Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 618. Le plan

46967 CS

 

« Paula, ouvrez ! Je sais que vous êtes là ! »

Le Docteur Michael Rossi était planté sur le pas de la porte d’entrée de la maison de Paula depuis une bonne dizaine de minutes. « Je vous préviens, je ne partirai pas tant que vous n’ouvrirez pas cette porte.

Mike n’entendait aucun bruit en provenance de la maison. Un moment, il crut qu’il n’y avait effectivement personne à l’intérieur, mais son instinct lui disait le contraire. Il n’avait pas l’intention de partir sans voir Paula. Il tenta une dernière offensive. « Tant pis si Cal revient du travail et me trouve devant votre porte.

Ce fut le déclic. Moins de cinq secondes plus tard, Paula ouvrit la porte. Mike remarqua immédiatement ses grosses lunettes de soleil lui cachant une bonne partie du visage. « Mike, que voulez-vous ?

- Lisa m’a demandé de passer vous voir.

- Lisa devrait se mêler de ses affaires.

- Non, je crois qu’elle a bien fait de m’appeler.

Mike ne laissa guère de choix à Paula. Il entra sans même y avoir été invité. Une fois dans le salon, il se posta devant Paula. « Est-ce que vous me laissez voir ? 

Paula haussa les épaules. « De quoi parlez-vous ?

- De votre œil. Vous me le laissez voir ?

- Mike, vous devriez partir. Je ne me sens pas très bien et…

Mike l’interrompit. « Ça tombe bien, je suis médecin.

Délicatement, il ôta les lunettes de Paula. Curieusement, Paula se laissa faire. Inconsciemment elle avait envie que Mike soit au courant de la folie de Cal.

En bon professionnel, Mike examina la plaie. « Je vois que vous avez fait ce qu’il fallait pour soigner cette blessure.

- J’ai été infirmière, ne l’oubliez pas.

Une fois que Mike se soit assuré que tout allait bien avec l’œil de Paula, il sentit la colère l’envahir. Une colère que Paula pouvait ressentir en regardant ses yeux.

Mike se retourna pour partir.

« Mike, où allez-vous ?

- Il ne va pas s’en sortir comme ça. Je vais lui démolir le portrait à ce salaud.

- Non, ne faites pas ça, je vous en prie.

La colère que Mike portait sur Cal se transforma en rage. « Comment pouvez-vous accepter ça, Paula ! Ce salopard ne va pas s’en tirer comme ça.

- Ne faites rien que vous pourrez regretter.

Paula songea à Mike qui, dix ans plus tôt, était allé voir Fred Russell pour lui demander de laisser Marsha tranquille. Quelques instants plus tard, Russell avait été retrouvé mort assassiné et Mike avait été principal suspect de ce meurtre. Il avait passé presque un an de sa vie en prison pour ce crime qu’il n’avait pas commis.

Paula lui saisit le bras. « N’allez pas voir Cal, je vous en prie.

- Très bien, dans ce cas, je vais direct à la police et vous venez avec moi.

- Non.

- Paula, vous n’allez pas vous laisser tabasser par ce type. Il n’a pas le droit de faire ça.

- Je sais. Mais je ne veux pas que vous alliez voir la police. Et je veux que vous ne parliez à personne de ça, compris ?

- Non, je ne suis pas d’accord. Pourquoi vous obstinez-vous à vouloir le protéger.

- Je ne cherche ni à le protéger, ni à lui trouver des excuses. Ce qu’il m’a fait est impardonnable.

- Alors pourquoi ne pas prévenir la police ?

Paula prit une profonde inspiration et pesa ses mots : « Parce que je crois qu’il a tué Elby.

Un long silence s’ensuivit. Paula retourna près du canapé et s’assit. Mike lui fit face. « Raison de plus pour aller voir la police, vous ne croyez pas ?

- Sans preuve ?

Mike fronça les sourcils. « Qu’est-ce que vous cherchez à faire ?

- Mike, j’ai passé la journée ici à réfléchir. Si vous intervenez, si nous allons à la police, on ne pourra rien prouver et cela risque d’attiser la haine de Cal.

- Je répète ma question : qu’est-ce que vous cherchez à faire ?

- Je veux qu’il paie pour ce crime. Et j’ai trouvé un moyen.

- Lequel ?

- Je vais l’amener à avouer ce crime.

Mike fut pris de panique. « Paula, c’est de la folie !

