Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

# 596. Carolyn tient tête

documents

Carolyn Russell, confortablement installée dans son fauteuil, étudie des documents dans son bureau. Les rayons d’un soleil pâle diffusent une lumière ambrée dans la pièce. Carolyn est concentrée sur son dossier. La porte s’ouvre et le Dr Michael Rossi passe timidement la tête. « Ta secrétaire n’est pas là. Est-ce que je peux entrer ? »

Carolyn enlève ses lunettes de vue, les pose sur la table et sourit à son beau-père. « Bien sûr, Mike. C’est toujours un plaisir de vous voir. »

Mike entre tandis que Carolyn se lève pour l’embrasser. Mike lui sourit. « Depuis ton retour à Peyton Place, nous n’avons pas eu beaucoup l’occasion de nous voir. »

Il s’assoit sur une chaise en face du bureau de Carolyn. Celle-ci referme un dossier. Mike le montre du doigt. « Ton premier dossier, je suppose. »

Carolyn hausse les épaules. « Mon premier et unique dossier. »

- Il faut laisser les choses s’installer.

- Les clients font plutôt confiance à un homme et Steven croule sous le travail. Tandis que moi… je peaufine le seul et unique dossier que j’ai réussi à avoir.

Mike s’agite sur son siège. « Je peux te poser une question, Carolyn ?

- Bien sûr !

- Pourquoi es-tu revenue à Peyton Place ?

Carolyn est surprise par la question. « Eh bien, Steven recherchait un associé pour son cabinet et j’ai sauté sur l’occasion. »

Mike secoue la tête. « Carolyn, tu es une brillante jeune femme. Tu es sortie major de ta promotion. Tu aurais pu avoir un poste très important dans un grand cabinet à New York. Pourtant, tu as décidé de revenir. J’aimerais bien savoir pourquoi. »

Carolyn hausse les épaules en souriant. « La nostalgie de la petite ville où j’ai passé toute mon enfance. »

Mike n’est pas convaincu. « Tu te souviens, il y a six ans je suis venue te voir à ton Université et tu m’as dit que tu adorais New York, au point de ne plus vouloir quitter cette ville. Je trouve donc étrange que tu aies choisi de revenir à Peyton Place. »

Carolyn se force à rire. « Mike, vous vous faites des films. Tout le monde a le droit de changer d’avis. J’en avais assez de la vie stressante d’une grande ville et j’ai voulu me réfugier dans la douceur d’une petite bourgade. C’est tout. Et puis, je tenais à me rapprocher de vous et de maman. 

- New York n’est qu’à deux heures maximum de Peyton Place. Marsha est heureuse de t’avoir auprès d’elle, mais il n’était pas nécessaire de venir vivre ici. »

Carolyn fronce les sourcils. « J’ai l’impression que vous me reprochez d’être de retour ici. 

- Pas du tout. Mais ta mère et moi, nous nous posons des questions. Pourquoi une brillante avocate qui adore la vie New Yorkaise quitte du jour au lendemain la grande ville pour venir se terrer dans une petite ville où son avenir professionnel se résume à résoudre des querelles de voisinage. »

Carolyn se vexe. « Mon travail ne se résume pas à des querelles de voisinage. Le dossier que j’ai accepté de traiter n’est pas une mince affaire.

- Peut-être, mais tu aurais des dizaines d’autres affaires formidables à plaider à New York. »

Carolyn a un rire nerveux. « Si je ne vous connaissais pas, Mike, je dirais que vous voulez vous débarrasser de moi. »

Mike se lève. « Détrompe-toi, Carolyn. Je suis heureux de te voir ici. Mais j’espère que tu n’es pas à Peyton Place pour de mauvaises raisons. Tu… tu mérites mieux que ce que tu as ici.

- Ca, c’est à moi d’en juger. Je vous rappelle que je suis associée à un cabinet juridique. Pour une jeune fille de mon âge, c’est une sacrée opportunité.

Mike insiste. « Est-ce qu’il s’est passé quelque chose à New York pour que tu décides d’y partir aussi brutalement ? 

- Mike, je vous assure que je suis très bien ici.

- De toute évidence, tu n’es pas encore prête à m’en parler. Mais ce n’est pas grave. On déjeune ensemble ce midi ? »

Carolyn secoue la tête. « Je dois encore travailler sur ce dossier. Embrassez Maman pour moi, voulez-vous ? »

Afin de signifier à Mike que la conversation est terminée, Carolyn remet ses lunettes et rouvre le dossier qu’elle consultait avant l’arrivée du médecin. Mike secoue la tête et s’en va.

