Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

épisode 248 : sous les auspices de Matisse

guillemetW"Qui était-ce ?".

Betty raccroche le téléphone. "Peu importe."

Elle retourne au salon où Julie Anderson, sa mère, est en train de fixer un tableau – une reproduction de Matisse – au-dessus du canapé. "Ça va comme ça ?"

Betty regarde de loin. "Un peu plus à droite… Voilà, comme ça, c'est parfait."

Julie pose le tableau et entreprend d'enfoncer un clou dans le mur. "Tu sais chérie. Il y a une chose dont je voudrai te parler.

- Je t'écoute... Tu veux encore une tasse de thé ?

- Oui, s'il te plaît." Julie termine de poser le tableau, regarde le travail terminé et rejoint Betty près de la petite table où une tasse de thé chaud l'attend.

"Betty, au sujet de toi et de Steven.

- Oui…?

- Vous n'êtes pas mariés. Cependant… vous vivez ensemble.

- Et ?

- Ce n'est pas très convenable, tu en conviendras."

Betty soupire. "Maman, Steven et moi avons été mariés auparavant. Qui cela peut-il choquer ?

- Je ne sais pas. Peyton Place est une petite ville où l'on jase beaucoup, tu sais ça.

- Oui, mais je me fiche des jacasseries de ces dames de Peyton Place. Tout ce que je vois, c'est que l'on entre dans les années 70 et que les années 60 sont derrière nous. Il faut vivre avec son temps, Maman.

- Je ne crois pas que vivre avec une personne hors mariage soit vivre avec son temps.

- Et puis, de toute façon, tu es là pour nous chaperonner, n'est-ce pas ?

- Justement, Betty. Cette maison possède deux chambres. Et nous sommes trois."

Betty se met à rire. "Et bien nous dirons à qui veut l'entendre que Steven dort sur le canapé.

- Pas très confortable, mais je m'en contenterais s'il faut rassurer les chastes dames et demoiselles de notre charmante petite ville."

Betty et Julie se retournent et trouvent Steven sur le pas de la porte, son attache case à la main, qui leur sourit. Betty court l'embrasser. "Tu rentres bien tôt, chéri.

- Je n'allais certainement pas vous laisser travailler toutes seules à la maison. Il y a encore la cage d'escalier à repeindre." Il regarde le tableau. "Ce tableau fait un superbe effet ici.

- C'est Maman qui a choisi l’endroit.

- Et bien, je suis très honoré de devoir dormir sous les bons auspices d'un artiste comme Matisse. C'est gentil d'avoir pensé à moi, Julie.", ironise-t-il.

Julie fait un mélange de grimace et de sourire. "Je vais aller défaire mes valises."

Elle monte à l'étage. Betty prend la veste de Steven. "Comment s'est passé ta journée ?

- Très bien. Je suis sur une piste."

Le sourire de Betty s'efface. "Sur une piste ?

- Oui. Pour retrouver ma mère adoptive. Figure-toi qu'elle a quitté l'Europe il y a plusieurs mois et tout me laisse à penser qu'elle est ici."

Le cœur de Betty fait un bond. "Ici ?

- Oui, ici. Aux Etats-Unis."

Betty est soulagée. Elle avait eu peur que Steven l'eut retrouvée. "Vraiment ?

- Oui, j'ai plusieurs contacts que je dois voir dans les prochains jours pour leur demander de faire une enquête approfondie. Crois-moi Betty, d'ici quelques jours, on retrouvera Hannah Cord.

- Steven, es-tu sûr de vouloir la retrouver ?

- Bien sûr. Pourquoi cette question ?"

Betty baisse la tête. "C'est qu'elle t'as fait tellement de mal. N'oublies pas que c'est elle qui est à l'origine de ton attaque cardiaque.

- Voyons Betty, c'était une accumulation de choses qui m'a terriblement stressé.

- Peut-être, mais Hannah était la goutte d'eau qui a fait débordé le vase, je me trompe ?

- Elle a peut-être pu me faire du mal par le passé, mais aujourd'hui, malgré elle, elle peut apporter la solution à mes problèmes. A nos problèmes.

- Je ne sais pas, chéri. Je n'aime pas Hannah.

- Je ne te demande pas de l'aimer. Mais Hannah pourrait m'ouvrir enfin la porte à la fortune Peyton, celle qui me revient de droit, et je ne vais pas laisser passer ça."

 

***

 

guillemet"Je savais que tu reviendrais."

Le sourire froid d'Hannah glace le sang de Jack. Celui-ci s'avance près d'elle. "Vous êtes bien sûre de vous, n'est-ce pas ?

- Je suis sûre de beaucoup de choses, Jack. As-tu réfléchie depuis notre dernière discussion ?

- Oui. J'y ai beaucoup réfléchis. Je ne sais pas ce que vous attendez de moi, mais je suis prêt à écouter le marché que vous me proposez."

Hannah sourit à nouveau. "Assieds-toi, Jack. Je vais tout t'expliquer. Je sens que nous allons bien nous entendre."

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 09/11/2011 09:47


Hihi... si Julie savait qu'à peine 20 ans plus tard, ce genre de relation deviendrait presque la règle :-)


Mr. Peyton 09/11/2011 10:00



Ce qui fait de Betty une visionnaire