Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 629. Misère

bidonville 1

 

Selena Cross transpirait par tous les pores de la peau. L’arrière-saison était exceptionnelle. Les premières feuilles avaient déjà commencé à tomber et bientôt l’hiver allait s’installer. Mais aujourd’hui, le soleil était encore présent et cognait contre la tôle de la maison de fortune des Cross. Selena préparait le repas qui se composait d’un chou-fleur trouvé en solde au Central Store, de quelques pommes de terre et d’une sauce à base de lait.

Assis à l’unique table de la maison, Lucas Cross observait avec plaisir les courbes généreuses de sa belle-fille. « Sers-moi une bière, tu veux. »

Selena soupira. C’était sa quatrième bière et généralement, à ce stade, les ennuis commençaient.

Lentement, elle alla décapsuler une bouteille de bière qu’elle disposa près de lui. Elle voulut retourner à son repas, mais Lucas lui saisit le bras et lui sourit. Selena devina qu’il ne s’agissait pas d’un sourire amical, mais plutôt malsain. « T’es bien jolie aujourd’hui. T’as pas trop chaud dans ta jupe ? »

Selena haussa les épaules, se dégagea de l’emprise de son beau-père et retourna à son chou-fleur qui maintenant était cuit.

Elle avait remarqué ces derniers temps que Lucas la regardait sans cesse. D’abord, cela l’avait gênée, puis elle finit pas se dire que tant qu’il la regardait, il ne faisait rien d’autre de méchant.

Mais aujourd’hui, son regard lubrique la mit plus mal à l’aise que d’habitude et elle avait hâte que sa mère et son frère Joey arrivent.

Ils entrèrent dans la cabane peu de temps après. Joey se précipita vers Selena pour l’embrasser. Joey allait bientôt avoir huit ans et il était le demi-frère de Selena, donc le fils de Lucas et de Nellie. Il avait huit ans, mais il faisait plus que son âge. Ses cheveux noirs étaient perpétuellement en bataille et ses yeux marron toujours rieurs. Il vivait dans la crasse, dans la misère, mais ce jeune garçon était toujours de bonne humeur et débordait de vitalité. « Selena, aujourd’hui, on a eu un cours d’astronomie. On nous a expliqué comment les astronautes ont marché sur la Lune.

- Dis donc, ça a l’air passionnant. Tu me raconteras ça pendant le dîner. En attendant va te laver les mains.

Joey sortit comme il était entré. En courant et en chantonnant. Selena se demandait comment son petit frère faisait pour nager dans le bonheur et la joie de vivre avec un père chômeur, alcoolique et brutal, et une mère apathique. C’était un sacré petit bonhomme. Selena l’adorait et Joey le lui rendait bien.

 

Nellie ôta sa petite veste et la plaça sur une chaise. A aucun moment, elle n’aurait eu l’idée de demander à sa fille si elle allait bien ou si elle avait besoin d’aide. Nellie était le genre de personne qui n’était sensible à aucune marque d’affection. Elle avait le sentiment d’être sur terre et d’y vivre à cause d’une punition divine. Elle n’aimait pas sa vie, mais elle ne rêvait pas à une autre vie. Nellie ne rêvait jamais d’ailleurs. Elle faisait son travail. Elle faisait vivre sa famille, elle satisfaisait son mari quand il le fallait. Tout pour elle était une forme de travail. Elle n’avait aucune amie, aucun loisir, et n’en recherchait pas. Nellie s’était dit que la vie était comme ça : fade à certains moments, dure à d’autres moments. C’était ainsi et pas autrement. Et elle s’était habituée à cet état de fait.

Selena épluchait les pommes de terre. « Maman, tu étais chez les Peyton aujourd’hui ? »

Nellie haussa les épaules. « Où tu voulais que je sois ? Faut bien qu’je fasse vivre c’te famille. »

Lucas sauta sur l’occasion. « Tu te plains ? Tu crois que c’est pas dur pour moi de pas bosser.

- Ca a pas l’air, vu que tu cherches pas de boulot. »

Lucas s’emporta. « Tu sais rien de ce que je fais quand t’es pas là ! »

Nellie regarda les quatre bouteilles de bière vide sur la table. « T’as raison, j’en sais rien. »

Lucas se leva brutalement. « Tiens, tu m’as coupé l’appétit. J’m’en vais à la Taverne d’Ada me changer les idées. Donne-moi du fric.

- J’en ai besoin pour les courses.

- T’en garde pour les courses et tu m’donne le reste.

Selena regarda sa mère. « Maman, donne-lui de l’argent. » Elle savait que si Nellie ne lui donnait pas d’argent pour aller se saouler chez Ada Jacks, la journée risquait de mal se terminer.

A contre cœur, Nellie lui donna cinq des dix dollars qu’elle avait gagné cette semaine, et Lucas disparu.

Tandis que Selena disposait les assiettes sur la table bancale, Nellie fit une grimace de dégoût. « Les hommes, tous les mêmes. Des sales porcs qui ne pensent qu’à boire et à baiser.

- Ils ne sont pas tous comme ça, maman.

Nellie ruminait toute seule dans son coin. Selena approcha le plat et le posa au centre de la table. « Tu as vu Colleen aujourd’hui ? »

Nellie regarda sa fille d’un air fatigué. « Ouais, elle traînait dans le coin. »

Selena hésita. « Elle… elle n’a rien dit… à mon sujet ? »

Nellie secoua la tête. « Non mais regardez-moi cette petite princesse ! Tu te crois le centre du monde ? Tu crois qu’on parle de toi quand t’es pas là ?

- Maman, je t’ai juste posé une question.

- Ben ouais, elle a parlé de toi. Elle a dit que vous étiez pas du même monde toutes les deux et qu’elle préférait plus te voir.

Selena s’assit devant son assiette tandis qu'entrait Joey. La jeune fille refoulait des larmes. Nellie l’observait du coin de l’œil. C’était mieux ainsi. Il fallait que sa fille comprenne qu’elle ne devait rien attendre de la vie… Et des autres.

 


à suivre... 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 29/11/2013 16:00

Hélas, hélas pour Colleen et Selena
Mais de là à dire que Nellie a tort ?... Pas si sûre

Mr. Peyton 29/11/2013 19:37



Nous verrons bien par la suite si elle a tort ou non.


Je dois dire (parce qu'il faut tout avouer n'est-ce pas ?) que cette amitié entre Colleen et Selena m'a été inspirée par l'auteur du roman, Grace Metalious, qui avait dépeint une histoire
d'amitié entre Allison MacKenzie et Selena Cross. Même si Allison n'était pas aussi riche qu'une Peyton, elles n'étaient pas du même monde (comme dirait Nellie).