Au secrétariat, il rencontre Steven qui sort de son bureau et se dirige vers sa secrétaire. « Mike… 

- Bonjour Steven. » Il s’approche de l’avocat. « Carolyn m’a dit qu’elle n’avait pas beaucoup de travail. »

Steven hausse les épaules. « C’est normal, elle débute. Il faut lui laisser du temps. »

- Veillez à ce qu’elle ne soit pas obligé de quémander des dossiers.

- Ne vous inquiétez pas.

Mike s’en va. Steven le regarde partir pendant que sa secrétaire se lève et se rend au bureau de la secrétaire de Carolyn, Emilie. « Tiens, le chèque de Madame Peyton est arrivé par erreur sur mon bureau. »

Steven est interpellé par cette remarque. Il va voir Emilie. « Lisa Peyton vous a fait un chèque ? »

Emilie affiche un fier sourire. « Oui Monsieur, il s’agit de notre première cliente. »

Steven pince les lèvres et entre dans le bureau de Carolyn. Il referme la porte derrière lui.

Intriguée, Carolyn lève le nez de son dossier.

Steven s’approche d’elle. « Vous avez accepté de prendre Lisa Peyton comme cliente ? 

- Au ton de votre voix, on a l’impression que j’ai commis un crime.

- Carolyn, enfin ! Lisa Peyton a tué deux hommes. Je sais qu’en ce moment, vous n’avez pas de dossier à traiter, mais ce n’est pas une raison pour accepter n’importe quoi.

Carolyn se lève. Elle se met en colère. « Ce n’est pas n’importe quoi. C’est vrai qu’au début, j’ai accepté cette affaire parce que je n’avais rien d’autre à me mettre sous la dent. Mais j’ai vite compris que Lisa Peyton n’a pas tué son mari et le médecin.

- Cette femme est dangereuse. Elle est capable de vous faire gober n’importe quoi. Et vous, naïve, vous tombez dans le panneau.

- Je vous défends de me traiter de naïve. Si vous vouliez jeter un œil sur son dossier, vous verrez qu’il y a des choses qui ne collent pas. »

Steven essaie de rester calme. « Carolyn, je ne veux pas que vous vous occupiez de cette femme. »

Carolyn pince les lèvres. « Vous n’avez aucun ordre à me donner, Steven. Je vous rappelle que je ne suis pas votre employée, mais une associée de votre cabinet. »

Steven secoue la tête. « Vous allez droit dans le mur avec Lisa Peyton. 

- Je sais parfaitement ce que je fais.

- Oh non… Vous ne connaissez pas Lisa Peyton aussi bien que moi. Je peux vous donner des dossiers à traiter si vous voulez…

- Ah oui ? Des plaintes pour tapage nocturne ? Un futur procès contre un chauffard qui a écrasé le chien d’un client ? Maître Cord, je vaux mieux que ça. J’ai dans les mains un dossier en béton et auquel je crois dur comme fer.

- Carolyn, vous êtes avocate, et vous ne faites pas partie de la police. Que comptez-vous faire ?

- Prouver que Lisa Peyton dit la vérité. Forcer la police à rouvrir l’enquête sur les deux meurtres et représenter Lisa en tant que partie civile.

- Vous allez au-delà d’ennuis avec ce dossier, Carolyn. Lisa Peyton a tué ces deux types… Lisa Peyton et personne d’autre.

- Je peux comprendre que vous soyez gêné parce qu’elle accuse le mari de la meilleure amie de votre femme, mais je peux vous dire que l’enquête sur le décès du docteur Elby a été totalement bâclée. Il reste des zones d’ombres que j’aimerais élucidées.

- Comme quoi, par exemple ?

- Le fait que l’arme du crime n’a jamais été retrouvée. Vous ne trouvez pas bizarre que Lisa Peyton enterre le corps d’Elby, qu’elle prend le soin d’y ajouter le mug qui a servi à tuer son mari, mais qu’elle ne pense pas à enterrer l’arme du crime d’Elby avec ?

- Si vous vous basez uniquement sur ce fait, c’est bien maigre comme début.

- J’ai le sentiment que quelque chose cloche dans cette affaire. Et peu importe la personnalité de Lisa Peyton, je la crois lorsqu’elle me dit qu’elle est innocente.

Steven secoue de nouveau la tête. « Dans ce cas, vous êtes vraiment naïve. »

Il tourne les talons et s’en va.

 


à suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 03/10/2013 21:38

Ho-oh... un beau mystère à éclaircir pendant la saison, l'installation de Carolyn... :-)

Par contre, Steven est vraiment un goujat ! Pas bien ça :-(

Mr. Peyton 05/10/2013 11:28



En fait, je pense que Steven veut protéger Carolyn. Il pense très sérieusement qu'elle va droit dans le mur en prenant cette affaire... même si je ne lui donne pas raison.


Eh oui, Carolyn n'allait pas revenir à Peyton Place sans laisser traîner un mystère derrière elle