Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 661. Encore ce long couloir blanc

horloge.jpg

 

Carolyn Russell fixait l’horloge au-dessus d’elle. Il ne faisait pas très froid, mais elle frissonnait.

Son esprit se projeta neuf ans plus tôt. C’était la même horloge, la même odeur, l’odeur aseptisée de l’éther. Elle était assise à cette même place. Sur une chaise inconfortable. Dans ce long couloir blanc.

A l’époque, elle n’était qu’une adolescente apeurée qui ne comprenait rien à la situation. Aujourd’hui, c’était une femme mûre, mais elle semblait aussi désemparée qu’à l’époque.

Mike Rossi était à ses côtés, comme il y a neuf ans. Elle évitait de le regarder. Durant le trajet qui les avait menés de Peyton Place au Centre Hospitalier de Boston, section schizophrénie, ils ne s’étaient presque pas adressé la parole.

Carolyn avait la sensation que Mike lui cachait quelque chose d’important.

Quelques heures auparavant, il était venu à son bureau pour lui apprendre que sa mère venait d’être internée. Et lorsqu’elle s’évertuait à lui demander pourquoi son internement s’était déroulé d’une manière aussi rapide, Mike esquissait la question.

Elle fut soulagée lorsque la porte du bureau s’ouvrit. Le médecin qui allait s’occuper de Marsha vint à leur rencontre et les salua.

Un autre soulagement pour Carolyn. C’était le docteur Calot. Le même médecin qui s’était occupé de la schizophrénie de sa mère lors de son premier internement. Peut-être allait-il lui donner les réponses qu’elle n’avait pas réussi à obtenir de Mike ?

Calot les fit entrer dans son bureau. Un espace confiné, sans fenêtre ni autre issue que la porte qu’ils venaient de franchir. Un néon éclairait la pièce.

Le docteur Calot expliqua à Carolyn et Mike que, selon le rapport du docteur Stewart, la schizophrénie de Marsha avait refait surface, en dépit des médicaments qu’elle prenait pour se soigner.

Carolyn remua sur son siège. « Comment est-ce possible ? Je veux dire, aussi rapidement ? La semaine dernière, elle allait bien.

Calot secoua la tête. « Elle faisait semblant d’aller bien.

- Est-ce qu’elle pourra sortir un jour ?

- Difficile à dire.

Mike prit la parole. « Le docteur Calot va faire ce qu’il peut pour…

Carolyn tourna vers Mike un regard froid. « Je m’adresse au docteur Calot. »

Le ton qu’elle employa, froid et sec, eut pour effet de faire taire son beau-père.

Calot reprit : « Le processus sera très long.

- Docteur, est-ce que je peux la voir ?

A nouveau, Mike intervint. « Je ne crois pas que ce soit une bonne idée.

Cette fois, Carolyn monta sur ses grands chevaux. Toute la tension qu’elle avait accumulée à l’intérieur se déversa en flot de paroles ininterrompu. « Ca suffit, Mike ! Il se passe quelque chose et je veux savoir quoi ! Maman allait bien ces derniers temps. Elle prenait toujours ses médicaments. Je ne comprends pas ce qui a pu se passer. Mais je veux des explications. » Elle regarda Calot : « Et je ne partirai pas de ce bureau avant.

Le docteur Calot poussa un long soupir et s’adressa à Mike. « Je crois que vous pouvez lui dire.

Calot connaissait bien Mike. Il avait été son professeur en fac de médecine.

Mike hocha la tête. « Marsha a tenté de tuer Paula Fullerton et Lisa Peyton.

Carolyn haussa les sourcils. « C’est insensé !

- Elle a séquestré Paula, a fait venir Lisa à la maison et a tenté d’y mettre le feu.

- Ce que vous me dites n’a aucun sens. Si elle avait fait une chose pareille, elle serait dans une cellule de la prison de Peyton Place à l’heure qu’il est.

Mike hocha la tête. « Et elle aurait été obligée d’y rester avant qu’on ne lui fasse une batterie d’examens minutieux. Elle aurait été obligée de supporter un procès avant qu’on ne la déclare irresponsable de ses actes.

Carolyn abandonna tout grief contre son beau-père. « Mike, qu’est-ce qui l’a poussée à faire une chose pareille ?

- Cal Fullerton. C’est lui qui l’a manipulée pour qu’elle en arrive là. Je te raconterai l’histoire plus en détail après. L’important, c’est que Marsha soit immédiatement suivi par le docteur Calot. Ici, elle aura tout ce dont elle a besoin. C’est tout ce qui m’importe.

Carolyn hocha la tête. « Et la police ?

- Elle n’a pas été prévenue. Lisa et Paula sont d’accord pour se taire. Seuls Mildred Stewart et le docteur Calot, en qui j’ai toute confiance, sont dans la confidence. La conversation que nous avons eue ici ne doit jamais sortir de cette pièce. Entendu ?

Carolyn était abasourdie. « Entendu, finit-elle par murmurer.

 

Carolyn eut le droit de rendre une dernière visite à Marsha. Elle savait qu’elle ne pourrait plus la voir avant une amélioration notoire de son état de santé mentale. Dieu sait quand cela arriverait.

L’entrevue fut très difficile. Marsha, attachée à son lit, ne cessait de prétendre être victime d’un complot ourdi par Paula Fullerton. Elle disait que Lisa voulait la tuer, que Cal l’avait prévenu et qu’elle n’avait plus que lui comme ami.

Cal Fullerton. C’était lui le responsable de toute cette horrible histoire.

 

En sortant de la chambre de Marsha, Carolyn versa une larme. Une immense tristesse se mélangeait à une colère sourde.

Mike l’attendait dans le long couloir blanc. Il s’approcha d’elle. « Le docteur Calot va faire tout ce qu’il peut. J’ai confiance en lui.

Mais Carolyn n’écoutait pas. Ses pensées allaient vers Cal Fullerton, l’homme qui était à l’origine de tout.

Elle regarda Mike dans les yeux. Un regard déterminé. Dur. Puis elle dit : « J’aurais la peau de ce salopard ! »

 

 


 

à suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 15/02/2014 13:51

Sans vouloir être défaitiste, m'est avis qu'il faut que Carolyn prenne un ticket et fasse la queue pour s'en prendre à Cal...
Cela dans l'éventualité où le mystérieux contact n'ait pas déjà réglé la situation...

Mr. Peyton 16/02/2014 11:25



Oui, vu le nombre de personnes ayant des grieffes contre Cal, je serais lui j'en mènerais pas large. Mais je ne suis pas lui, heureusement