Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 1011

Episode 1011

Debbie Michels débarque au bureau de James en fin de matinée. Agacé par sa présence, James lève les yeux au ciel. 

- Qu’est-ce que tu veux ?

Debbie s’approche du bureau où règne le désordre. 

- Charmant accueil. Je vais bien, merci. Et toi ?

- Je répète : qu’est-ce que tu veux ?

- Je viens te demander s’il est possible pour toi de garder Jaimie jeudi après-midi. Je dois aller…

- Je me fiche de ce que tu dois faire. C’est d’accord. 

Pour James, tous les moyens sont bons pour passer du temps avec sa fille. Debbie le sait très bien. 

- Bien. Je te l’amène à quatorze heures, dit-elle.

- Tu peux me l’amener en fin de matinée, on ira manger ensemble au Cider Barell. 

Debbie sourit, heureuse.

- Tu veux nous emmener manger tous les trois ? C’est une bonne initiative. 

- Juste Jaimie et moi, ne rêve pas. 

- Pourtant, je pense que ce serait bien pour Jaimie de pouvoir déjeuner avec son père et sa mère, ça lui apporterait une certaine stabilité. 

James ricane.

- Quand tu parles de stabilité, tu me donnes envie de rire. 

Le téléphone sonne et James décroche. Au bout du fil, son collègue Jeffrey Prentiss lui annonce qu’il ne pourra pas se rendre à la conférence de presse du District Attorney sur l’affaire Amos parce qu’il a attrapé un virus. James est très embêté. 

- Ça veut dire que je n’ai personne pour couvrir l’événement ! Tous les autres sont sur le terrain et j’ai un rendez-vous que je ne peux pas annuler.

- Vraiment désolé, murmure Jeffrey au bout du fil. 

James raccroche. Cette conférence est très importante pour le Clarion. Ne pas s’y rendre affaiblirait la crédibilité du journal.

Debbie s’éclaircit la voix, avant de dire :  

- Je peux le faire, moi.

- Quoi ? 

- Je peux aller à la conférence de presse, parce que j’ai cru deviner qu’il s’agissait de ça. Tu n’as personne et je suis là. 

James n’a pas le choix, il a vraiment besoin d’un journaliste sur place. 

- D’accord, ça me rendrait service.

- Mais attends, ça ne sera pas gratuit.

- Bien sûr, tu seras payée.

- Ce n’est pas ce à quoi je pensais. Je veux une contrepartie. 

James soupire.

- Je m’en serais douté. Je t’écoute.

- Une embauche. 

James secoue vivement la tête.

- On en a déjà parlé, et c’est non !

Debbie décide de sortir le grand jeu : 

- James, à l’heure actuelle j’utilise mes dernières économies en louant une chambre pas chère chez l’habitant. Mais ça ne va pas durer. Si je ne trouve pas de travail ici, il va falloir que je quitte Peyton Place, et si je quitte la ville, je pars avec Jaimie.

- Du chantage, ça te ressemble bien.

- Ce n’est pas du chantage, c’est la réalité. J’étais venue à Peyton Place dans le but de te faire connaître ta fille. Mais aussi de pouvoir m’implanter ici pour que tu puisses la voir le plus possible. Et toi, tu fais tout pour nous éloigner de toi.

James en a assez entendu. Il sait que Debbie a raison et partira avec sa fille si elle n’a pas d’emploi. Il capitule. 

- OK, c’est bon, tu as le job.

Debbie est folle de joie.

- Merci.

James pointe un index sur Debbie. 

- Mais je ne veux pas te voir traîner dans mes pattes toute la journée. Elisa te trouvera un bureau. Tu commences officiellement maintenant, je demande aux ressources humaines de te préparer un contrat. 

- Tu ne le regretteras pas, je vais faire du bon boulot, tu verras. 

En sortant de l’immeuble, Debbie rencontre Jeffrey, le prétendu malade, accoudé au mur du Peyton Professionnal. Elle lui sourit.

- Merci Jeffrey, je vous revaudrais ça. 

Jeffrey lui rend son sourire.

- Pas de problème. Je crois qu’avec un talent comme le vôtre, le Clarion va multiplier ses ventes par deux !

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article