Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 139 : Marsha ne va pas bien... de même que Tom

guillemetEt avec ceci, Susan ?". Au Magasin Général de Peyton Place, Eli Carson tend un sachet de pommes à Susan Winter en souriant. Susan doit admettre que depuis son mariage, Eli Carson a rajeunit. Il est radieux. Susan n'en a que plus d'amertume envers son mari Tom, parti à Boston pour prêcher la soi-disant bonne parole.

Elle sourit à Eli. "Ce sera tout, merci Eli".

A cet instant, Marsha Russell entre dans le magasin. Eli se tourne vers elle. "Oh, bonjour Marsha".

Marsha ne répond pas. C'est un peu comme si elle n'avait pas entendu Eli. Elle se rend près des fruits et légumes.

Eli hausse les épaules et regarde Susan. "Avez-vous des nouvelles de Tom ?". En voyant le sourire s'effacer sur le visage de Susan, Eli comprend qu'il a fait une bourde.

Susan se reprend. "Non, Eli. Et je pense que c'est mieux ainsi".

"Je sais que ce n'est pas facile pour vous, Susan".

"Ca va aller", ment-elle.

Après avoir pris une profonde respiration, Susan saisit son sac à provisions. "Au revoir, Eli. Mes amitiés à Maggie".

"A bientôt et bonne journée".

Susan s'apprête à sortir du magasin, mais finalement se tourne vers Marsha. Celle-ci est occupée à regarder un abricot, qu'elle caresse du doigt. Visiblement, Marsha n’a pas l’air dans son assiette. Elle continue à fixer et caresser le fruit comme s'il n'y avait plus que ça qui compte dans sa vie. Elle semble totalement hors de la réalité.

Susan s'approche d'elle. "Marsha… Marsha, est-ce que ça va ?"

Marsha ne répond pas. Elle se contente de regarder l'abricot. Susan s'inquiète et insiste. "Marsha ?"

Cette fois, Marsha regarde Susan. "Quelle belle couleur, n'est-ce pas ? Vous aimez les abricots ?"

Susan fronce les sourcils. "Marsha, vous êtes sûre que ça va ?

- J'adore la couleur de ce fruit. Elle inspire le soleil levant, vous ne trouvez pas ? Le soleil levant, cela évoque le jour nouveau. L'espoir d'un jour meilleur".

Susan toussote. "Hmm, Marsha, je voulais vous dire… si vous avez besoin de parler, surtout n'hésitez pas…"

Marsha se tourne brutalement vers Susan et dit d'un ton sec. "Je parle en ce moment. Je parle et personne ne m'écoute, comme toujours…"

Puis Marsha s'enfuit du magasin en courant. Eli se tourne vers Susan. "Ce n'est rien, Susan. Ca va lui passer. Maggie et moi irons la voir ce soir.

- Au revoir, Eli".

Susan sort dans la rue. Elle traverse le square et se rend chez elle. Au moment où elle ouvre la porte, le téléphone sonne. Elle se précipite pour répondre, espérant que l'interlocuteur ne va pas raccrocher avant. Elle décroche le combiné. "Allô".

Rien à l'autre bout du fil. Elle insiste. "Allô ? Qui est à l'appareil ? Allô".

Et soudain, un cliquetis se fait entendre. La ligne est coupée.

 

***

 

Tom Winter a encore le doigt posé sur l'appareil. Il regarde Cyndie d'un air mauvais. Celle-ci tient le combiné du téléphone dans la main. Tom saisit le combiné et raccroche l'appareil. Ils sont dans une cabine téléphonique publique, à deux pas de leur appartement désaffecté. "Qui appelais-tu ?"

Cyndie ne répond pas. Tom hausse la voix. "Qui !"

Cyndie sursaute. Tom aperçoit alors une carte de visite dans sa main. Il la prend et comprend qu'il s'agit d'une carte de visite de Susan. "Mon Dieu, Jill, mais tu as perdue la tête ! Que fais-tu avec la carte de Susan ? Pourquoi l’appelles-tu ?"

Cyndie baisse les yeux. Elle a visiblement peur. Tom pose un regard menaçant sur Cyndie. "Je t'ai posé une question Jill, répond !"

Mais Cyndie ne répond pas. Elle se met à pleurer. Tom s'impatiente. "Je le savais. Tu ne pries pas assez. Tu te détournes de l'œuvre de Dieu. Retournons à la maison et allons prier tous les deux".

Cette fois c'en est trop pour Cyndie qui ne supporte plus cette situation. "Nous n'avons pas de maison, William. Nous squattons un appartement minable et infesté de cafards.

- C'est l'endroit que Dieu nous a donné. Il faut lui en être reconnaissant.

- Arrête s'il te plaît. A force de parler de Dieu de cette façon, tu blasphèmes".

Tom n'en croit pas ses oreilles. "Quoi ? Si tu crois que je blasphème, tu as vraiment un problème, ma fille.

- Non, c'est toi qui a problème. Tu ne t'en rends même pas compte. Tu fais et tu dis n'importe quoi.

- Rentrons à la maison en parler.

- Je retourne dans ma maison… chez mes parents. J'en ai assez de ta folie".

Cyndie tourne les talons et s'en va d'un pas décidé.

Tom crie : "Reviens ici !"

Mais Cyndie continue à marcher droit devant elle.

"Reviens, Jill !".

Cyndie s'arrête. Une poussée d'adrénaline lui traverse le corps. Une colère sourde monte en elle. Elle se retourne et, le regard noir, se rapproche de lui. "Je ne sais pas qui est cette Jill, et je ne veux même pas le savoir. Je veux juste que tu saches une bonne fois pour toute que je m'appelle Cyndie. Si ton esprit de malade peut retenir au moins ça…

- Ne me quitte pas, Jill… J'ai besoin de toi. Moi et le Seigneur avons besoin de toi.

- Tu es malade, Tom Winter… C'est bien ton nom ? Tom Winter.

- Reste…

- Je ne pourrais pas supporter de rester une minute de plus avec toi. Je ne veux pas gâcher ma vie à faire la manche pour toi et à prier un Dieu que tu façonnes à ta propre image".

Soudain, Tom saisit Cyndie par les bras et la secoue. "Arrête de dire ça. Le diable fait son œuvre. Arrête".

La colère monte chez Tom. A tel point qu'il pousse Cyndie contre le mur. Violemment. Trop violemment. La jeune fille tombe lentement le long du mur. Etendue sur le sol, elle ne bouge plus. Tom se penche sur elle. "Jill… Jill… Jill répond moi".

Il passe sa main sur les cheveux de Cyndie, et sent quelque chose d'humide et tiède sur les doigts. Il regarde sa main et voit du sang. Il se lève brusquement, regarde une dernière fois la jeune fille étendue sur le sol. Puis il regarde à droite et à gauche. Personne à l'horizon. Il prend ses jambes à son cou et court le plus vite possible.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article