Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 1047

Episode 1047

La trêve a été de courte durée. Si Sutton avait accepté que Seth Buswell fasse partie de la famille le jour de la remise de son diplôme, aujourd’hui elle ne souhaite qu’une chose : se débarrasser de lui !

En traversant le salon, elle aperçoit une paire de ses chaussettes sales sur la petite table. Comme à son habitude, Seth avait regardé la télévision et comme à son habitude, il avait ôté ses chaussettes pour pouvoir mettre les doigts de pieds en éventail sur la table. 

Avec une moue de dégoût, elle saisit à deux doigts les chaussettes et les montre à Ellen, qui elle s’apprête à partir au travail. 

SUTTON : Regarde ça, il a recommencé ! 

Ellen se tourne vers Sutton.

ELLEN : Tu n’as qu’à les mettre dans la machine. 

SUTTON : C’est tout ce que tu trouves à dire ! Ellen, ce type nous pourrie la vie. Il faut qu’on s’en débarrasse. 

ELLEN : Et tu proposes quoi ? Le tuer ? 

SUTTON : Ne me tente pas…

ELLEN : Sutton, je sais que c’est difficile en ce moment, mais Seth est partie chercher du travail aujourd’hui.

SUTTON : A la Taverne d’Ada Jacks ?

ELLEN : Il fait des efforts…

Sutton se met en colère contre sa sœur qui ne veut rien voir. 

SUTTON : Des efforts ! Ellen, est-ce que tu vis ici ? Je me le demande parfois. Comment est-ce que tu peux dire qu’il fait des efforts alors qu’on lui a demandé à je ne sais plus combien de reprises de ne pas laisser ses maudites chaussettes puantes sur la table du salon !

Ellen regarde sa montre.

ELLEN : Faut que j’y aille ! On en reparle ce soir ? 

Ellen s’en va et Sutton soupire. Elles n’en reparleront pas ce soir parce qu’Ellen n’a qu’une chose en tête pour l’instant : découvrir le meurtrier de Manuel. 

Après avoir jeté les chaussettes dans la machine à laver, Sutton retourne au salon et s’assoit sur le canapé en soupirant. 

Quelle année ! Son coup de cœur pour Manuel, le meurtre de ce dernier, le procès retentissant de Steven, l’installation de ce vieux débris de Buswell chez elle, une nouvelle petite sœur et ses amis qui partent à Harvard alors qu’elle devra se contenter de l’Université de White River. 

En ce moment, elle se demande ce qu’elle a bien pu faire pour mériter tout ça. 

La porte d’entrée donnant sur le salon s’ouvre et Marisa entre avec un grand sourire aux lèvres. Tout excitée, elle s’assoit à côté de sa fille. 

MARISA : Devine quoi chérie, j’ai une bonne nouvelle. 

SUTTON : Tu as décroché le rôle principal pour un navet et tu repars à Hollywood ?

MARISA : Non. 

SUTTON : Alors je ne vois pas où est la bonne nouvelle. 

Marisa, toujours avec un grand sourire, tend sa main droite à Sutton. 

MARISA : Ta… da…. !!!

Sutton aperçoit une bague bon marché, très bon marché même, qui ressemble à une bague de fiançailles. Sa mère confirme. 

MARISA : Seth et moi allons nous marier.  Il m’a fait sa demande hier soir ! N’est-ce pas merveilleux, mon cœur ? Tu vas enfin avoir un père, un vrai. 

Pour Sutton, c’en est assez. Elle ne peut en supporter davantage. Elle se lève. 

SUTTON : Non mais tu t’entends parler ? Comment peux-tu dire de ce déchet humain qu’il va devenir mon père ? Mon père, c’est celui qui nous a abandonné quand Harry est venu au monde. C’est un salaud, je te l’accorde. Mais ton Seth Buswell, il ne vaut pas mieux. Et tu sais quoi ? Il est pire ! 

Marisa observe sa fille avec un regard de stupeur. 

MARISA : Mais je croyais que tu t’entendais mieux avec lui.

SUTTON : Tu crois… tu crois… c’est ça ton problème Marisa. Tu vis dans ton monde où tout est merveilleux. Réveille-toi bon sang ! Ici c’est la vraie vie. Ton prince charmant profite de nous, il vit de notre argent. Arrête de te voiler la face. 

Marisa se lève d’un bond. 

MARISA : Très bien, puisque c’est ça, Seth et moi allons vivre ailleurs, étant donné qu’on ne veut pas de nous ici. 

Sutton lève les bras et crie : 

SUTTON : Alléluia !!!

Marisa quitte la maison en claquant la porte. Heureusement, Clara n’est pas ici, Colleen la garde pendant qu’Ellen est au travail. 

Des larmes de colères tombent sur le joues de Sutton. Marisa veut partir avec Seth, eh bien qu’il en soit ainsi ! Elle allait les aider à partir. 

Elle monte en trombe à l’étage et entre dans la chambre de Seth et Marisa. La chambre est dans un désordre total, pire que la sienne. Elle saisit deux valises sur le haut de l’armoire. Ce qu’elle compte faire, c’est boucler les valises de sa mère et de Seth et les mettre devant la porte d’entrée avant que l’un ou l’autre ne revienne. 

Elle ouvre la première valise et sort des tiroirs les vêtements en vrac de Seth Buswell. Elle ne décolère pas. Sa fureur est telle qu’elle en arrive à déchirer un tee-shirt, ce qui ne fait rien puisque le vêtement contenait déjà deux trous. 

Elle saisit une nouvelle poignée de vêtements et soudain, elle se fige. Son cœur se met à battre plus vite, jusqu’à s’emballer. Elle regarde l’objet niché en boule entre un pantalon jean et un sweet à capuche. 

Doucement, elle saisit le vêtement, se rappelant des paroles d’Edina Jackson lors du procès de Steven. Elle avait vu un homme sortir de chez Manuel Amos, sans aucun doute le meurtrier. Et cette personne portait une écharpe rouge. 

L’écharpe qui se trouve maintenant dans la main de Sutton.

L’écharpe de Seth Buswell. 

Elle déroule l’écharpe et voit qu’il manque une frange… alors qu’ils ont trouvé une frange dans le salon où est mort Manuel. 

Son sang se glace, et l’information parvient enfin à son cerveau. Seth Buswell est l’assassin de Manuel Amos ! 

Est-ce possible ? Est-ce possible d’avoir vécu tant de semaine dans la même maison qu’un assassin ? 

Elle réfléchit rapidement à ce qu’elle devait faire. Et la première chose qui lui vient à l’esprit est d’aller voir Ellen avec l’écharpe. 

Elle se précipite dans l’escalier, manque de tomber, et galope jusqu’à la porte d’entrée qu’elle ouvre. Et là, son sang ne fait qu’un tour. 

Seth Buswell se trouve devant elle. Il voit l’écharpe rouge dans les mains de Sutton et son regard se durcit. Sutton essaie de passer devant lui mais il la repousse violemment à l’intérieur de la maison et referme la porte. 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article