Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 1024

Episode 1024

Devant le miroir de la chambre de sa nouvelle maison, Betty regarde son ventre. Il commence à s’arrondir. Puis elle s’effondre sur son lit, désespérée. A quoi va ressembler sa vie, maintenant ? Elle sera montrée du doigt à chaque fois qu’elle sortira l’enfant pour le promener au square. On dira de lui que c’est un bâtard, on…

Betty se met à pleurer, elle est désorientée et ne sait pas comment elle va réussir à gérer sa vie. Elle se dit qu’elle l’avait bien cherché. Sa mère l’avait prévenue. Pourquoi n’écoute-t-on jamais les conseils d’une mère ? Maintenant que son secret est dévoilé, elle a tout perdu : la dignité, son mari et le respect des autres.

On frappe à la porte. Betty essuie rapidement ses larmes. Julie passe la tête dans l’encadrement.

JULIE : Jack Peyton est ici. 

Il ne manquait plus que lui, tiens !

BETTY : Je ne veux pas le voir. 

Julie insiste.

JULIE : C’est ton patron, il faudrait que tu lui parles.

BETTY : Dis-lui que je suis malade et que je reviendrai travailler lundi.

JULIE : Tu devras lui dire toi-même, chérie.

Jack pousse la porte et Julie s’écarte pour le laisser passer. 

JACK : Julie, vous pouvez nous laisser ?

Julie s’exécute et s’en va.

Seule avec Jack, Betty ressent une grande gêne. Lui aussi la juge, comme tous les habitants de cette ville. 

BETTY : Tu viens pavoiser, n’est-ce pas ? Ta grande ennemie est à terre, ça doit te faire plaisir.

JACK : Nous avons eu des problèmes par le passé, mais je ne t’ai jamais vraiment considérée comme ma plus grande ennemie. Juste une ennemie parmi d’autres. 

BETTY : C’est censé me remonter le moral ?

JACK : Si je te dis que je te préfère à Lisa, est-ce que ça te remonte le moral ?

La voix de Jack fait du bien à Betty, qui se calme. 

BETTY : Pas vraiment. Lisa n’est pas une référence. 

JACK : Mary t’a fait une tarte aux fraises, je l’ai déposée dans la cuisine. 

BETTY : Tu la remercieras.

JACK : Tu es vraiment la seule femme que Mary apprécie. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. 

BETTY : Entre mégères, on se comprends, c’est pour ça.

Jack sourit.

JACK : Ça me fait plaisir de t’entendre plaisanter. 

BETTY : Jack, tu es venue pour quoi ? Me demander de reprendre le travail à Happy Green ?

JACK : Oui. On a besoin de toi, et toi tu as besoin de te changer les idées. 

BETTY : Pour me faire humilier par tout le monde ? On me regardera jusqu’à la fin de ma vie comme une femme indigne qui a trompé son mari et a eu un enfant avec un amant plus jeune qu’elle…

JACK : Et alors ? Tu comptes faire quoi ? Te cacher toute ta vie ? Tu sais très bien que ce n’est pas une solution.

BETTY : La solution est peut-être pour moi de partir. Loin de Peyton Place, loin de toutes ces histoires.

JACK : Ça s’appelle fuir. Et fuir ne te fera pas te sentir mieux. 

BETTY : Ça me permettrait de refaire ma vie, de redémarrer de zéro et de ne plus faire les mêmes erreurs.

JACK : Très bien, tu veux partir loin d’ici. Et Brian ? Tu y as pensé ? Il est encore très jeune, il a besoin de ses deux parents. Toi et Steven allaient vous disputer sa garde et ça ne sera pas bon pour lui. 

Betty baisse la tête.

JACK : J’aimerais avoir une solution miracle à te servir, là, maintenant. Mais il n’y en a pas. La seule chose à faire est de relever la tête et te remettre au travail. Tu auras des moments durs, des remarques désobligeantes, mais c’est le prix à payer. Plus le temps va passer, plus cette affaire se tassera et un jour, on n’en parlera plus.

BETTY : Tu es gentil avec moi parce que tu as besoin de moi au travail, n’est-ce pas ?

JACK : Gloria ne s’en sort pas seule, en effet.

BETTY : Ça me soulage, un moment j’ai cru que tu étais devenu l’homme le plus sympathique au monde. 

JACK : Moi ? Sympa ? Tu rigoles.

BETTY : Laisse-moi m’habiller convenablement et je viens travailler. 

JACK : Pas tout de suite. Avant cela, une tarte aux fraises nous attend à la cuisine. Et je sens déjà la bonne odeur du café. 

Ils quittent la chambre de Betty ensemble. 

BETTY : C’est une tarte de Mary, tu es sûr qu’elle n’est pas empoisonnée au moins ? 

JACK : Non, rien à craindre. Elle n’est pas pour Lisa. 

Ils rient. 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article