Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 165 : une drôle de requête

EEric ouvre précipitamment la porte du secrétariat du cabinet. "Mlle Nolan, j'attends…" Il stoppe net. La secrétaire n'est pas dans son bureau.

Le téléphone sonne. Après un temps d'hésitation, il va dans son bureau, ferme la porte et répond. "Bullock à l'appareil.

- Mr Bullock, ne m'en veuillez pas. J'ai fait faire une course à votre secrétaire. Je préférais être seul avec vous."

La voix d'Arnold Franklin fait frissonner Eric. Des gouttes de sueur perlent sur son front. "Où est-elle ? Et Paula ?

- Elles vont bien toutes les deux. Mlle Nolan est partie vous acheter un paquet de cigarettes. Vous fumez trop, vous savez. Ce n'est pas bon pour la santé.

- Bon sang Franklin ! Allez-vous me dire ce que vous voulez, à la fin ?

- J'y arrive, j'y arrive. Je veux que vous veniez à Boston. Vous et moi avons à discuter.

- Pourquoi avoir enlevé Paula ?

- Pour avoir l'assurance que vous allez bien faire tout ce que je vous dis.

- Je veux lui parler.

- Mais bien sûr." La voix condescendante que Franklin prend depuis le début agace sérieusement Eric.

Quelques secondes plus tard, il est soulagé en entendant la voix de Paula. "Eric…

- Paula, comment vas-tu ? Ils ne t'ont pas fait de mal ?

- Non. Tout va bien."

Franklin reprend le combiné, et parle toujours avec ce ton condescendant. "Vous voyez bien, Mr Bullock, nous ne sommes pas des monstres.

- Si jamais vous lui faite du mal…

- Il ne lui sera fait aucun mal, Mr Bullock. Si vous suivez nos instructions, tout ira bien.

- Où dois-je vous rencontrer ?

- Avant de vous dire où, je dois vous dire avec qui.

- Je ne comprends pas.

- Je veux que vous emmeniez quelqu'un avec vous."

 

***

 

Norman Harrington est assis à son bureau de "Harrington Motors", le magasin de vente de moto. Il regarde ses comptes et se frotte le menton. Ils ne sont guère brillants. Depuis le départ de Rodney, il a perdu 25 % de son chiffre d'affaires, et la diminution est malheureusement constante. Il soupire. Entre le magasin, Rita, Rodney… son cerveau est en constante ébullition.

Norman lève la tête de ses chiffres lorsqu'il entend quelqu'un toussoter. C'est Eric Bullock. "Norman, je ne vous dérange pas ?"

Norman se lève. "Des nouvelles de Rodney ?

- Non… non ce n'est pas ça.

- Alors que voulez-vous ? Pourquoi êtes-vous ici ?

- Norman, j'ai besoin de vous. Nous devons nous rendre à Boston, immédiatement."

 

A suivre...

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

MarIe 22/04/2011 09:11


Ce que j'en pense ? Qu'une semaine est VRAIMENT trop courte, c'est déjà la week end :-(

Joyeuses Pâques quand même