Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 18 - Steven Cord

Steven grimpe les marches des escaliers menant à l'entrée du manoir de la famille Peyton. Parvenu sur le palier, il se surprend à être essoufflé et songe à aller passer un bilan médical dès que les deux procès seront terminés. Reste une interrogation : est-ce Mike Rossi qui procèdera au bilan ?

 

Il ouvre la lourde porte d'entrée et se dirige vers le salon. Priorité : un brandy pour se détendre. Il s'arrête sur le pas de la porte en voyant Eric Bullock juste à côté de la cheminée. Un homme est assis sur le fauteuil, à la droite d'Eric. L'homme se lève et toise le regard de Steven. Eric s'approche. "Steven, je vous présente Joseph Pellegrini". 

Steven jubile, persuadé qu'il possède maintenant la clé qui libérera le Dr Rossi. "Vous voilà enfin". 

Pellegrini reste sur la défensive. "Je ne sais pas pourquoi je suis ici, mais je vous préviens, vous allez avoir des nouvelles de mon avocat si vous ne me laissez pas partir". 

- J'ai une citation à comparaître pour vous, Mr Pellegrini."

- Je dois me rendre au Canada, je n'ai pas le temps de…"

Steven l'interrompt. "J'ai la preuve que vous êtes en relation avec Arnold Franklin. Et que vous occupiez la chambre voisine de celle de Fred Russell, au Colonial, le jour où il a été tué…"

- Quoi ? Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire à dormir debout ? Etes-vous en train de m'accuser de meurtre ?"

Eric se tourne vers l'homme. "Votre présence sur les lieux du crime change toute la donne". 

Steven se sert un brandy. "Vous allez rester ici, dans cette magnifique demeure, jusqu'à votre témoignage au cours du procès. Vous êtes mon invité". 

- Vous n'avez pas le droit de me garder de force ici". 

- Ecoutez, Mr Pellegrini. Je ne crois pas que vous ayez le choix. Nous allons devoir travailler  sur votre interrogatoire". 

- C'est de la séquestration. Vous risquez d'avoir de gros ennuis si vous ne me laissez pas partir". 

Joseph Pellegrini fait demi tour pour prendre la porte de sortie, mais deux colosses, bras croisés, l'attendent et l'empêchent de passer. Pellegrini se tourne vers Steven. "Qu'est-ce que vous attendez de moi ?"

- Je vous l'ai dit : des réponses". 

- Je n'ai pas tué votre Fred Russell". 

- Ecoutez, Mr Pellegrini, vous ne comprenez pas que…"

- … Non, c'est vous qui ne comprenez pas…". Joseph s'approche de Steven. Son regard exprime non seulement de la frustration, mais aussi de la peur. "… Arnold Franklin est un homme redoutable. Un prédateur. Si jamais je témoigne à votre procès, je suis mort. Et vous également". 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article