Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 610. Un doute raisonnable

46967 CS

 

Paula décida de rentrer tôt aujourd’hui. Elle n’avait pas l’esprit au travail et Betty l’encouragea à aller parler avec Cal.

Durant le trajet en voiture qui la ramenait à Chesnut Street, Paula se demandait si c’était une bonne idée de parler à Cal de ses doutes. Elle se raisonna en se disant qu’elle avait toujours connu Lisa menteuse et manipulatrice. Elle essayait d’insinuer dans son esprit le fait que Cal puisse être coupable du meurtre d’Elby. Mais ce n’était pas possible. Pas Cal. Elle l’avait détesté très longtemps, mais après le drame qui a secoué Peyton Place, à savoir l’explosion du Peyton Professional, Cal était devenu très gentil avec elle. Il a fini par la séduire. Cal lui avait fait des excuses. Il s’était mal comporté avec elle, mais c’était surtout parce qu’il manquait de confiance en lui. Elle l’avait bien compris. Cependant, elle savait que Betty continuait à détester Cal.

Et Betty avait beaucoup d’intuition concernant les hommes.

Paula gara sa voiture devant le garage en se demandant comment aborder le sujet avec Cal. Elle n’eut pas besoin de le faire.

Elle trouva Cal assis dans le canapé du salon. Il semblait préoccupé. Il avait un verre de whisky à la main et il but le liquide cul sec tandis que Paula s’avançait vers lui en fronçant les sourcils. « Quelque chose ne va pas ? »

Cal se tourna lentement vers Paula et elle vit ses yeux injectés de sang la regarder. Un frisson lui parcouru toute l’échine. Ce regard… Il était tellement froid, tellement… Elle se ressaisit et s’approcha de Cal. « Cal, que se passe-t-il ? »

Cal se leva. Son regard froid se transforma en un regard empli de colère, ou de haine. Il cracha : « Ce qui se passe ? La police est venue m’interroger ! Voilà ce qu’il se passe !  

- Que voulait-elle ?

La réponse de Cal, froide, surpris Paula. « Arrête de faire l’idiote. Tu sais très bien pourquoi ils sont venus. Ils voulaient m’interroger sur le paquet que Carolyn Russell a reçu.

Il se mit à faire les cents pas dans la pièce, vociférant. « Ils pensent que c’est moi qui m’amuse à faire ce genre de truc. Moi, un médecin réputé ! Je suis sûr que cette folle de Lisa Peyton y est pour quelque chose. C’est elle qui a dû donner mon nom au flic ! Si ça se trouve, c’est elle qui est derrière tout ça et qui a envoyé le paquet à Carolyn Russell.

- Cal, tu devrais te calmer…

Mais Cal ne se calma pas. « Me calmer ? Comment veux-tu que je me calme. Les flics sont venus à l’hôpital. Devant tous mes collègues. Tu penses bien qu’ils se sont posé plein de questions en voyant la police débarquer. Et Mike Rossi, il jubilait en me voyant dans l’embarras !

- Mike n’est pas comme ça.

Cal ne contrôlait plus sa colère. « Bien sûr, tu le défends. Tu as toujours été amoureuse de lui.

Cette fois, c’est Paula qui se met en colère. « Je t’interdis de dire ça. C’est toi que j’ai choisi, pas Mike.

- Parce qu’il avait choisi sa folle de Marsha à ta place. Alors tu t’es rabattu sur moi. Remarque, je suis sûr qu’il doit beaucoup mieux s’amuser avec elle, parce que toi, comme gourde, tu te places bien.

C’en était trop pour Paula qui se leva du canapé et, mue par une impulsion soudaine, le gifla.

Une gifle qui aurait pu calmer Cal. Mais ce fut l’inverse qui se produisit. Une colère sourde envahit le mari de Paula et il abattit son poing droit sur le visage de la jeune femme.

La violence du choc propulsa Paula sur le canapé. Choquée, elle leva doucement la tête. Elle avait une profonde entaille au-dessus de l’œil gauche.

 

Cal se précipita au premier étage, dans la chambre. Il observa sa main. Il avait encore le poing refermé. Son bras se mit à trembler. Un tremblement qu’il n’arrivait pas à arrêter.

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 28/10/2013 21:53

Il a de l'humour, notre cher ami M.Peyton :-)

*Un doute raisonnable*... quel bel euphémisme :-D

Mr. Peyton 31/10/2013 14:01



L'humour, faut en avoir un peu dans une histoire aussi sombre.