Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 665. Rendez-vous à Greenwich Village

hudson.jpg

 

KC Reid admira le fleuve Hudson qui s’offrait à sa vue. Elle prit une profonde inspiration et fit volte-face.

Greenwich Village ne facilitait pas la tâche d’un étranger. Ce quartier de Manhattan avait la particularité d’abriter de hautes maisons en briques rouges qui se ressemblaient. C’était un quartier résidentiel très joli, mais un peu trop uniforme au goût de KC.

Elle héla un taxi et se fit conduire à l’adresse de Jeremy Jordan. Durant le trajet, elle passa mentalement en revu ce qu’elle allait dire à l’inconnu.

Lorsqu’elle arriva devant le perron de l’immense demeure, elle congédia le taxi. Elle en appellerait un autre à l’issu de son entretien.

La maison des Jordan était imposante. Elle était dressée sur trois étages. Visiblement, cette famille n’était pas issue de la classe moyenne.

Elle n’eut besoin de sonner qu’une seule fois. Le carillon émit une jolie petite mélodie et une femme d’origine hispanique vint lui ouvrir. Elle devait avoir la cinquantaine passée. Son tablier gris et sa coiffe ne laissaient aucun doute sur les attributs de la femme au sein de cette maison.

D’après les informations glanées par KC, elle s’appelait Maria Sifuentes et était au service des Jordan depuis trente ans.

KC se présenta. « Bonjour, je m’appelle KC Reid et je travaille pour le Times. » Elle présenta très rapidement une carte de presse qu’on lui avait procurée. « J’ai rendez-vous avec Mr Jeremy Jordan.

Une voix s’éleva derrière la bonne. « Maria ? Qui est-ce ?

Une femme apparut. C’était une afro-américaine élégamment vêtu d’un tailleur mauve impeccable, elle devait avoir une soixantaine d’années. C’était en tout cas l’âge qu’on lui donnait.

KC se présenta de nouveau. La femme lui sourit et lui tendit la main. « Oui, Jeremy m’a parlé de ce rendez-vous. Entrez, je vous prie. Je suis Dorothy, la femme de Jeremy.

Dorothy jouait à la perfection son rôle de maîtresse de maison, mais KC ne décela aucune sympathie chez elle. Elle faisait son job, voilà tout. « Maria, voulez-vous prévenir Mr Jordan que son invitée est arrivée ?

Quelques instants plus tard, KC se retrouvait en face de Jeremy et Dorothy, assise dans un confortable canapé. Maria servait le thé dans un service en porcelaine.

Ils commencèrent par parler du temps, puis de la difficulté de s’orienter dans les rues du quartier, et enfin KC arriva au pseudo but de sa venue.

Elle avait téléphoné à Jordan en se faisant passer pour une journaliste du Times. Elle souhaitait faire une interview de cet homme au parcours professionnel hors du commun sur le problème de ségrégation raciale aux Etats-Unis.

Il était parti de rien. Fils d’ouvrier, il avait été le premier de sa famille à obtenir un diplôme. Il a débuté dans une fabrique d’outillages comme livreur, puis il avait gravi les échelons petit à petit, grâce notamment à son talent pour assembler les pièces et ensuite pour les vendre. Il finit par racheter la société et réussit à la faire prospecter. Aujourd’hui, les outils Jordan étaient les plus vendus dans le pays.

La conversation fut plaisante. Jordan vantait avec plaisir ses succès commerciaux, Dorothy en rajoutant une couche lorsqu’elle le jugeait nécessaire.

KC devait amener la conversation sur Peyton Place, afin de savoir pourquoi il était au Colonial le lendemain de la découverte du cadavre d’Elby.

Mais avant cela, KC évoqua leur fils unique Stuart. Il avait disparu à l’âge de 19 ans. Il avait été à une fête organisée par les gosses du quartier, et depuis, plus personne ne l’a revu. « Avez-vous encore un espoir de retrouver votre fils vivant ?

Jeremy pinça les lèvres et s’apprêtait à répondre lorsqu’un vacarme les fit tous sursauter. Maria venait de lâcher le plateau que Dorothy lui avait demandé de débarrasser. Les tasses en porcelaine se brisèrent en petits morceaux.

Maria jeta un regard affolé vers KC. Jordan se leva et se mit en colère. « Quelle gourde ! Regardez ce que vous avez fait ! Ce service coûte une fortune ! Il sera retenu sur votre salaire !

- Je… suis désolée, Monsieur », bredouilla Maria.

Dorothy ne broncha pas. Maria quitta la pièce en courant pour aller chercher de quoi nettoyer.

Jeremy paru se calmer et se tourna vers son invité. « Ecoutez, Mlle Reid. Je vais être obligé d’écourter ce premier entretien. Rappelez-moi la semaine prochaine, nous conviendrons d’un nouveau rendez-vous.

 

KC arpenta la rue huppée en quête d’un taxi. Elle n’était pas pleinement satisfaite de cet entretien. Le but était de connaître le lien entre Jordan et Peyton Place. Sur ce point, elle n’en savait pas plus.

Elle avait cependant appris des choses.

Le fils. Stuart. Lorsque KC en a fait allusion, les Jordan se sont raidis. Habituellement, lorsque des parents perdent un fils, leurs regards se ferment, ils baissent les yeux et on décèle de la tristesse sur leur visage.

Pas chez les Jordan. Ils se sont raidis, comme si parler de Stuart était un tabou ou comme s’ils avaient quelque chose à cacher. KC avait vu le regard de Dorothy à cet instant. Elle semblait presque vouloir dire : « Non, ne parlez pas de lui… ne parlez pas de Stuart. »

KC avait également noté l’absence de photos de leur fils. Sur la cheminée trônaient des photos du couple, ainsi qu’une autre de Jeremy avec ses employés. Mais aucune de Stuart.

Et puis il y avait aussi Maria, la servante. Elle avait laissé tomber le plateau juste à ce moment et le regard qu’elle avait lancé à KC était presque un regard de détresse.

Tandis qu’elle montait dans le taxi qu’elle venait de trouver, KC se demanda si Stuart Jordan n’était pas la clé de toute cette affaire.


 

à suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 21/02/2014 21:22

Quel esprit de déduction ! Et certainement que la femme de ménage pourra l'aider à le prouver...

Mr. Peyton 22/02/2014 18:46



C'est clair que cet homme n'est pas dans l'histoire par hasard... enfin j'dis ça, j'dis rien