Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 213 - Un appel de Denver

SSteven Cord entre au manoir et referme la porte d'entrée. Jack Peyton descend les escaliers en courant. Il est vêtu d'un tee-shirt blanc, d'un short de la même couleur, et d'un bandeau autour de la tête. Il sourit à Steven. "Hello, petit neveu… Je vais courir. Ça me maintien en forme. Tu viens avec moi ?... Ah non, j'oubliais ton attaque cardiaque. Si tu cours, tu pourrais faire une récidive."

Steven fait une grimace. "Ça t'arrangerais bien, avoue !

- J'ai vu Betty qui partait en voiture avec une valise.

- On peut dire que rien ne t'échappe.

- Vous n'avez pas de problèmes, tous les deux, n'est-ce pas ?

- Ca ne te regarde pas.

- Bien sûr que si, voyons. Vous êtes de ma famille.

- Betty est allée voir sa mère.

- Rien de grave, j'espère. Je veux dire, si elle est partie si brusquement, sans même te prévenir, c'est que ce doit être important.

- Elle m'a prévenue de son départ. Et moi comme Betty n'avons aucun compte à te rendre."

Jack secoue la tête. "Pauvre Betty. Il faut dire qu'avec un père neurasthénique…

Toujours aussi délicat dans tes propos…"

Avec une grimace de dédain, Steven se rend dans le salon. Jack hausse les épaules, sourit et s'apprête à sortir lorsque la servante, Mary, arrive d'un pas nonchalant. "Mr Peyton, téléphone pour vous."

Le ton las de la servante n'échappe pas à Jack. "Qui est-ce ?"

Mary hausse les épaules. "Je suis une servante, Monsieur, pas une réceptionniste téléphonique."

Puis elle tourne les talons et s'en va.

Exaspéré par l'attitude de Mary, Jack soupire. Puis il se rend au téléphone. "Jack Peyton.

- Jack, ici Horton."

Jack prend un ton faussement enjoué. "Terry, mon brave ami.

- Arrêtez de prendre ce ton condescendant avec moi, voulez-vous ?

- Que puis-je faire pour vous ? Laissez-moi deviner. La société de Denver a déposé le bilan et vous chercher un job. Vous vous tournez donc vers moi.

- Plutôt être jeté en pâture aux chacals que de travailler avec vous.

- Ecoutez Terry, je n'ai pas toute la journée. Dites-moi pourquoi vous appelez, qu'on en finisse.

- Vous êtes une sacrée ordure. Je comprends pourquoi Linden m'a demandé de vous appeler à sa place."

Le sang de Jack ne fait qu'un tour. "Horton, dites-moi ce qui se passe.

- Votre… Bruce est mort. Ce matin."

Jack est décontenancé par la nouvelle. Il pose le combiné un instant contre sa poitrine. Il prend une profonde inspiration et reprend le combiné à l'oreille. "A-t-il souffert ?

- La souffrance physique n'était rien en comparaison de la souffrance morale que vous lui avez infligé.

- Horton, gardez vos commentaires pour vous. Je prends le premier vol."

Il raccroche. Jack est visiblement bouleversé par l'annonce du décès de son père.

 

***

 

UUn taxi est garé devant la maison ayant appartenue jadis à Constance et Elliot Carson, et qui fût habitée dernièrement par Marsha Russell. Le Dr Rossi sort du taxi et se penche vers le chauffeur. "Attendez-moi là un instant s'il vous plaît."

Il passe le portail, jette un bref regard à la mangeoire d'oiseaux confectionnée par Allison Mackenzie et posée par Rodney Harrington voilà bien longtemps déjà, et s'achemine vers l'entrée principale. La porte est ouverte. A l'intérieur, Carolyn Russell ramasse quelques affaires et les dispose dans de grands cartons. Elle lève la tête lorsque Mike entre. "Dr Rossi."

Elle va l'embrasser. Mike regarde autour de lui. Les murs sont peints entièrement en orange vif. C'est de très mauvais goût. Carolyn semble lire dans ses pensées et dit : "La dernière folie de Maman."

Mike regarde les cartons. "Tu n'as pas à t'infliger ça.

- Je dois le faire. Je ne veux pas que ce soit des inconnus qui s'occupent des affaires de ma mère. Le camion doit venir demain matin. J'ai décidé de tout donner aux œuvres de charité. Que ferais-je de tous ces meubles et de tous ces habits ?

- Et toi, que comptes-tu faire à présent ?

- Je vais vivre chez Tante Viviane et terminer mes études. J'ai toujours l'intention de devenir médecin, vous savez."

Un silence, puis : "Et vous Dr Rossi ? Vous comptez toujours partir ?

- Mon… mon taxi m'attend. Je prends le train de 16 heures."

Carolyn se précipite vers Mike. "Vous allez beaucoup me manquer.

- Toi aussi tu vas me manquer. Mais… on reste en contact. Tu viendras me voir pour les vacances, d'accord ?

- Promis".

 

A suivre...

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 21/09/2011 08:58


Un homme touché par la mort de son père ne peut pas être l'ordure que tout le monde pense ;-)


Mr. Peyton 21/09/2011 10:37



Jack est surtout un être révolté qui a appris qu'on lui a menti toute sa vie sur sa naissance. C'est ce qui le rend antipathique dans son entourage. Parfois, il répercute sa colère sur les
autres. Mais intérieurement, il est sans doute plus vulnérable qu'on ne le pense.