Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 632. Un grand retour

ascenseur-hamilton.jpg

 

La porte de l’ascenseur s’ouvrit à l’étage du bureau de Cord et Russell associés et une jeune femme en sortit, déployant ses longues jambes. D’une main légère, elle releva machinalement une mèche de ses cheveux coiffés à la mode Farrah Fawcett tout en se dirigeant vers le bureau de la secrétaire de Carolyn Russell.

Elle eut un moment d’hésitation en voyant Emilie, la secrétaire, un mouchoir dans la main et les yeux rougit. « Excusez-moi, je viens voir Carolyn Russell.

Emilie se mit à pleurer. La jeune femme blonde se pencha vers elle, l’air inquiet. « Quelque chose ne va pas ?

- Mlle Russell est… elle est…

- Si elle n’est pas ici, elle ne devrait pas tarder à arriver. Nous avions rendez-vous et…

La jeune femme s’interrompit net en voyant Emilie redoubler ses pleurs. « Mlle Russell ne pourra pas vous recevoir. Mlle Russell est… elle est…

Emilie ne put terminer sa phrase, sa crise de larmes ne laissait aucune place à une conversation cohérente.

 

A Boston, Steven Cord entra dans sa chambre d’hôtel et se jeta sur le lit. Il était exténué. Son cerveau n’arrêtait pas de lui renvoyer l’image de Carolyn, sur son lit d’hôpital. La phrase qu’elle avait prononcée : « Il faut retrouver le rapport. Important pour… pour Lisa. »

C’était juste avant que son cœur ne lâche.

Il avait encore dans les oreilles le hurlement de l’infirmière : « Code bleu ! »… l’effondrement de Marsha Rossi… l’arrivée du chariot de réa… les médecins lui ordonnant de sortir de la chambre… l’attente dans le couloir… les médecins sortant de la chambre, exténués… puis les bips rassurant de la machine qui s’était remise en marche.

Carolyn était sauvée, Dieu merci.

Cela avait laissé à Steven le temps de se concentrer sur ce fameux rapport dont avait parlé Carolyn.

Il était allé sur les lieux de l’accident. Il avait cherché pendant des heures, mais n’avait trouvé aucun rapport.

Et maintenant, couché sur le lit de la chambre d’hôtel, observant une tâche d’humidité au plafond, il n’avait qu’une envie : entendre la voix de Betty et de son petit bout de chou Brian.

Betty répondit dès la première sonnerie. « Comment va Carolyn ?

- Content de savoir que tu t’inquiètes pour elle.

- Steven, je sais que je n’étais pas favorable à son arrivée au cabinet, mais crois-moi, jamais je n’ai voulu ce qui lui arrive !

Steven soupira. « Excuse-moi, chérie. Je… je suis exténué et quand je suis fatigué, je raconte n’importe quoi.

Steven et Betty échangèrent quelques mots, puis Brian vint au téléphone. « Papa, j’ai fait un super dessin pour toi. J’ai dessiné le grand immeuble où tu travailles. Tu verras, ça va te plaire. Tu vas l’accrocher à ton bureau, hein dis ?

Steven eut les larmes aux yeux. Il débordait d’amour pour son fils. « Bien sûr mon grand. Ce dessin doit être magnifique. J’ai toujours dit que tu étais un artiste.

 

A peine Steven eut-il raccroché que quelqu’un frappa légèrement à la porte d’entrée.

A contrecœur, il se leva et alla ouvrir. La surprise était totale. « KC Reid !

- Bonjour Steven.

- Ça fait longtemps…

- Six ans.

- Mais que faites-vous ici ?

- Je pourrais peut-être vous l’expliquer devant un verre, au bar de l’hôtel ?

 

KC commanda un bloody mary et Steven le whisky dont il rêvait depuis quelques heures déjà. Il voulut savoir ce qu’était devenu KC depuis le drame survenu à Peyton Place six ans plus tôt.

