Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 117 : Jim Radcliffe

Dans l'ascenseur qui le mène au rez-de-chaussée de l'hôtel, Eric Bullock songe à Susan. Une sourde appréhension le saisit. J'espère qu'il ne lui ait rien arrivée. Encore une fois, il tente d'analyser la situation. Susan se fourvoie dans une histoire qui ne pourra pas trouver d'issue positive. Eric est persuadé que Susan en est consciente, et que malgré elle, elle essaie désespérément de recoller les morceaux de sa vie. Mais il sait aussi que son histoire avec Tom pourrait la conduire à nouveau dans les méandres de l'alcoolisme. Et c'est ce qui est le plus grave. Eric espère simplement qu'elle ne replongera pas.

La petite musique annonçant l'ouverture des portes de l'ascenseur se fait entendre. Eric en sort et se dirige vers la réception. Le réceptionniste lève la tête. "Monsieur Bullock.

- Avez-vous des messages pour moi ?

- Oui Monsieur".

Le réceptionniste sort trois petites feuilles de la case appartenant à la chambre d'Eric. Eric les prend et les consulte. Puis il lève la tête vers le réceptionniste. "Rien d'autre ?

- Non Monsieur.

- Susan Winter est-elle dans sa chambre ?"

Le réceptionniste regarde le tableau à clés. "Non, sa clé est ici, Monsieur".

Eric soupire. Susan, où peux-tu bien être ? Il regarde à nouveau ses messages. Les trois sont de la même personne. Jimmy Radcliffe. Un de ses détectives qu'il avait débauché pour enquêter sur Franklin à l'époque du procès du Dr Rossi. Trois messages en l'espace d'une heure, ce doit être important. Il décide de solliciter de nouveau le réceptionniste. "Puis-je utiliser le téléphone de la réception ?

- Bien sûr, Monsieur". L'employé de l'hôtel tourne le téléphone afin qu'Eric puisse composer le numéro. Au bout d'une sonnerie à peine, quelqu'un répond. "Radcliffe". Eric perçoit de l'angoisse dans la voix de son interlocuteur, ce qui le surprend. D'ordinaire, Radcliffe est un homme très sûr de lui. Son imposante stature est d'ailleurs réputée. Radcliffe est un homme qui fait peur, et non un homme qui a peur. "Jim, c'est Eric".

A l'autre bout du fil, Radcliffe soupire de soulagement. De grosses gouttes de sueur perlent sur son front. Ses yeux sont révulsés par la terreur. "Eric, enfin j'arrive à te joindre".

Le ton de son interlocuteur ne laisse rien présager de bon à Eric. "Jim, bon sang, mais qu'est-ce qui se passe ?

- C'est au sujet de Franklin.

- Je t'écoute.

- Franklin n'est pas clair.

- Que veux-tu dire par là ?

- Je ne veux rien dire au téléphone.

- Jim, arrête ce ton mélodramatique. Nous ne sommes pas dans un feuilleton. Dis-moi plutôt ce que tu as appris de si important sur Franklin, et qu'on en finisse.

- C'est pire que tout ce que tu peux imaginer. Rejoins-moi ce soir au Sunday Light, tu connais ?

- C'est un endroit peu fréquentable.

- C'est un endroit suffisamment discret, et c'est tout ce qui m'importe.

- Jim, tu ne veux vraiment rien me dire par téléphone ?

- Je ne peux pas. Je suis tombé sur une véritable bombe prête à exploser. Et si elle explose, ça risque de faire très mal.

- Très bien. On se retrouve au Sunday Light à 20 heures, ça te va ?"

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MarIe 15/02/2011 14:21


Mais quel suspense !!! Vivement demain ;-)))