voix froide. "Il se peut que Samuel soit l'enfant de Russell. Norman ne l'a jamais accepté. Il n'a jamais pardonné à Rita. En fait, elle n'avait rien à se faire pardonner. Rien n'était sa faute. Elle a traversé cette terrible épreuve sans Norman à ses côtés. Il l'a délaissé. Il n'a pas voulu faire de test de paternité parce qu'il était trop lâche. Il avait peur de ne pas supporter l'idée de ne pas être le père. Et voilà où tout cela l'a conduit. Sur un lit. Et j'espère que c'est son lit de mort."

Constance est choquée. "Ada… Je comprends votre ressentiment, mais ce n'est pas une raison pour…"

Ada interrompt Constance. "Taisez-vous ! Vous et Norman, vous êtes pareil. N'avez-vous pas menti à votre fille pendant des années en lui faisant croire qu'elle était une fille légitime, alors qu'en fait, elle était la fille d'Elliot, un homme marié. Il est facile pour vous de trouver des excuses à Norman. Vous vous ressemblez tous les deux. Les mêmes menteurs… De sales menteurs !"

C'est le moment que choisit Norman pour sortir du coma. Il commence à bouger les mains, tout doucement, puis à gémir. Constance et Ada se tournent vers lui. Derrière la vitre, l'infirmière se lève.

Ada veut avancer vers Norman. Mais Constance, qui suppose un mauvais coup de sa part étant donné la rancœur qu'elle a envers son gendre, la retient. "Non, Ada."

Ada regarde Constance droit dans les yeux. "J'ai des choses à lui dire."

"Je ne crois pas que ce soit le moment idéal, Ada. Laissez-le."

Ada persiste à vouloir aller vers Norman. Mais Constance la tient fermement par le bras. Ada s'offusque. "Lâchez-moi."

"Ada, vous devriez quitter cette chambre. Vous devez réfléchir à la situation et ne pas laisser vos émotions vous gagner. Rentrez chez vous."

Ada et Constance se regardent longuement. "S'il vous plait", insiste Constance.

Le Dr Michael Rossi entre précipitamment dans la chambre, accompagné de deux infirmières. Ils se dirigent vers Norman.

Constance lâche le bras d'Ada. Celle-ci, tête levée fièrement, quitte la chambre à pas lents.

Au chevet de Norman, Mike examine l'œil du malade. "Norman, est-ce que tu m'entends ? Si tu m'entends, cligne une fois des yeux."

Doucement, Norman cligne des yeux. Mike lui sourit. "Parfait, mon garçon. On peut dire que tu nous à faire une peur bleue, tu sais."

Norman tente d'articuler un mot. "Ri…"

Le sourire de Mike s'efface. "Il faut te reposer, Norman. C'est important. Nous parlerons plus tard."

Mike regarde Constance dans les yeux.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 04/01/2012 10:41

Ouf ! Enfin il se réveille... Et c'est une bonne chose qu'Ada ait enfin pu vider son sac ;-)

Mr. Peyton 04/01/2012 11:03



Oui, mais ce serait aussi une bonne chose qu'elle se reprenne et ne rejette pas toute la faute sur Norman...