Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 671. De réels soupçons

colonial post inn hiver

 

Le lundi midi, il n’y avait jamais beaucoup de monde dans la grande salle de restaurant du Colonial Post Inn. Steven Cord y emmena son associée Carolyn Russell à déjeuner.

Il avait remarqué ses derniers temps une certaine tension chez la jeune femme et il espérait qu’un déjeuner allait pouvoir la détendre, ne serait-ce qu’une heure ou deux.

La tension de Carolyn était justifiée. D’abord cette histoire de harcèlement qui n’était toujours pas réglée, puis l’internement de Marsha avait nerveusement achevé la jeune avocate.

Steven avait de la peine pour elle. Elle était encore jeune et avait traversé tant d’épreuves.

Il commanda un steak tartare et Carolyn une salade composée. Ils agrémentèrent le repas d’un bon Bordeaux rouge.

Après avoir discuté de base-ball et de l’arrivée du printemps prochain, Steven en vint à parler affaire. « Carolyn, j’ai du nouveau sur Billy Chambers.

Il sentit Carolyn se raidir. « Je t’écoute.

- Avant, j’aimerais que tu me dises ce que tu cherches réellement.

- C’est personnel, Steven.

- Crois-tu vraiment que je vais me satisfaire de cette réponse ?

Carolyn soupira. « Très bien, si tu veux tout savoir, Billy Chambers et moi nous sommes connus à New York. On est sortis ensemble.

- Et ?...

- Et l’histoire a capoté. Et j’ai l’impression que sa venue à Peyton Place n’est pas… comment dire… normale.

- Il veut peut-être te reconquérir.

- Je ne sais pas.

- Que s’est-il passé entre vous deux à New York ?

- C’est une longue histoire.

- Tu ne veux pas en parler, n’est-ce pas ?

- Je ne préfère pas, non. Mais ce que je peux te dire, c’est que je pense que Billy Chambers est quelqu’un de peu fréquentable.

Steven fronça les sourcils. « J’ai l’impression que je n’en saurais pas plus.

- Dis-moi ce que tu as trouvé.

- Pas de cadavre dans le placard. Mais une chose m’a étonné.

- Quoi ?

- Savais-tu qu’il avait quitté la police en juin dernier ?

- Non, c’était peu après mon arrivée ici.

- Oui.

- Et qu’est-ce qu’il a fait entre juin et sa venue à Peyton Place ?

- Rien. Et c’est ce qui m’a étonné. Je n’ai aucune information sur ce qu’il a pu faire pendant cette période. C’était comme s’il s’était évanoui dans la nature.

Carolyn paraissait très troublée. Steven fronça les sourcils. « Carolyn, dis-moi ce qui ne va pas avec ce type.

- Très bien. J’ai quitté Billy parce qu’il était un peu trop…. (elle cherchait ses mots)… collant… autoritaire.

- Il était violent ?

- Non, pas du tout. Il était trop présent, il ne me laissait pas respirer, il voulait passer chaque moment de sa vie avec moi. Il m’appelait au bureau toutes les cinq minutes.

Steven sourit. « Il était amoureux.

Carolyn secoua la tête. « Non, enfin pas de façon normale. Son jeu était malsain. Notre relation était trop exclusive. Peu à peu, je me suis détachée de lui, j’ai commencé à prendre mes distances. Il l’a remarqué et cela le mettait souvent en colère. J’ai fini par penser que… qu’il pouvait être l’homme qui me harcelait.

Steven secoua la tête. « Attends… tu veux dire que quelqu’un te harcelait déjà quand tu étais à New York ?

Carolyn fit oui de la tête.

Steven s’emporta. « Mais enfin, pourquoi est-ce que tu n’as rien dit ? C’est important pour l’enquête. Est-ce que tu avais porté plainte à l’époque ?

- Non, je n’avais pas été attaquée physiquement. Je recevais de temps en temps des lettres obscènes, ou bien des menaces à peine voilées. Quand je suis partie pour Peyton Place, je n’y pensais plus. Jusqu’à ce que tout recommence, et en pire.

- Tu en avais parlé à Billy quand vous étiez ensemble ?

