Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 127 : Bruce Peyton

Un vieil homme, d'environ 70 ans, traverse péniblement la salle du tribunal de Boston, muni de béquilles. Il s'assoit à la barre des témoins, devant les regards médusés de Steven, Betty et Eric. Jack pointe le doigt en direction du vieil homme. "Messieurs, Madame, je vous présente Bruce Peyton, mon illustre père… enfin c'est ce que je croyais il y a encore quelques semaines".

La Juge décide de prendre la parole et se tourne vers le vieux Bruce. "Monsieur Peyton, voulez-vous bien nous dire qui vous êtes et pourquoi vous êtes ici ?".

Le vieil homme sourit. "Avec plaisir. Comme l'a dit Jack, que j'ai toujours considéré comme mon fils, je m'appelle Bruce Peyton. Je suis en fait le frère de Martin Peyton". Bruce voit le visage de Steven se décomposer.

Steven secoue la tête. "Bruce Peyton est mort.

- C'est ce qu'a fait croire Martin en tout cas. J'étais mort pour lui. C'est sans doute ce qu'il a voulu dire". Bruce se tourne vers la juge. "Je suis de deux ans l'aîné de Martin Peyton. Nous avons vécu ensemble jusqu'à mes vingt ans. Martin en avait donc dix-huit quand je suis partie. J'étais le rebelle de la famille. Le paria. Celui qui n'avait que faire de l'entreprise familiale. J'ai toujours voulu voler de mes propres ailes. Martin, lui, était le fils prodigue. Celui qui était toujours derrière son père. Etudiant, il passait toutes ses vacances et son temps libre à la Fabrique Peyton. C'était sa seule préoccupation. Il voulait diriger l'entreprise familiale. Seulement voilà, j'étais l'aîné. C'était donc à moi que devait revenir la direction de la Fabrique. Même si je n'avais pas envie de la diriger, j'ai voulu tenir tête à mon frère, par pur esprit de compétition. Que voulez-vous, c'est le caractère bien trempé des Peyton que de vouloir toujours être premier dans tout. C'est ce que notre père nous avait inculqué. L'esprit de compétition, l'orgueil des Peyton. Mais Martin tenait absolument à diriger seul la Compagnie. Il aurait fait n'importe quoi pour m'évincer. Et il y est parvenu.

"Comment y est-il parvenu ?" demande la juge.

"Par un stratagème dont lui seul avait le secret. Il m'a piégé. Ce pauvre vieux crétin de Martin passait son temps à piéger les gens. Piège et chantage, les deux mots clés de Martin Peyton.

- Mr Peyton ?..." le presse la juge.

"Oui… oui…  Mais avant cela, pourrais-je avoir un verre d'eau, s'il vous plaît ? J'ai la gorge sèche".

La juge soupire. "Qu'on apporte un verre d'eau à Mr Peyton. Nous faisons une pause de cinq minutes".

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article