Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 643. Le rouge et le noir

bread-sandwich.jpg

A l’heure du déjeuner, Lisa partit s’acheter un sandwich au Central Store. Elle n’avait pas très faim après avoir vu Cal ce matin au bureau, et commanda à une Selena Cross taciturne un demi jambon beurre.

« On fait pas de demi-sandwich, répondit Selena.

- Tu le coupes en deux, c’est pourtant pas compliqué.

- Et l’autre moitié, j’en fais quoi ? » demanda Selena avec une pointe d’agressivité dans la voix.

Lisa haussa les épaules et préféra payer un sandwich complet. Inutile de dépenser son temps en discussions futiles.

Elle se hâta en direction de son appartement, situé non loin du magasin. Il faisait froid et la neige commençait à tomber. Et le problème avec l’hiver en Nouvelle Angleterre, c’est qu’il n’en finit plus.

C’est alors qu’elle l’aperçut. Sa fille Colleen. Elle était assise, seule, sur une marche du kiosque à musique, dans le square.

Lisa changea de direction et décida d’aller la voir. Parvenue près d’elle, elle lui sourit. « Bonjour Colleen.

La jeune fille ne répondit pas, ce qui n’étonna pas Lisa. « Je peux m’asseoir ?

Pour toute réponse, Colleen haussa les épaules et Lisa prit ce geste pour un « oui ».

- Tu as mangé ? », demanda Lisa.

- Je n’ai pas faim.

- J’ai un sandwich que je n’arriverais pas à avaler toute seule. Tu en veux la moitié ?

- Je t’ai dit que je n’avais pas faim. Je dois te parler en chinois pour que tu comprennes ?

Lisa ne se laissa pas abattre par l’agressivité de sa fille. Elle coupa le sandwich en deux et en tendit une part à Colleen. « Tiens, il faut que tu manges.

Le ton était autoritaire et visiblement avait surpris Colleen qui prit le sandwich sans discuter. Une petite victoire pour Lisa.

Mais Lisa sentait que quelque chose n’allait pas chez Colleen. Son visage était fermé, et la seule présence de sa mère à ses côtés n’expliquait pas son humeur sombre.

Sans le vouloir, Lisa toucha un point sensible lorsqu’elle voulut engager la conversation. « Il n’y a pas à dire, cette Selena sait préparer des sandwiches. Ils sont délicieux, tu ne trouves pas ?

Colleen haussa les épaules. « Il n’y a que ça qu’elle fait bien.

La réponse surpris Lisa. « Je pensais que vous étiez amies toutes les deux.

Un long silence s’installa, avant que Colleen ne dise. « On l’était, on ne l’est plus.

Lisa se hasarda à demander : « Vous vous êtes disputées ?

Colleen ne répondit pas.

Lisa mordit dans son sandwich. « Selena m’a l’air d’être une fille correcte. Souvent sur la défensive et…

- Selena n’est pas une fille correcte !

- Elle travaille en plus d’aller à l’école, je trouve que c’est…

- Ce n’est pas une fille correcte. Elle a des problèmes et elle les jette à la figure des autres.

- Qu’est-ce qui te fais dire ça ?

Et c’est alors que Colleen déballa à Lisa tout ce qu’elle avait sur le cœur. Elle lui parla des mensonges de Selena, du livre qu’elle lui avait prêté et que Selena lui avait rendu en le lui jetant à la figure, du fait que la jeune fille ne veut plus lui parler, lui répète sans cesse qu’elles ne sont pas du même monde, et le fait aussi que Selena ne veut plus être son amie et qu’elle ne comprend pas pourquoi.

Lisa servait d’exutoire à la peine de Colleen. Et d’un autre côté, elle ne pouvait s’empêcher d’être soulagée. Parce que Colleen était fâchée contre son amie, et pas contre elle.

Lisa attendit que Colleen termine et lui dit. « Chérie, je crois savoir ce qui ne va pas chez Selena.

- Elle a des problèmes, voilà tout.

- Je crois plutôt qu’elle souffre d’un sentiment d’infériorité. Tu sais qu’elle habite à Grave Street ?

Colleen haussa les épaules : « Et alors ?