- Je voulais le faire, mais peu à peu, j’ai perdu confiance en lui et je n’ai rien dit.

- Tu as préféré partir, mais le passé t’a rattrapé.

- C’est vrai… Steven, si j’ai quitté Billy, c’est parce que j’en suis venue à le soupçonner d’être la personne qui me veut du mal.

Steven passa sa main dans ses cheveux. « Il a quitté la police lors de ton départ de New York. Il est tout à fait possible qu’il t’ait suivi ici depuis ton arrivée, qu’il s’est caché à Peyton Place pour continuer son petit jeu. Et maintenant, il se montre au grand jour… comme une bête sur le point d’achever sa proie.

Carolyn secoua la tête. « Je ne sais pas, Steven. Tout ceci n’est basé que sur des hypothèses. Un ressenti.

- Carolyn, tu es en danger. Billy est peut-être très dangereux.

- Mais sans preuves, on ne peut rien faire.

Steven posa sa serviette et se leva. « Eh bien, on va en trouver des preuves. En attendant, ne t’approche pas de lui. Sous aucun prétexte. Tu ne devrais pas rester seule.

- Peut-être que Mike pourrait m’héberger…

- Non. Il est souvent de garde la nuit à l’hôpital et la maison de la plage est isolée. C’est un endroit idéal pour commettre un méfait.

Carolyn pensa à Marsha et au drame survenu récemment et se dit que Steven n’avait pas conscience à quel point il disait vrai.

Il paya l’addition et ils sortirent du restaurant. Dehors, la neige avait cessé de tomber mais le froid conservait la pellicule blanche sur le bitume.

« Tu peux venir t’installer à la maison.

Carolyn regarda Steven et sourit en pensant à la tête que ferait Betty. « Steven, tu n’es pas sérieux.

- Bien sûr que si. Il y a toujours du monde à la maison. Billy ne pourra pas s’en prendre à toi. Tu seras en sécurité.

- Dix minutes dans la même pièce que Betty et je ne suis pas certaine d’être plus en sécurité.

- Ecoute, je vais lui en parler. Ça ne coûte rien.

Carolyn allait répondre que c’était inutile, lorsqu’une voiture déboucha de la rue en faisant crisser ses pneus. Elle fonçait droit sur Carolyn. La jeune avocate, impuissante, regardait le bolide fonçait droit sur elle.

Steven eut juste le temps de l’attraper et de la pousser vers le trottoir afin d’éviter le choc.

Carolyn, assise à même la neige, sur l’asphalte, était en état de choc. Elle tremblait de tous ces membres.

Steven observa la voiture continuer sa trajectoire, sans s’arrêter. Il nota mentalement la plaque d’immatriculation. Cette fois, l’homme était fait comme un rat.

 

***

 

Il riait à ne plus pouvoir s’arrêter. Il voyait encore le regard paniqué de Carolyn lorsqu’il fonçait droit sur elle. Il pouvait sentir sa peur, la respirer.

Que c’était bon.

Bien sûr, il n’avait pas voulu la heurter. Elle n’était pas encore prête pour la mort. Il comptait sur son chevalier servant pour la sauver. Et il l’a fait.

Il avait vu Steven Cord noter mentalement l’immatriculation. Quels drôles de têtes ils vont faire quand on va leur dire que cette voiture est une voiture volée à une vieille femme sur le parking d’un supermarché à White River.

Il s’arrêta sur le bord de la route, s’assura que personne ne pouvait le voir, s’extirpa du véhicule et repartit chez lui à pieds, après avoir veillé à ne laisser aucune trace pouvant le confondre.

Bientôt…

Bientôt Carolyn Russell allait mourir.

Mais avant cela, il devait lui expliquer pourquoi.


 

à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 04/03/2014 21:19

Etrange... ça semble tellement évident qu'on a peine à croire que Billy soit le harceleur de Carolyn.
Vivement la suite :-)

Mr. Peyton 04/03/2014 21:28



En tout, qui que ce soit, on espère qu'il va être arrêté très rapidement, pace que moi je serais Carolyn, j'en mènerais pas large...