Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 645. Retrouvailles

documents

 

Son premier jour au bureau s’est passé mieux qu’elle ne l’avait espéré. Carolyn Russell - frustrée de ne pas avoir réussi à coincer Cal Fullerton (les espoirs de trouver des preuves de sa culpabilité pour le meurtre d’Elby s’amenuisaient de jour en jour) - eut l’agréable surprise de trouver sur son bureau un nouveau dossier.

Un cadeau de Steven pour son retour. Une femme qui avait décidé de vendre sa propriété mais qui souhaitait se rétracter après avoir appris que le nouveau propriétaire avait fait l’objet d’une enquête pour corruption.

L’affaire promettait d’être passionnante et Carolyn se plongea dans le dossier en oubliant tout le reste.

Sauf que sa secrétaire Emilie venait la voir pour un oui pour un non toutes les cinq minutes. Au début, ce va et vient l’avait amusée, car elle savait que c’était Steven qui avait demandé à Emilie de veiller sur elle. Mais Emilie ne le faisait pas dans la discrétion.

Et lorsque la secrétaire vient une énième fois lui demander si elle désirait boire un café, Carolyn ne voulant pas paraître ingrate lui sourit et lui dit fermement. « Emilie, je sais que Mr Cord vous a demandé de me surveiller. Mais je vais bien et je vous prie de ne plus venir toutes les minutes sous un faux prétexte, parce que sinon je n’arriverais pas à terminer de lire mon dossier. » Elle lui montra le dossier et, toujours en souriant, repris : « Ce dossier, c’est mon travail. Qui dit travail, dit argent. Pour moi, mais aussi pour vous. Vous saisissez ?

Emilie hocha la tête. « Vous bouclez l’affaire, vous gagnez le procès, et si vous gagnez le procès, vous êtes payée. Et par conséquent, moi aussi. J’ai bien saisi le message. Je vous laisse travailler.

Emilie repartie à son bureau, Carolyn se plongea de nouveau dans le dossier, avant que la porte ne s’ouvre une nouvelle fois. Avant que Carolyn ait eu le temps de montrer son exaspération, Emilie se hâta de dire : « Cette fois c’est pour une bonne raison. Un sergent de la police est ici. Il veut vous voir.

- Faites-le entrer. »

Emilie s’écarta pour laisser entrer le nouveau sergent, remplaçant de Walker.

Carolyn se leva et aussitôt regretta de l’avoir fait. Ses jambes flageolèrent sous le coup du choc. Son cœur s’emballa et ses mains se mirent à trembler.

Il l’avait retrouvée !

Instinctivement, elle tenta de se ressaisir. Elle avait la gorge sèche et voulut se remettre assise, mais cela serait passé aux yeux de l’homme comme l’aveu de la peur qu’elle éprouvait envers lui.

Elle voulut aussi parler, mais aucun son ne sortait de sa bouche.

Le sergent de police William Chambers s’avança vers elle en souriant. « Alors, contente de me voir ?

Carolyn avala la boule qu’elle avait dans la gorge. « Qu’est-ce que tu fais ici ?

- Je suis venu te poser quelques questions.

- Ne fais pas l’imbécile !

- Je viens d’être muté à Peyton Place.

La peur de Carolyn fit place à la colère. « Bien sûr, tu vas me dire que c’est une coïncidence ! Tu étais flic à New York et tu passes sergent dans une petite bourgade de la Nouvelle Angleterre. Ne te fiche pas de moi et dis-moi pourquoi tu as décidé de venir ici ?

Billy haussa les épaules. « Je savais que l’accueil ne serait pas chaleureux, mais je ne l’imaginais pas si glacial.

Carolyn ne répondit pas et s’assied enfin sur son fauteuil, ce qui la détendit un peu.

« Ecoute Carolyn, je ne suis pas là pour parler de nous. Je veux juste te poser quelques questions. C’est au sujet de ton accident.

- J’ai dit tout ce que j’avais à dire à Summerset.

- Les freins de ta voiture ont été trafiqués. Ça veut dire que quelqu’un t’en veut.

- C’est le moins qu’on puisse dire.

- As-tu une idée ? Quelqu’un qui, dans ton entourage, serait susceptible de commettre un tel acte ?

Carolyn soupira. « Tu n’es pas ici pour me poser des questions. Summerset s’occupe déjà de l’affaire. Tu es venu ici pour me voir. Tu m’as vue, tu peux repartir.

Billy sourit nerveusement. « Tu ne vas pas pouvoir m’éviter toute ta vie. A un moment, il faudra qu’on parle tous les deux.

Carolyn secoua à la tête. « Il n’y a rien à dire.

La jeune femme poussa un grand soupir de soulagement lorsque Billy Chambers quitta la pièce.

Elle n’eut pas le temps de se remettre de ses émotions car la ligne privée de son téléphone sonna.

Elle décrocha. « Allô ?

Elle n’eut pas de réponse. Elle insista : « Allô ?

Elle entendit alors des pleurs, puis un hurlement et crut deviner qui était au bout du fil. « Maman ?... Maman c’est toi ? Que se passe-t-il ?... Maman !

 

***

 

A la maison de la plage, Marsha avait encore le combiné à l’oreille. Elle avait une tête affreuse. Elle n’était pas coiffée et des torrents de larmes avaient fait couler son rimmel, si bien qu’elle avait des traces noires sur les joues.

Assise par terre, appuyée contre le mur, elle ressemblait à une poupée désarticulée.

Devant elle, sur le sol, une enveloppe était ouverte et des photos étaient éparpillées, qui semblaient la narguer. On y voyait son mari Mike Rossi avec Paula Fullerton dans le parking de l’hôpital.

Les photos étaient anodines pour n’importe qui les aurait vu. Mais pas pour Marsha qui y voyait là une preuve de l’infidélité de Mike.

Elle n’entendait plus Carolyn l’appeler au téléphone.

Elle en avait assez ! Elle jeta le téléphone qui vint s’éclater contre le mur d’en face dans un fracas assourdissant, couvert cependant par les cris de rage de Marsha.

Elle saisit le coupe-papier pointu qu’elle avait pris pour ouvrir l’enveloppe et, d’une main tremblante, taillada la photo, en insistant bien sur le visage de Paula.

 

 


 

à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 17/01/2014 19:12

Serait-ce donc ce Sergent Chambers le mystérieux *Il* ? Mmmm alléchant ce nouveau personnage et ce qu'il trimbale avec lui :-p

Mr. Peyton 19/01/2014 19:27



Est-il "il" ou pas ? Telle est la question. Mais heureusement, chaque question trouve toujours sa réponse... un jour ou l'autre.