Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 604. Une discussion au Cider Barrel

schoolbus

 

Le bus scolaire s’arrêta juste devant la grille du collège de Peyton Place. Colleen en sortit les pensées plein la tête. Elle devait se rendre au service de documentation du collège, baptisé « Salle Allison MacKenzie » (en hommage à la fille de Constance et Elliot Carson disparue douze ans plus tôt) afin de faire des recherches sur son prochain devoir d’histoire.

Mais les pensées de la jeune fille, en cet instant précis, étaient tournées vers son frère jumeau Gary, parti précipitamment pour le collège de Boston sans même lui dire au revoir. Ce départ précipité ne lui disait rien qui vaille, et elle avait un drôle de pressentiment à ce sujet. Elle aurait aimé être acceptée dans ce collège avec son frère, mais elle n’avait pas le niveau.

Elle fut interrompue dans ses pensées par une femme d’environ trente ans, très jolie, qui l’aborda près de la grille d’entrée de l’école. « Colleen Peyton ? »

Colleen fronça les sourcils, mais ne répondit pas.

La jeune femme tendit la main. « Je m’appelle Carolyn Russell et j’aimerais te parler, si tu as le temps. Je sais que ton premier cours n’est pas avant une heure.

- Je dois aller à la salle de doc pour mon prochain devoir d’histoire.

- Ca ne sera pas long. Est-ce que ça te dirait d’aller boire un chocolat chaud au Cider Barrell ?

 

cider barrelUne fois installée à une table du Cider Barrell, Carolyn présenta sa requête à Colleen. « Je suis avocate, je travaille avec Steven Cord. »

Colleen secoua la tête. « Qu’est-ce que vous me voulez ?

- Colleen, je suis l’avocate de ta mère et… »

Colleen ne voulait pas en entendre davantage. Elle recula sa chaise et se leva brutalement. Carolyn se leva à son tour et interpella la jeune fille. « Attends, s’il te plaît, ne t’en va pas.

- Je ne veux pas entendre parler d’elle.

- Ecoute, je ne sais pas ce qu’il y a entre elle et toi, mais ma conversation n’a rien à voir avec elle. S’il te plaît, rassis toi et laisse-moi t’expliquer.

Après un long moment d’hésitation, Colleen se rassit lentement, au grand soulagement de Carolyn. L’avocate n’avait pas prévu une telle réaction de la part de la fille de Lisa et il fallait qu’elle cherche ses mots pour ne pas la faire fuir. « Je voulais te poser des questions à propos de Cal Fullerton.

- Que voulez-vous savoir ?

- Et bien, tu as vécu avec lui il y a six ans.

- J’étais très jeune, je ne m’en souviens plus très bien.

- Essaies de faire appel à ta mémoire. Comment était-il avec toi et ton frère ?

Colleen haussa les épaules. « Tout ce que je peux dire, c’est que je ne l’aimais pas. Et Gary non plus.

- Pourquoi ?

- Parce que papa venait de mourir et que ma mère s’était amourachée de ce gigolo.

- Est-ce que c’était l’unique raison ? Je veux dire, est-ce que Cal Fullerton était gentil avec toi et Gary ?

De nouveau, Colleen haussa les épaules. « Je n’ai pas le souvenir d’avoir été maltraité par cet homme. Vous savez, il est passé dans notre vie comme une comète. Il a vécu avec nous pendant quelques semaines seulement. Mais pourquoi est-ce que vous me posez toutes ces questions ?

- Je cherche à cerner la personnalité de Fullerton.

Colleen secoua la tête. « Elle vous a eu.

- Pardon ?

- Ma mère. Elle vous a bien eu. Elle a commis un crime et elle essaie de faire porter le chapeau à son ex-amant. C’est pathétique, mais c’est elle tout craché. Et vous êtes tombée dans le panneau.

- Je ne pense pas que ta mère soit une criminelle.

- Et pourtant, elle l’est.

- Comment peux-tu être aussi affirmative ?

- Il y a eu des preuves contre elle.

- Des preuves, ça se fabrique, tu sais.

- Vous n’allez pas me sortir la thèse de la théorie du complot…

- Colleen, tu crois ta mère coupable parce que tu as de la rancœur à son égard.

Colleen pouffa. « Votre psychologie à deux balles, vous pouvez vous la garder.

- Tu as eu l’impression qu’elle t’avait abandonnée. Tu as transformé cela en colère contre elle. En un mot, ça t’arrangeait bien de la croire coupable parce que tu étais en colère.

- Foutaises.

- J’ai fait deux ans de psychologie avant de démarrer des études de Droit. Je sais ce que je dis.

Carolyn attendit un moment avant de reprendre. « Ecoute, je ne suis pas là pour parler de Lisa, mais de Cal. Est-ce que tu n’as pas souvenir d’un moment précis où Cal s’est mal comporté avec toi ou ta mère ? 

Colleen se leva. « Vous perdez votre temps. Ma mère est la vraie coupable.

- Attends avant de partir. » Carolyn se leva et tendit une carte. « Voilà mon numéro et l’adresse de mon cabinet. Je te demande de réfléchir, de fouiller dans tes souvenirs. Je voudrais que tu puisses mettre de côté la colère que tu as envers ta mère et te concentrer sur la période où vous viviez avec Fullerton. Est-ce que tu peux faire ça pour moi ? 

Colleen ne répondit pas, mais saisit tout de même la carte tendue par Carolyn. Puis elle sortit du Cider Barrell.

Carolyn n’eut pas l’impression d’avoir été convaincante. Pour une avocate, c’était un comble.

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 17/10/2013 19:22

Alors là, chapeau à l'enquêtrice ! Il fallait y penser, à interroger Colleen...
Bravo Carolyn :-)

Mr. Peyton 18/10/2013 10:36



Maintenant, faut juste espérer que cela mène à quelque chose de concret... rien n'est sûr