Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 602. Paquet cadeau

borne-amarrage.jpg

 

Gary Peyton et Amanda Stoling se trouvent à l’extrémité du quai de Peyton Place. Main dans la main, ils contemplent l’océan. « Tu pars quand ? »

Amanda serre plus fort la main de Gary. « Demain matin. »

Gary secoue la tête. « Ce n’est pas juste. Je déteste mon Oncle. »

- Tu ne dois pas… » Amanda soupire. « Il faut que je rentre. Il se fait tard et je dois encore empaqueter pas mal d’affaires. »

La gorge serrée, Gary n’ose pas regarder Amanda. Il se contente de contempler l’océan. Amanda dépose un baiser sur sa joue. « Il…il vaut mieux que l’on ne se revoit pas avant mon départ. Ça risque d’être encore plus dur. »

Sans attendre la réponse de Gary, elle s’en va en courant.

Seul sur le quai, Gary se met à pleurer. Il entend des pas. Quelqu’un s’approche. Il se retourne, pensant qu’Amanda était revenue, mais il se retrouve devant sa mère. Embarrassé, il se remet à contempler l’océan.

Lisa Peyton s’approche plus près de lui. « Lorsque nous sommes arrivés ici, j’étais triste d’avoir été obligée de quitter Denver. Je me sentais seule dans cette petite ville sans animation. Alors, quand j’avais un grand coup de cafard, je venais ici. Je contemplais l’océan et je respirais l’iode à plein poumon. Ca me calmait. Et c’est exactement ce que tu fais en ce moment. »

Gary ne répond rien. Il continue de contempler la mer. Lisa poursuit. « J’ai vu une jeune fille s’en aller en courant. Tu veux m’en parler ? »

Pendant un temps qui a paru une éternité à Lisa, Gary n’a pas bougé. Puis finalement, il se décide à parler. « Elle s’appelle Amanda. 

- Joli prénom.

- Elle part pour San Francisco demain. Je ne la verrais plus.

- Je suis désolée. »

Gary se force à regarder sa mère. « Vraiment ? Tu es désolée ?

- Tu tenais beaucoup à cette fille, n’est-ce pas ?

- J’y tiens encore. Mais ne te sens pas obligée d’être concernée par mes histoires.

- Gary… Je suis ta mère et je t’aime. Si je suis revenue à Peyton Place, c’est pour toi, Colleen et James. Je veux réapprendre à vous connaître.

- Ne te donne pas cette peine. En tout cas, pas pour moi. Lundi prochain, je pars pour étudier au collège de Boston. Loin de cette foutue ville et de toutes ces manigances.

Gary s’enfuit en courant. Lisa le regarde partir et l’appelle : « Gary ! Reviens ! ».

Mais en vain. Gary s’éloigne de plus en plus, jusqu’à n’être plus qu’un point devant l’horizon de Lisa.

 

***

 

paquetCarolyn sort de l’ascenseur et se dirige vers le bureau de la secrétaire. « Bonjour, Emilie. »

- Bonjour Mademoiselle.

Carolyn aperçoit alors un paquet blanc avec un flot sur le dessus et elle sourit. « Un admirateur ? »

- C’est à moi de vous le demander. » Emilie lui tend le paquet. « C’est pour vous. »

Carolyn est étonnée. « Pour moi ? ». Elle saisit le paquet. « Merci. Des messages ? »

- Vous en attendiez ?

- Non, bien sûr.

- En revanche, j’ai une bonne nouvelle. Et cette nouvelle s’appelle : Boston.

- Quoi Boston ?

- C’est là-bas qu’est votre médecin à la retraite.

Carolyn est agréablement surprise. « Vous l’avez retrouvé ! »

- Je n’ai pas chômé, vous savez. Ça n’a pas été évident. J’ai téléphoné à deux douzaines de Jonathan Burns avant de trouver le bon. »

Carolyn saisit les coordonnées de Burns qu’Emilie lui tend. « Vous êtes une perle, Emilie. Pensez-moi à vous augmenter le jour où j’aurais des clients. »

Emilie apprécie la boutade et sourit. « Je n’y manquerais pas. »

Carolyn entre dans son bureau avec le paquet cadeau et les coordonnées du médecin légiste à la retraite.

Emilie regarde la secrétaire de Steven en face d’elle et lui sourit. Puis elle sort de son tiroir sa lime à ongles et recommence sa manucure.

Soudain, un cri strident retentit dans le bureau de Carolyn. Emilie se redresse brutalement et se précipite à l’intérieur.

Carolyn est terrorisée. Elle a les mains couvertes de sang. Emilie s’approche d’elle. Carolyn continue de crier, en état de choc.

Emilie regarde le paquet cadeau ouvert et souillé de sang. A l’intérieur se trouve un cœur accompagné d’une petite carte. Emilie s’en empare. Sur la carte se trouve une phrase écrite à la machine : « La prochaine fois, ce sera le vôtre à cette place si vous ne quittez pas Peyton Place. »

 

 


 

à suivre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie A 14/10/2013 19:54

J'espère qu'Emilie a pensé à mettre un bon cognac dans le bar de sa patronne... elles en auront un grand besoin ! (smiley vert de peur)

Mr. Peyton 15/10/2013 17:21



Ah ben non. Si tu as lu la suite, c'est un café bien chaud qui attend Carolyn. Elle n'a vraiment pas de chance, notre avocate