Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 628. Humiliation

textiles

 

Les ouvriers de la Fabrique Peyton n’étaient pas convaincus. Mais Seth Buswell n’était pas convaincant. Sa chemise d’un blanc douteux était froissée, et sa gueule de bois persistait.

Jack les avait tous réuni au réfectoire puant l’humidité afin de leur annoncer que Seth Buswell était désormais le nouveau Directeur de la Fabrique Peyton. Un silence gênant avait suivi l’annonce.

Jack regarda Seth d’un air désespéré. Le vieil homme avait l’allure d’un paumé, pas d’un Directeur. Tout ceci n’était pas crédible aux yeux des ouvriers. Jack s’en rendit compte, et il tenta de briser la glace. « Je suis persuadé que Seth fera du bon travail. Il vous connaît tous depuis très longtemps. Il sait ce que vous voulez, ce que vous valez. Et soyez sûr qu’il fera de la Fabrique l’une des usines les plus performantes de la Nouvelle Angleterre. »

Quelqu’un frappa dans ses mains et Jack eut la désagréable surprise de voir qu’il s’agissait de James. Il s’avança vers Jack avec un sourire moqueur. Jack était contrarié par sa présence. « Qu’est-ce que tu viens faire ici ?

- Je suis ici en tant que journaliste. Seth Buswell a demandé que je rédige un article sur lui et j’ai accepté.

Jack regarda Seth avec un regard de mépris. Qu’est-ce qui lui ai passé par la tête ? Seth, de son côté, baissa les yeux d’un air coupable.

James se délectait de la situation gênante à laquelle était confronté son père et il décida d’en rajouter une couche. Il regarda Seth. « Monsieur Buswell, je pense que les ouvriers aimeraient un discours de votre part. »

Pris de panique, Seth regarda Jack d’un air interrogateur. Jack était dans l’embarras. Il regarda James d’un air de reproche, puis il se tourna vers Seth et lui fit signe de s’avancer.

Seth s’avança prudemment. Il connaissait les ouvriers de la Fabrique. La plupart étaient de ses amis. Mais il avait peur parce qu’il ne savait pas quoi dire. Il se racla la gorge. James Peyton le regardait d’un œil amusé.

Seth se lança. « Mes chers amis. Vous me connaissez et pouvez me faire confiance. Je suis de votre côté… ». Il regardait sans cesse Jack pour essayer d’avoir un appui moral. « Tout se passera bien. »

Jack passa la main dans ses cheveux. Ce type était totalement à côté de la plaque. Les ouvriers ne manquaient pas de s’en apercevoir.

James prit la parole. « Monsieur Buswell, quelles sont les premières mesures que vous allez prendre ? »

Seth regarda Jack. Puis il tourna vers James un regard prudent. « Nous allons améliorer les choses. » Il sembla content de sa phrase et la répéta. « Oui, c’est ça, nous allons améliorer les choses pour que les ouvriers travaillent dans de bonnes conditions.

- Quelle sera votre politique commerciale ? ajouta James.

- Et bien, mon garçon… On ne fait pas de politique dans l’entreprise.

Cette remarque déclencha l’hilarité parmi les ouvriers.

Jack n’avait jamais connu situation plus humiliante. Il aurait voulu ne jamais avoir eu l’idée d’embaucher ce bon à rien de Buswell.

Il devait faire quelque chose pour redresser la situation. Il s’avança et se plaça au côté de Seth. « Nous allons améliorer le rendement de la Fabrique grâce à l’utilisation de nouvelles machines capable de produire plus de commandes. Qui dit augmentation de production, dit augmentation du chiffre d’affaires et forcément augmentation de salaire et je dois rajouter… »

James l’interrompit. « J’aurais souhaité avoir l’opinion du nouveau Directeur. Après tout, c’est lui qui va devoir prendre des décisions importantes, n’est-ce pas ? »

Seth prit la parole. « C’est comme Monsieur Peyton a dit. »

De nouveau, les ouvriers éclatèrent de rire.

Jack murmura à l’oreille de Seth : « Dites-leur que vous allez étudier la situation des ouvriers au cas par cas et que vous allez mettre en place un système de primes d’ancienneté. »

Seth s’éclaircit la voix. « Chaque ouvrier pourra reprendre ses études et on donnera des primes aux vieux. »

A nouveau, les ouvriers se mettent à rire.

 

Plus tard, Jack introduisit James dans le bureau directorial. Il était en colère. « Qu’est-ce que tu cherches à faire ? A saboter la Fabrique ? Qu’est-ce qui t’as pris de nous mettre dans une situation pareille, bon sang !

- Je voulais simplement te démontrer le ridicule de la situation. Et je crois y avoir bien réussi, non ?

- Tu n’avais pas le droit de me mettre dans une telle situation.

- C’est toi-même qui t’es mis dans cette situation, Jack. Tu savais depuis le début que Buswell n’y arriverait pas. Où est-il, au fait ?

- Je lui ai demandé d’aller se reposer chez lui. Il en a assez fait comme ça pour aujourd’hui. Est-ce que tu comptes faire un article sur lui ?

- Je ne vais pas me gêner.

- James, laisse-lui une chance.

- Tu sais très bien que la chance n’a rien à voir. Buswell est un incompétent.

- Ne publie rien s’il te plait.

- Tu as pris une décision en désignant Seth comme Directeur. Tu dois en subir les conséquences.

- Si tu publies un article sur l’incompétence de Buswell, ce n’est pas seulement moi que tu vas atteindre, mais aussi tous ceux qui travaillent ici, et tes ancêtres. Je pense à Martin Peyton, qui a fondé cette usine.

- C’est vraiment bizarre, Jack. Tu joues sur la corde des sentiments uniquement quand ça t’arrange.

- Ne publie pas d’article sur Buswell.

- Tu m’as engagé comme rédacteur en chef du Clarion dans le même but que tu as engagé Seth à la Fabrique. Tu pensais que je serai ton pantin et que tu pourrais me manipuler à ton aise pour que j’écrive les articles qui te plaisent ou te mettent en valeur. Ça fonctionne avec Seth… pas avec moi.

James tourna les talons et s’en alla.

Jack pesta contre son fils. Il allait devoir réfléchir à un moyen de l’évincer du Peyton Place New Clarion.

 

 


 

à suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 29/11/2013 15:55

Oui, c'est un jeu dangereux que joue James, même s'il est légitime...
Ah, que ce serait bien si Seth se révélait en finalité aussi ingérable (mais compétent) que *Junior* :-)

Mr. Peyton 29/11/2013 19:26



Oui, c'est un jeu dangereux et légitime. Mais en même temps, à James on a envie de lui dire : "de quoi j'me mêle ?"