Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 23 - Famille Miles

Vickie Jackson bouge légèrement la tête, et une douleur au niveau de la nuque se fait ressentir. Sa bouche est pâteuse. Elle pose une main sur sa nuque et gémit. A ses côtés, Max, le chauffeur jovial, lui sourit. "T'es enfin réveillée ?".

 

A force de faire semblant, Vickie s'était réellement endormie. "Où sommes-nous ?". 

- A une trentaine de kilomètres de Boston. On devrait y être dans une demi-heure si tout va bien". 

Vickie regarde sa montre. 3 heures du matin. L'orage est toujours aussi violent. La pluie continue à marteler le pare-brise. Ce petit somme a permit à Vickie de remettre ses idées en ordre et tenter de réfléchir à la situation. Elle part pour Boston, retrouver son frère, qui est en prison. Le seul problème, c'est qu'elle n'a que cinq dollars en poche. Ce n'est pas suffisant. Il lui faut trouver de l'argent. Et manger aussi. Elle commence à avoir faim. Hier soir, elle n'a presque pas touché au dîner d'Alma Miles, trop préoccupée qu'elle était par sa fuite. 

Comme si Max avait lu dans ses pensées, il jette un regard à la fille et lui dit. "Derrière toi, il y a un sac. Il y a des barres de chocolat, si ça te dit". 

Le mot chocolat réveille encore plus l'appétit de Vickie. Elle se retourne et saisit le sachet se trouvant à l'arrière du camion. Son regard s'attarde alors sur un objet en cuir, posé à côté d'un matelas qui doit servir de couchette à Max. Un portefeuille. Elle jette un œil à Max, concentré sur la route dont la visibilité est amoindrie par le mauvais temps. Elle saisit le portefeuille et le cache dans le sac. Chaque chose en son temps. Elle prend d'abord une barre de chocolat qu'elle avale en un rien de temps. Ce qui fait sourire Max. "Et ben dis donc, t'avais faim." 

Max a toujours le regard fixé sur la route. Vickie en profite pour faire semblant de chercher une nouvelle barre de chocolat dans le sac. En fait, elle ouvre le portefeuille et y découvre, avec bonheur, une liasse de billets. Au moins cinquante dollars. Elle les prends et les met dans la poche de sa veste, en faisant bien attention que Max ne la voit pas. Le chauffeur fronce les yeux en regardant la route. La pluie continue à tomber, serrée, ça en devient presque angoissant. Vickie prend une nouvelle barre et redépose le sac, avec le portefeuille, à l'arrière du camion. 

Max hausse les épaules. "Dis donc, t'es pas causante comme fille. Quand je prends des gens sur le bord de la route, c'est un peu dans l'espoir de trouver quelqu'un à qui parler". 

Le cœur de Vickie se sert. Max est un gars gentil et elle s'en veut de lui avoir prit de l'argent. Mais elle n'a pas le choix. Sa survit en dépend. Elle ne peut plus rester avec lui. Elle doit impérativement sortir du véhicule avant que Max ne découvre qu'il a été volé. "Laissez-moi ici", s'entend dire Vickie. 

Max se permet de laisser la route un moment pour la regarder avec surprise. "Quoi ?"

- Laissez-moi ici. Je veux sortir". 

- Pourquoi ?"

- Je veux sortir, c'est tout. Arrêtez de me poser des questions". 

- Mais je peux pas te laisser dehors, en plein orage et par une pluie battante". 

- Ca ne fait rien pour la pluie et l'orage. Je veux que vous me laissiez à la prochaine aire de repos". 

- Ecoute, ma petite, ce n'est pas très raisonnable… Si tu as une envie pressante, je peux te déposer et attendre…"

Vickie l'interrompt. Elle doit se montrer autoritaire. "Pour la dernière fois, arrêtez-vous à la prochaine aire et repartez. Et arrêtez de poser des questions". 

Max commence à en avoir assez de cette petite pimbêche qui lui rabat le claquet sans arrêt. "Très bien… très bien… tu veux sortir…". Il s'arrête brusquement au bord de la route. "Alors dégage !".

Vickie ne demande pas son reste. Elle sort, sous la pluie battante, et referme la porte. A contrecoeur, Max redémarre le camion et secoue la tête. "Cette fille n’a vraiment rien dans le crâne". 

Vickie marche à pas rapide, sous la pluie.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article