Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 1027

Episode 1027

C’est à contrecœur que Carolyn se rend au bureau du Disctrict Attorney. D’un autre côté, elle sait que Steven a raison. En plaidant coupable, elle peut négocier quelques années de moins d’emprisonnement. C’est toujours ça de pris, mais ce n’est pas juste. L’avocate se tient pour responsable de cette prochaine négociation de peine. C’est parce qu’elle n’a pas réussi à gérer cette affaire qu’ils sont obligés d’en arriver là. 

En passant la porte du bureau, elle se dit : « voilà, c’est fini. »

Plus que jamais elle est déterminée à mettre un terme à sa carrière d’avocate. Elle ignore encore ce qu’elle va faire de sa vie, mais elle sait qu’elle ne peut plus exercer ce métier convenablement. 

Adam Fergusson est surpris de la voir. 

ADAM : Vous n’avez pas suivi mes conseils, à ce que je vois.

CAROLYN : Je vous demande pardon ? 

ADAM : Le repos, un bon bain chaud avec un verre de vin blanc et un livre. C’est le meilleur moyen de se détendre.

CAROLYN : Comment pourrais-je me détendre quand je sais que mon client va aller en prison pour un crime qu’il n’a pas commis.

ADAM : Que voulez-vous, Maître ?

Carolyn s’assoit en face de lui.

CAROLYN : Huit ans et Steven Cord plaide coupable.

Adam se met à rire, c’était l’offre qu’il avait faite à Carolyn la semaine dernière.

ADAM : Vous n’êtes plus en mesure de négocier, et vous le savez. 

CAROLYN : Dix ans…

ADAM : Vous n’avez pas compris, Maître Russell. Il n’y a plus de négociation possible. Mon offre a pris fin dès le moment où vous l’avez refusée.

CAROLYN : Vous êtes en position de force dans cette affaire et vous vous en servez contre mon client. 

ADAM : Comprenez-moi bien. Si j’avais le moindre doute sur la culpabilité de Mr Cord, j’aurais encore pu négocier. Mais ce que vous faites là m’apparaît comme un autre geste désespéré. 

CAROLYN : Vous êtes en train de me dire que vous ne voulez plus négocier ?

ADAM : Quinze ans.

CAROLYN : Douze ans.

ADAM : Quinze ans, je ne peux pas faire mieux. Avec remise de peine, il pourra sortir dans treize ans.

CAROLYN : Je vais en parler à mon client.

ADAM : Je veux une réponse pour demain onze heures.

 

En sortant du tribunal, elle rencontre Ellen qui, elle, y entre. 

CAROLYN : Ellen, je pourrais te parler un instant ?

ELLEN : Je t’ai dit que je ne voulais plus jamais entendre parler de toi. Alors lâche-moi !

CAROLYN : Je suis désolée, je n’aurais pas dû m’acharner sur Scott. J’étais dans une impasse. Je le regrette maintenant. 

ELLEN : Tes regrets ne servent à rien. Le mal est fait, Scott est dévasté par ce qui s’est passé. 

CAROLYN : J’aimerais tellement revenir en arrière. 

ELLON : Et moi, j’aimerais tellement ne jamais t’avoir connue. 

Ellen entre au tribunal sans un autre mot ni regard pour Carolyn. 

 

Carolyn va devoir maintenant prévenir Steven de la discussion qu’elle a eu avec Fergusson. Elle pousse un profond soupir. Elle n’a pas le courage d’affronter son ami et client maintenant. Elle lui parlera de la peine de quinze ans demain. Ça lui fera toujours cinq ans de gagner.

 

Elle rentre chez elle et va se préparer un bourbon. Elle a besoin d’un alcool fort qui lui fera peut-être oublier tous ses problèmes. 

Elle pose le bourbon sur la table et va dans la salle de bains afin de passer son visage sous l’eau. Soudain, elle se regarde dans la glace. Ou plutôt elle regarde l’armoire murale qui lui renvoie son reflet. Elle ouvre l’armoire et saisit un tube complet de barbituriques. 

Elle regarde longuement le tube. C’est tentant. Tout le monde sait ce qui arrive quand on avale un tube entier de barbituriques avec de l’alcool…

Elle revient dans le salon et verse le tube sur la table, à côté du bourbon. Les pilules se répande sur la surface de verre. Elle les regarde, comme si c’était sa planche de salut.

Elle avale une gorgée de bourbon, qui lui brule agréablement la gorge. Puis elle avale cul-sec le reste du verre et va s’en resservir un autre.

Elle retourne sur le canapé et contemple de nouveau les pilules.  Il y en a une trentaine. Suffisant pour tuer un éléphant. 

A quoi bon vivre ? A quoi bon se réveiller demain si c’est pour être à nouveau dans le tourment ? Elle a tout perdu : son associé, son travail, sa meilleure amie, sa dignité. Elle s’est totalement perdue dans ce procès. 

Si elle avale ces pilules, c’est la fin de ses problèmes. Steven, sans avocat, bénéficiera de temps. Un autre avocat, plus doué qu’elle, prendra la relève et peut-être parviendra-t-il au miracle d’innocenter Steven. 

Billy, qui attend depuis des mois de pouvoir ressortir avec elle, sera enfin libre de trouver une nouvelle compagne, et il sera plus heureux. 

Elle n’a plus rien à faire sur cette terre, et elle le sait. 

Carolyn Russell saisit une première pilule et la fait passer dans son estomac avec l’aide d’une gorgée de bourbon. 

Puis elle avale un second cachet…

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article