Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 675. Une dernière chance

hudson

 

KC Reid était une femme déterminée. Et elle s’est fait la promesse de ne pas quitter New York avant d'avoir des réponses concrètes à ses questions.

Elle avait épuisé toutes ses cartouches. Presque toutes. Car il restait encore une dernière carte à sortir de son jeu. L’ultime chance d’avoir un semblant de début de piste.

Blottie dans son manteau, elle était appuyée contre un arbre, sur le trottoir, dans le quartier du Queens. Il faisait froid et le printemps tardait à venir.

KC attendait que la femme rentre chez elle. Pour passer le temps, elle réfléchit aux éléments qu’elle avait en sa possession : une famille afro-américaine, un fils blanc adopté à l’âge de 12 ans après que son père biologique se soit jeté du quatorzième étage de son immeuble.

Le fils biologique, Stuart, est sans aucun doute Cal Fullerton. Alors pourquoi a-t-il atterri à Peyton Place sous un faux nom ? Stuart Jordan était un délinquant. Il se droguait. Fullerton est médecin.

KC secoua la tête. Ça ne collait pas !

Elle était pourtant persuadée d’une chose : le rapport qu’elle s’était procuré lorsqu’elle avait enquêté sur Fullerton était un faux. Ce rapport était trop lisse. On avait procuré à Fullerton une fausse identité, et en même temps une vie qu’il n’avait pas eu. Pourquoi ?

Une personne pouvait encore répondre à ses questions. Et la voici justement qui arrivait.

Elle marchait vite, les yeux baissés vers le trottoir. Lorsqu’elle parvint près de KC, celle-ci surgit devant elle. « Mme Sifuentes…

La servante des Jordan fut surprise de voir KC. Elle baissa les yeux. « Laissez-moi, je n’ai rien à vous dire.

- Oh, mais je suis sûre du contraire, Madame Sifuentes.

- Vous ne comprenez pas ? Je ne vous dirais rien. J’ai…

- Peur ? C’est ça que vous vouliez dire ?

- Je ne veux pas perdre mon emploi.

- Je veux juste quelques réponses à mes questions.

- Je ne sais rien qui puisse vous intéresser.

- Je suis sûre que si. Maria… s’il vous plaît.

- Laissez-moi ou bien j’appelle la police.

Maria contourna KC et repartit vers sa maison, toujours en baissant les yeux.

Mais KC n’entendait pas en rester là. Elle suivit Maria Sifuentes. « Maria, c’est très important. Un homme a été tué il y a six ans et une femme a été accusée à tort de ce meurtre. Et je crois que le meurtrier est Stuart Jordan.

Maria s’arrêta soudainement. KC continua : « Il faut qu’on l’arrête. Il est dangereux. Il s’en est pris à sa femme et…

Maria se tourna vivement vers KC, les yeux agrandis pas l’horreur. « Vous voulez dire qu’il est marié !

Et voilà !

Maria Sifuentes venait d’avouer qu’elle savait Stuart Jordan encore en vie. KC avait touché dans le mille.

« Oui. Il est marié et son épouse est en danger depuis qu’elle a découvert que c’est un meurtrier. Maria, il faut que vous me parliez.

Maria hésita encore un instant, puis fit signe à KC de la suivre jusque chez elle.

 

***

 

KC était maintenant devant une tasse de café fumante, dans le modeste salon de Maria Sifuentes.

La servante des Jordan s’assit en face d’elle. « Stuart est un homme dangereux. Je l’ai toujours su.

- Donc vous savez qu’il n’a pas disparu. Racontez-moi.

Maria baissa les yeux. « Stuart a toujours eu des problèmes. Depuis qu’il est venu vivre avec les Jordan.

- Des problèmes de drogue ?

- Des problèmes de drogue, oui. Stuart était quelqu’un qui a toujours été mal dans sa peau. Il n’avait aucun ami, tout le monde se moquait de lui et il se renfermait sur lui-même à mesure que les gens s’éloignaient de lui. Il a commencé à se droguer. Paradoxalement, il était doué pour les études. Il était premier de sa classe. Une raison supplémentaire pour ses camarades de lui en vouloir. Après l’obtention de son diplôme, il devait aller à Harvard, étudier le Droit. Mr Jordan voulait qu’il devienne médecin, mais Stuart préférait le Droit.

KC buvait les paroles de Maria. « Et il n’est pas allé à Harvard, n’est-ce pas ?

Maria secoua la tête. « L’été avant son départ, une chose terrible est arrivée.

Maria se mit à pleurer doucement.

KC posa sa tasse. « Quoi ? Maria, que s’est-il passé ?

- C’était une chaude journée d’août. J’étais dans la cuisine, mais il faisait tellement chaud que j’avais laissé un peu la porte entrouverte pour profiter de la climatisation du salon. Je… crois qu’ils n’ont jamais su que j’avais assisté à la scène.

