Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 603. Le départ

brume.jpg

 

Une brume épaisse enrobait la petite ville de Peyton Place. Au loin, le Peyton Professional avec ses quatorze étages émergeait de l’écran blanc. Le froid matinal de l’automne saisit les passants qui traversaient le square, se recroquevillant sur eux-mêmes pour se protéger de l’air glacial qui leur piquait le nez et les joues.

Au 12ème étage du Peyton Professional, il faisait chaud et pourtant Carolyn Russel tremblait, recroquevillée sur son siège.

Emilie, sa secrétaire, vint lui apporter une tasse de café bien chaud. Carolyn regarda Emilie avec gratitude. Elle saisit la tasse et bu une gorgée brûlante du breuvage. Aussitôt, elle se sentit mieux.

Le sergent William Wilson Walker referma son calepin et le rangea dans la poche intérieure de sa veste. Le policier se faisait vieux et il était au service des habitants de Peyton Place depuis plus de vingt ans. Ses cheveux grisonnants et ses rides profondes marquées sur son visage témoignaient de son âge avancé. « Bien, nous allons analyser ce cœur. Apparemment, il provient d’un animal… Enfin, j’espère. » Il fit demi-tour pour s’en aller. « Je vous appellerai dès que j’aurais du nouveau. »

Carolyn l’interpella. « Et c’est tout ? »

Walker tourna vers la jeune femme un regard fatigué. « Que voulez-vous dire ? »

Carolyn se leva. « Sergent, j’ai l’impression que vous prenez cette affaire un peu trop à la légère.

- Peut-on savoir ce qui vous fait dire ça ?

- Votre façon désinvolte de prendre les choses. »

Walker s’avança vers Carolyn. « Etes-vous en train de me dire que je ne fais pas bien mon travail ? 

- Vous en donnez l’impression, en tout cas.

Walker haussa les épaules et s’en alla.

Restée seule dans son bureau, Carolyn soupira et jeta un regard par la fenêtre, comme si le paysage pouvait la détendre. Steven Cord entra dans le bureau. « Je viens d’apprendre ce qui s’est passé… Comment allez-vous ? »

Carolyn se tourna lentement vers Steven. « Quelqu’un m’en veux, de toute évidence. »

- Est-ce que vous avez une idée de qui a fait ça ? »

Carolyn haussa les épaules. « Quelqu’un qui veut me faire peur… 

- Qu’en dit Walker ?

- Pas grand-chose. Le sergent Walker semble décidé à prendre cette affaire un peu trop légèrement à mon goût.

- Je vais appeler un de mes meilleurs détectives. Il va découvrir qui est derrière tout cela.

- C’est inutile, Steven. Je n’ai pas besoin d’un détective pour savoir qui est derrière tout ceci. Depuis mon arrivée à Peyton Place, je n’ai eu qu’une seule affaire : découvrir qui a tué le Dr Elby six ans plus tôt. Vous savez très bien que cette histoire est liée à ce… ce cœur que j’ai reçu…

- Lisa Peyton est la seule coupable de ce meurtre, j’en suis convaincu.

- Et moi je suis sûre du contraire. Cal Fullerton est derrière ce meurtre, et c’est lui qui m’a joué ce mauvais tour.

- Vous êtes nerveusement épuisée, vous devriez aller vous reposer et oublier cette histoire. »

Carolyn se mit en colère. « Vous voulez que j’oublie ce qui vient d’arriver ? Que j’oublie avoir été l’objet de menace ? Et que je laisse un assassin en liberté. Ecoutez-moi bien, Steven : Cal Fullerton a tué Elby. Et je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour le prouver !

 

***

 

sac-voyage.jpgDeux sacs de voyage étaient adossés au mur du vestibule du manoir des Peyton. Jack Peyton saisit les deux sacs au moment où son neveu Gary descendait les marches menant au vestibule. « Qu’est-ce que tu fais ? »

Jack se tourna vers Gary. « J’emmène tes bagages dans la voiture.

- Ce n’est pas la peine de te donner tout ce mal, j’ai appelé un taxi.

- J’aurais aimé t’accompagner à la gare.

- Tu en as assez fait comme ça. »

Jack soupira et lentement, se dirigea vers son  neveu. « Gary, tu dois comprendre que j’ai fait ça pour toi.

- Non, tout ce que tu fais, tu le fais pour toi et pour toi seul.

- Je comprends que tu sois en colère.

- Arrête, tu te fiches complètement de savoir dans quel état je suis. Du moment que j’obéis bien sagement, c’est tout ce qui compte pour toi.

- Laisse-moi t’emmener à la gare. J’aurais ainsi l’occasion de t’expliquer mes motivations.

- Quelles motivations ? Tu envoies ma petite amie à l’autre bout du pays pour que je puisse aller au collège de Boston. Tu as réussi ton coup. Félicitations Oncle Jack.

- Un jour tu me remercieras.

- Ne compte pas trop là-dessus. J’ai perdu Amanda et je dois quitter la ville. Maman vient de revenir et je n’ai même pas eu l’occasion de parler avec elle. Il faut toujours que tu diriges tout, n’est-ce pas ? Tu ne peux pas t’en empêcher. Tu penses que le monde est à tes pieds et que la terre doit tourner dans le sens où tu lui diras de tourner. Peu importe le mal que tu fais aux gens qui t’entourent. Le principal, c’est la satisfaction de gérer la vie des autres à ton profit.

- Je suis désolé que tu voies les choses comme ça.

- Je vois les choses comme ça, parce qu’elles sont comme ça ! » Gary secoua la tête tristement. « Je ne suis même pas sûr que tu en aies conscience.

Le jeune homme saisit ses deux sacs et quitta le vestibule pour aller rejoindre, au bout de l’allée, le taxi qui venait d’arriver.

 

 


à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 16/10/2013 21:19

Pauvre Jack... Il a beau être ce qu'il est, il est quand même attaché à ses neveux...

Mr. Peyton 18/10/2013 10:35



Il arrive de faire un peu n'importe quoi en pensant aider des personnes qu'on aime. C'est ce qui se passe actuellement avec Jack. Mais oui, il est attaché à sa famille.