- Non, je connais Cal. Je suis mariée depuis cinq ans à ce type. Je sais comment il réagit. Je vais lui faire mes excuses et me comporter comme une bonne épouse. Il ne me fera rien. Je vais l’amadouer. Je vais me mettre à haïr Lisa pour les horreurs qu’elle dit à son propos. Je serai sa seule alliée. Il parlera.

Mike secoua la tête. « Je ne peux pas vous laisser faire ça.

- C’est la seule solution.

- Je m’y refuse. Ce type est dangereux et s’il a tué une fois, il pourrait recommencer.

Paula se leva et prit la main de Mike. Aussitôt Mike ressentit un trouble. Son cœur battit plus vite. Paula lui dit doucement. « Faites-moi confiance, s’il vous plaît.

Mike hésita un instant, puis il dit : « Si vous avez le moindre problème, je veux que vous veniez immédiatement m’en parler, d’accord ?

- D’accord.

- Et je veux un compte rendu détaillé, je veux que vous m’appeliez tous les jours, d’accord ?

- D’accord.

- Si ne serait-ce qu’un jour, je suis sans nouvelles de vous, j’appelle la police, d’accord ?

- D’accord.

- Je continue à dire que c’est de la folie, mais c’est votre choix. J’espère que vous savez ce que vous faites.

Ils se dirigèrent vers la sortie. « Ne vous inquiétez pas, Mike. Tout va bien se passer.

Sur le pas de la porte, Mike se retourna de nouveau vers Paula. Le vent manqua de lui arracher le chapeau qu’il avait sur la tête. « Je me suis toujours demandé pourquoi vous avez épousé Cal.

Paula haussa les épaules. « Parce que je pensais qu’il avait changé. Aujourd’hui, je me rends compte de qui il est vraiment. Je me suis laissé berner pendant six ans.

Paula se garda bien de donner à Mike la véritable raison. Elle avait épousé Cal pour se venger de Mike. Parce qu’il avait choisi Marsha. « Allez-y Mike. Cal risque de rentrer et je ne veux surtout pas qu’il vous voie ici.

- Prenez soin de vous.

Paula sourit et lui donna une accolade. Mike ressentit une chaleur lui envahir tout le corps.

 

***

 

Depuis sa sortie de l’hôpital psychiatrique, Marsha Rossi faisait des efforts considérables pour ne pas rechuter. Son mariage avec Mike avait été quelque chose de très bénéfique. Elle continuait à voir un psychiatre une fois par mois. Ce dernier lui avait conseillé de s’investir dans un projet. Aussi avait-elle créé, quatre ans auparavant, une association caritative.

Le but de cette association avait été de récolter de vieux vêtements et de les distribuer aux habitants de Grave Street.

Rapidement, cette association s’est développée d’une manière remarquable. En plus des vêtements, Marsha récoltait également de la nourriture et de l’argent. Avec l’argent, elle fit construire un terrain de jeux pour les enfants défavorisés. L’association prenait à Marsha Rossi beaucoup de temps. Et c’était tant mieux. Elle avait besoin de s’occuper pour ne pas penser aux années passées dans l’enfer de l’hôpital.

Deux autres femmes s’étaient associées à ce projet : Marge Mancini et Joanna Faberth.

Marsha sortait justement de chez l’une d’elles. Marge Mancini habitait Chesnut Street depuis trois ans. Elle avait repris la maison de Lisa Peyton.

Marsha était contente. Elle et Marge avaient étudié les comptes de l’association qui étaient très satisfaisants. Elles avaient suffisamment d’argent disponible pour réparer le panier de basket du terrain de jeux et pour faire agrandir les vestiaires.

Marsha devait justement se rendre à la mairie pour faire les démarches. Elle avait toutes les raisons d’être heureuse. Sauf qu’en sortant de chez Marge, elle se rendit compte que son bonheur était bien fragile.

Son cœur se mit à battre plus fort et son sang ne fit qu’un tour lorsqu’elle vit Paula et Mike en train de se faire une accolade. Mike était censé être à l’hôpital. Que faisait-il chez Paula ?

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 11/11/2013 20:28

Attention danger ! Pourvu que Marsha n'ait pas l'idée d'aller prévenir Cal :-@

Mr. Peyton 13/11/2013 10:37



Si effectivement elle prévient Cal, alors pour Mike... ça craint, comme on dit