- Dites-moi ce qu’il s’est passé.

- Une violente dispute entre Stuart et Mme Jordan. Je ne sais pas comment elle a commencé car j’étais occupée à faire la vaisselle. J’ai alors entendu Stuart hurler après sa mère. Je me suis approchée de la porte et j’ai suivi la scène. Stuart était sous l’emprise de la drogue. Il était devenu comme fou. Il voulait de l’argent, mais Madame Jordan refusait de lui en donner. Elle savait parfaitement ce qu’il allait faire avec et elle ne voulait pas le voir se détruire. Mais Stuart ne s’est pas calmé. Il était hors de lui, comme possédé. Et il a dit… il a dit…

Maria se moucha. KC l’encouragea. « Qu’a-t-il dit, Maria ?

- Il a menacé Madame Jordan.

- Menacé comment ?

- Il lui a dit que s’il ne lui donnait pas de l’argent immédiatement, il allait la tuer. Et lorsque Madame Jordan l’a mis au défi de le faire, il a répondu une chose terrible.

Maria s’interrompit. KC se pencha en avant et demanda doucement : « Qu’a-t-il dit ?

- Il a dit qu’il avait déjà tué qu’il n’hésiterait pas à commettre un nouveau crime.

- A-t-il dit qui il avait tué ?

- Oui.

- Qui ?

- Son père biologique. Il buvait et le battait chaque jour. Il a fini par le pousser du balcon de la fenêtre de leur appartement.

KC passa une main dans sa chevelure blonde. « Que s’est-il passé ensuite ?

- Comme Madame Jordan ne voulait pas lui donner l’argent, il s’est jeté sur elle et l’a étranglée. Il serrait très fort sur sa gorge, elle n’arrivait plus à respirer. J’allais intervenir quand Monsieur Jordan est entré dans la pièce et à maîtriser Stuart.

Maria leva vers KC des yeux embués de larmes. « Il serrait vraiment très fort. C’était comme si ses doigts étaient collés à la gorge de Madame Jordan. Si Monsieur Jordan n’était pas entré à ce moment-là, Stuart aurait tué sa mère adoptive. J’en suis persuadée.

- Qu’est-il arrivé ensuite ?

- Je n’ai plus jamais revu Stuart. Le lendemain, on annonçait sa disparition soudaine.

- Et selon vous, qu’est-il arrivé à Stuart ?

- Son père lui a offert une nouvelle identité. Il connaît les personnes capables de fournir une nouvelle vie à des criminels pour éviter les poursuites judiciaires. Dans le cas présent, c’était surtout pour protéger Madame Jordan. Monsieur Jordan a compris à quel point Stuart pouvait être dangereux.

KC soupira. Voilà comment Cal Fullerton était né. « Etes-vous sûre qu’il a fourni une nouvelle identité à Stuart ?

- Oui, je l’ai entendu parler au téléphone à un de ces types chargés de faire des faux papiers.

- Mais Jeremy Jordan savait que Stuart était dangereux. Pourquoi l’avoir lâché dans la nature ?

- Monsieur Jordan ne l’a pas à proprement parlé lâché dans la nature. Il s’est toujours occupé de lui, mais à distance. Le principe était qu’il ne revienne jamais à la maison et qu’il ne touche plus à Madame Jordan.

KC n’en revenait pas. Cette histoire était la plus incroyable qu’elle ait jamais entendu.

Elle se leva, mais avant de prendre congé, elle demanda à Maria une dernière chose : « Avez-vous déjà entendu Monsieur Jordan parler de Peyton Place ?

- Oui bien sûr, Monsieur Jordan avait soutenu la campagne d’un candidat à la mairie de cette ville. Un certain Jack Peyton, qui a été élu d’ailleurs.


 

à suivre...

Attention, pour des raisons d'emploi du temps serré, il n'y aura pas d'épisode jeudi et vendredi. Les Peytoniens seront de retour (en pleine forme ) dès lundi. Merci de votre compréhension

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Mr Peyton 12/03/2014 18:30

Je te réponds ici en attendant de mettre en place un nouveau thème, parce que les réponses directes ne sont pas très lisibles depuis la migration de la plateforme.

Eh oui, ce Cal Fullerton est décidément le plus monstrueux personnages de Peyton Place :-(

Pour le surmenage, ça va aller, je reste zen :-)

Marie A 11/03/2014 21:23

Le pire, c'est que l'idée que Cal ait pu assassiner son père ne nous a effleurés qu'au début de cet épisode... pourtant c'était tellement inévitable :-)

Alors on va prendre notre mal en patience, et te souhaiter pas trop de surmenage quand même :-) A lundi