Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 169 : une maison, deux acheteurs

guillemetBetty, ravi de vous revoir." Milton Stockwell, le seul agent immobilier de Peyton Place, se lève et tend la main à Betty Anderson tout en lui souriant.

"Bonjour Mr Stockwell."

L'agence immobilière se trouve dans le bâtiment appelé Peyton Professional, regroupant également le cabinet d'avocat de Steven Cord, la banque et le cabinet médical. Stockwell est un petit homme chauve et luisant de sueur. "Asseyez-vous Betty. Ca fait un certain temps que l'on ne s'est vu. Comment va votre mère ?

- Elle va bien. Je l'ai appelé hier. Entre Papa et ses œuvres de charité, elle est très occupée.

- Vous lui passerez le bonjour.

- Je n'y manquerai pas.

- Bien, hier au téléphone, vous m'aviez semblé très pressée d'acheter une maison.

- Ca fait plusieurs mois que j'habite au Colonial et la note est plutôt salée.

- Je comprends. J'ai quelque chose pour vous. Une petite maison située en bordure de plage.

- Pas la maison du Dr Rossi, j'espère ?

- Non, elle n'est pas à vendre. Je parle d'une maison située plus à l'est.

- Celle des Manfredi ?

- Oui. Jorge Manfredi retourne en Italie et il vend la maison.

- Ca me paraît bien. Puis-je la visiter ?

- Oui. C'est prévu. Seulement, une autre personne est intéressée. Si ça ne vous dérange pas, je vous propose d'aller la visiter avec elle."

Betty hausse les épaules. "Je n'y vois aucun inconvénient. Qui est cette personne ?

- Je ne sais pas, elle n'a pas laissée son nom." Il regarde sa montre. "Elle ne devrait plus tardée, maintenant.

- Me voilà."

Betty ouvre grand ses yeux avant même de se retourner. Son cœur bat la chamade. Elle se tourne doucement vers la voix. "Vous… ?

- Et oui, ma chère. Moi." Hannah Cord se tient droite devant l'embrasure de la porte. Comme d'habitude, son regard est froid et insensible.

Betty fronce les sourcils. "Qu'est-ce que vous faites ici ?"

Hannah avance. "La même chose que vous. Je cherche une maison. J'ai décidé de revenir définitivement à Peyton Place."

Betty se tourne vers l'agent immobilier. "Mr Stockwell, voulez-vous bien nous laisser seules un instant ?

- Bien sûr. Je vais aller faire chauffer la voiture et je vous attends en bas."

Stockwell s'en va,

Betty toise Hannah du regard. "Mais qu'est-ce qui vous prend de vouloir revenir ici ? Vous n'avez pas causé assez de malheur ?

- Je ne crois pas que cela vous concerne, ma chère. Il se trouve que j'ai vendu la maison que je vous avais offerte, à vous et à Steven pour votre mariage. Cadeau que vous m'avez jeté à la figure peu de temps après. Il me faut donc une nouvelle maison et celle des Manfredi me paraît le meilleur choix.

- Pourquoi revenir à Peyton Place ?

- Pour me rapprocher de mon fils, Steven.

- Steven n'est pas votre fils. Occupez-vous plutôt de Jack. Vous vous entendrez bien ensemble. Vous êtes pareils : vindicatifs et malhonnêtes.

- C'est Steven que j'ai élevé. Je l'ai vu grandir. Il m'a appelé Maman toute sa vie.

- Je vous préviens, Hannah. N'approchez pas de Steven.

- Vous comptez m'en empêcher ?

- Parfaitement.

- De quel droit vous mêlez-vous de la vie de mon fils ?

- C'est vous qui l'avez envoyé à l'hôpital. S'il vous voit, s'il vous parle, il risque de rechuter. Je ne peux pas permettre cela."

Hannah ricane. "Ma chère Betty, pour qui vous prenez-vous ? Sa mère ? Sa femme ? Vous n'êtes rien pour lui.

- Vous n'êtes rien pour lui non plus.

- Donc vous êtes en train de m'interdire de voir Steven ?

- C’est exact. Ne l'approchez pas."'

Hannah s'approche de Betty, le regard emplit de haine. "Ecoutez-moi bien, je suis revenue à Peyton Place dans l'intention de renouer avec Steven. Si vous voulez m'en empêcher, il va falloir vous battre.

- Je suis prête pour cela.

- Avez-vous les armes qu'il faut ?

- J'ai toutes les armes nécessaires. Si vous restez à Peyton Place, je vous ferai manger la poussière, Mme Cord. Vous avez ma parole. Chaque minute que vous passerez dans cette ville ne vous laissera aucun répit."

Betty et Hannah s'observent en se défiant. Puis Betty reprend. "Dites à Mr Stockwell que la maison des Manfredi ne m'intéresse plus."

Betty contourne Hannah et s'en va.

 

***

 

A l’hôpital de Peyton Place, Steven Cord, en chaise roulante, ouvre la porte de la chambre de Susan Winter. Il entre doucement. Susan est couchée, elle regarde par la fenêtre, comme à son habitude depuis qu'elle est ici. Steven arrête la chaise devant le lit. "Susan ?"

Susan se retourne vers Steven.

Steven se racle la gorge. Il a encore du mal à parler, mais il arrive maintenant à bien articuler. "Je viens juste d'apprendre ce qui t'es arrivée. Comment… vas-tu ?

- Tu es venu ici pour me dire "je te l'avais bien dit", n'est-ce pas ?"

Steven secoue la tête en signe de négation. Susan se reproche ce qu'elle vient de dire. "Je suis désolée Steven. Je m'apitoie sur mon sort alors que tu viens de traverser de dures épreuves. J'ai appris par la presse que tu avais perdu le procès contre le testament de Martin Peyton."

Steven fait oui de la tête.

Susan poursuit. "Ca n'a pas dû être facile pour toi.

- Betty et moi n'en parlons jamais. Elle a peur que je fasse une rechute.

- Comment te sens-tu ?

- J'apprends à vivre avec ce que je sais. Ce n'est pas facile. Mais j'ai côtoyé la mort de près et je vois les choses différemment maintenant.

- C'est-à-dire ?

- Je veux vivre, Susan. Je veux me marier, avoir des enfants. Je ne veux plus courir à droite et à gauche. Je veux prendre le temps de vivre. Hannah Cord et Jack Peyton ne m'en empêcherons pas. Il faut que ce soit pareil pour toi, Susan. Le chagrin ne doit pas prendre le dessus.

- Steven, j'ai tellement de rancœur et d'amertume…

- Je sais, mais un jour tu devras dépasser ces émotions. Tu es encore jeune, et belle. Tu as toute la vie devant toi. Ne laisse personne la gâcher."

Susan lui offre un faible sourire en guise d'entendement.

 

A suivre...

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article