« Eh bien, la mort de Jim Stanford a mis fin à ma quête de justice. Je suis partie vivre en Oklahoma, je me suis engagée dans la police et je l’ai quittée. On avait vite remarqué mon talent pour taper à la machine et on me cantonnait dans des travaux peu passionnants : classement des rapports et toutes les tâches ennuyeuses qui vont avec. Je suis une femme d’action, je me suis très vite aperçue que je n’avais pas d’avenir en tant que flic.

- Avez-vous des nouvelles de Prisca ?

Prisca était l’ex-femme de Jack Peyton. Elle et sa fille Roxanne avaient joué un rôle primordial dans l’affaire Jim Stanford.

 KC sourit. « Oui, elle est toujours en Alaska avec son mari et Roxanne. Rox s’est mariée l’année dernière. Elle a eu une petite fille au printemps dernier.

Steven fit une grimace. « Ça risque de ne pas plaire à James.

- Rox et James avaient un passé trop lourd. Ils avaient vécu des choses peu banales pour un jeune couple. Je comprends la raison de leur rupture.

- Bon, assez parlé du passé. Dites-moi plutôt ce que me vaut le plaisir de votre visite. Et surtout, comment avez-vous su que j’étais ici, à Boston.

- C’est la secrétaire de Carolyn Russell qui, entre deux sanglots, a réussi à me raconter l’histoire.

Steven fronça les sourcils. « Vous étiez à Peyton Place.

KC acquiesça. « Je cherchais du travail. Après avoir quitté la police, j’ai ouvert une agence de détective privé à Boston. Le problème, c’est qu’on ne fait pas facilement confiance à une femme pour résoudre des enquêtes. Aussi j’ai rapidement dû mettre la clé sous la porte. Depuis, je cherche un job de détective et j’ai vu une annonce passée par Carolyn. J’ai postulé et… me voici devant son associé pour l’entretien.

Le visage de Steven se ferma. « Cette histoire d’engager un privé pour le cabinet, c’était une idée de Carolyn.

- Est-ce que cela veut dire que vous ne la cautionnez pas ?

- Je pense que notre cabinet n’est pas suffisamment grand pour se permettre d’embaucher un privé à temps complet.

- Steven, dites-moi. Combien de fois faites-vous appel à un détective privé pour obtenir des informations ?

Steven haussa les épaules. « Cela dépend des périodes.

- Alors je vous propose ceci : j’intègre le bureau vacant à votre cabinet. Je me mets à mon compte et vous ne me payez uniquement les affaires que je règle pour. Pour le reste, je me débrouille.

Steven émit un petit rire. « Sérieusement, vous pensez trouver beaucoup d’affaires valables à résoudre dans une petite ville comme Peyton Place ?

- Steven, soyez sérieux. Vous vivez dans cette petite ville. Vous êtes bien placé pour savoir qu’un détective privé peut facilement trouver des affaires à régler.

Steven observa KC pendant quelques instants, semblant réfléchir à la proposition. Puis il se pencha vers elle. « Après tout, je n’ai rien à perdre.

KC afficha un grand sourire et lui tendit la main. « Affaire conclue ?

Steven lui serre la main en riant. « Votre première affaire est en effet conclue.

KC sirota une gorgée de son bloody mary et reprit : « Êtes-vous en ce moment sur une affaire qui nécessiterait mon aide ?

- Vous ne croyez pas si bien dire. Je suis à la recherche d’un rapport ultra important.

Steven avait toute l’attention de KC qui se pencha vers lui. « Dites-moi tout.

- Vous rappelez-vous de Lisa Peyton ?...

 

 

 


 

à suivre...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 05/12/2013 19:15

KC a bien du courage... Si on en croit les saisons précédentes, la place de détective pour Steven est risquée :-)

Mr. Peyton 08/12/2013 12:48



Faut juste espérer que KC puisse être la bonne personne pour résoudre l'affaire... ou au moins la faire avancer