Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 615. Négligence

the-citron.jpg

 

Jane Templar était une femme qui devait avoir le même âge que Jonathan Burns. Peut-être un peu plus jeune. Elle aussi avait les cheveux gris, plus nombreux et relevés en chignon. Mais à la différence de Burns, elle n’avait pas le regard vide et elle était bien plus hospitalière.

Elle invita Carolyn à entrer et lui servit un thé vert accompagné de cookies qu’elle avait concoctés le matin même. « A l’époque où je travaillais, je n’avais même pas le temps de me réchauffer une pizza. Aujourd’hui, je prends un réel plaisir à cuisiner. Mon mari ne s’en plaint pas.

Après quelques échanges convenus, Carolyn en vint au but de sa visite.

Jane eut un regard plein de nostalgie. « J’en ai reçu des plaintes lorsque je travaillais aux appels d’urgences. Ça allait du chat perché sur un arbre à un vieux monsieur qui se plaignait du vacarme des jeunes d’à côté.

Carolyn remua sur son fauteuil. « Vous souvenez-vous avoir reçu un appel d’une personne, qui voulait vous signaler un meurtre ? Il y a environ six ans de  cela.

Jane sourit. « Peyton Place est une petite ville plutôt tranquille. Si quelqu’un appelle pour signaler un meurtre, forcément, on s’en souvient.

- Vous vous en souvenez, dans ce cas ?

- Bien sûr. C’était une femme, elle semblait totalement terrorisée. Elle parlait d’une voix basse comme si elle avait peur que quelqu’un puisse entendre. J’ai tout de suite pensé que le meurtrier était dans la même maison qu’elle.

Carolyn ne s’attendait pas à ce que Jane s’en souvienne aussi bien. « Vous souvenez-vous de la date précise à laquelle l’appel a été passé ? 

- Oui, bien sûr. J’ai un repère : c’était la veille de l’explosion du Peyton Professional.

Carolyn secoua la tête : « Mais pourquoi n’avoir rien fait ?

- Simplement parce que la communication a été coupée. De ce fait, l’appel ne pouvait pas être identifié.

- Personne n’est venu vous interroger au sujet de cet appel ?

- M’interroger ? Pourquoi ?

- Lisa Peyton a déclaré aux policiers avoir donné cet appel. La police aurait dû se rapprocher de vous pour confirmer les dires de ma cliente.

- Elle n’a pas eu besoin de le faire ?

- Je ne comprends pas.

Jane prit sa tasse de thé dans la main. « Comme beaucoup de monde, je m’étais intéressée à l’affaire et j’avais lu dans un journal que la prétendue coupable jurait avoir passé un appel pour signaler le meurtre dont on l’accusait. J’ai tout de suite fait le rapprochement et je suis allée faire une déposition.

Carolyn s’agita sur son siège. « Mais je ne comprends pas. Il n’y a aucune trace de votre déposition dans le dossier.

Jane haussa les épaules. « Elle devrait y être, je suppose.

- Vous n’avez pas été appelée à la barre, comme témoin de la défense ?

Jane secoua la tête. « Peu de temps après, j’ai pris ma retraite et je suis partie vivre ici avec mon mari. Personne ne m’a plus contacté à ce sujet. Sauf vous aujourd’hui.

- Qui avait pris votre déposition à l’époque.

- Le sergent Walker.

 

Les pensées de Carolyn turbinaient alors qu’elle empruntait l’autoroute. Le sergent Walker avait reçu la déposition de Jane Templar et n’en avait pas tenu compte. Il l’avait carrément ôté du dossier. Pourquoi ? De toute évidence, il cherchait à faire accuser Lisa. Quel intérêt avait-il à faire cela ? Et quel rapport avec Cal Fullerton ?

Ruinée, Lisa avait été obligée de prendre un avocat commis d’office. Son inexpérience a sous doute joué en sa défaveur et l’avocat n’a pas songé à vérifier auprès de Jane le bien-fondé des affirmations de Lisa.

Carolyn avait maintenant suffisamment d’informations pour constituer un dossier afin de rouvrir l’enquête sur la mort d’Elby. Mais elle n’avait encore aucune preuve contre Cal. Aucun lien. Jusqu’à présent, tout tendait à accuser le Sergent Walker de négligence. Un rapport d’autopsie qui s’égare, une déclaration qui n’est pas pris en compte.

Carolyn songea avec effroi que si tout ceci avait été mis à jour il y a six ans, Lisa n’aurait jamais foulé le sol de la prison.

Et puis il y a Burns. Lui non plus n’est pas clair dans cette affaire. Elle décida soudain de faire demi-tour et de retourner voir Burns. Il fallait qu’elle se procure par tous les moyens le rapport d’autopsie ou un aveu du médecin à la retraite.

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 05/11/2013 21:34

Se pourrait-il qu'il y ait eu *arrangements* lors de l'enquête ?

Et si c'est le cas, le pire vient à l'esprit... :-@

Mr. Peyton 06/11/2013 09:27



Tout le laisse à penser, en tout cas