- Et alors, il s’agit d’un quartier très pauvre. Les familles qui habitent là-bas vivent entassées les unes sur les autres. Selena n’a jamais connu l’opulence. Elle porte des vêtements qui appartenaient à sa mère, elle n’a pas d’intimité, pas de chambre à elle et sûrement pas de livre à lire le soir au coin du feu. Le roman que tu lui as prêté, pour Selena ce devait être quelque chose d’exceptionnel.

Colleen fronce les sourcils. « C’est pour ça qu’elle avait l’air bizarre la fois où elle est venue dans ma chambre.

- Je crois qu’elle n’a jamais dû voir une chambre comme la tienne.

- Mais ce n’est pas une raison pour m’en vouloir.

- Elle ne t’en veut pas. C’est à sa condition qu’elle en veut. Elle se sent perdue dans notre monde. Et sa défense à elle, c’est de devenir agressive dès qu’elle se sent menacée.

- Mais je me fiche bien de sa condition. C’est mon amie, et qu’elle soit riche ou pauvre, peu m’importe peu.

- Parce que tu es du bon côté de la barrière. Essaie de lui prouver qu’elle est à égalité avec toi, essaie de briser la barrière.

Colleen approuva en hochant la tête. Lisa était contente. Elle avait prononcé les paroles que sa fille avait besoin d’entendre. Un pas a été franchi dans leur relation. Pour l’instant, elle allait se contenter de cela. Inutile de précipiter les choses. Elle se leva. « Je dois aller retourner travailler. J’ai été contente de passer ce moment avec toi.

Colleen ne répondit pas, mais son visage n’était plus fermé comme tout à l’heure. Lisa repartit satisfaite.

 

***

 

boites-conserves.jpgSelena Cross rangeait les boites de conserves nouvellement arrivées dans les rayons.

Elle avait réussi jusqu’à présent à éviter son beau-père depuis la mésaventure de la dernière fois. Elle rentrait tard le soir, partait tôt le matin et s’arrangeait toujours pour que Joey soit présent lorsqu’elle se trouvait avec Lucas. Elle était sûre alors qu’il ne tenterait rien de déplacé sur sa personne.

La petite sonnette de la porte d’entrée retentit. « J’arrive ! », cria Selena.

Elle eut alors la surprise de voir Colleen. Les deux filles s’évitaient. A l’école, chacune s’arrangeait pour ne pas se voir seules. Et Colleen ne venait plus la voir au magasin.

Selena se rendit compte que depuis quelques jours, elle passait son temps à éviter les gens.

Colleen s’approcha d’elle. « Salut.

- Salut !

Elle lui tendit un livre. « C’est pour toi.

Selena hésita. « Qu’est-ce que c’est ?

- « Le rouge et le noir », de Stendhal. Tu devrais aimer. C’est un livre français.

La jeune fille regarda Colleen d’un air bizarre et cette dernière comprit aussitôt pourquoi. « Ne t’inquiète pas, il est traduit en anglais.

Selena prit le livre et Colleen remarqua son regard brillant lorsqu’elle posa les yeux sur la couverture. « Selena, je voulais te dire… je suis désolée pour ce qui s’est passé. Je n’aurais pas dû insister la dernière fois et…

- Non, ce n’est pas à toi de t’excuser. Je t’ai quand même jeté ton livre en pleine figure. C’est à moi de te demander pardon.

- N’en parlons plus. Et à propos de ce truc débile « on n’est pas du même monde », moi je sais une chose : tu es ma meilleure amie. Tu l’as toujours été et je te propose une chose.

- Quoi ?

- Créer notre propre monde, qui serait rien qu’à nous. Un monde où on se fiche du monde des autres.

Les yeux de Selena brillèrent de nouveau. « C’est une idée géniale.

Heureuse, Colleen remercia intérieurement sa mère pour lui avoir ouvert les yeux.

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 14/01/2014 22:20

Miam, qu'est-ce qu'il a l'air bon ce sandwich :-)

Au moins le petit séjour de Lisa en prison n'aura pas été inutile ! Quel bel épisode !

Mr. Peyton 17/01/2014 16:06



Merci ;)


Lisa fait des efforts pour se rapprocher de sa fille. Et ça semble fonctionner. Tant mieux.