Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 1003

Episode 1003

Seth se réveille d’une petite sieste qui lui a fait du bien. Son ventre commence à grogner et réclame un repas. En se levant, Seth regarde l’heure sur l’horloge mural accrochée contre le papier peint jauni. Ça tombe bien, c’est l’heure du dîner.

Il descend à la cuisine alors que Sutton se prépare un sandwich, ainsi qu’à Harry, qui est en train de regarder un match de baseball. 

Il renifle. 

- Ça sent rien, ici ! 

- A part vos chaussettes sales, non, ça ne sent rien, rétorque Sutton.

- Il est déjà sept heures. Ça m’étonne que le dîner ne soit pas prêt. 

- Moi aussi, ça m’étonne, réplique Sutton. Enfin, non, ça ne devrait pas m’étonner.

Seth, encore dans le brouillard, fronce les sourcils.

-  Qu’est-ce que tu racontes ? Et où est ta mère ?

Sutton lève les deux bras en l’air, comme pour dire qu’elle s’en fiche. 

-  Alors là, c’est le dernier de mes soucis, de toute façon ce n’est pas elle qui est de corvée. 

- Ah bon, ben c’est qui ?

Sutton le regarde comme s’il était le dernier des imbéciles. Ce qu’elle doit sans doute penser, d’ailleurs.

- Vous, espèce de pique-assiettes !

- Tu me parles autrement, ma p’tite, tu m’dois l’respect. 

- Je ne vous dois rien du tout. En revanche, vous si. 

- Quoi ?

- Vous nous devez un repas. 

Elle montre du doigt un emploi du temps fait à la main et accroché à l’aide d’un magnet sur la porte du réfrigérateur.

-  C’était à votre tour de faire le repas ce soir. C’est écrit dans l’emploi du temps, noir sur blanc. Et un emploi du temps, ça sert à faire les choses bien et à respecter les engagements. 

- Je n’ai pris aucun engagement.

- Vous avez pris l’engagement de nous enquiquiner en venant squatter chez nous. Alors vous devez respecter l’emploi du temps. Et c’est écrit qu’aujourd’hui, c’est à vous de faire la cuisine. Oh, mais peut-être que vous ne savez pas lire…

Cette remarque vexe Seth.

- Bien sûr que si, je sais lire, p’tite effrontée. Il se trouve que je suis un homme et que l’homme ne fait pas la cuisine, c’est tout ! 

- Un homme qui ne fait pas la cuisine nourrit sa famille en allant travailler, et pas en trainant à longueur de journée vautré sur le canapé ou bien en allant boire à la Taverne d’Ada Jacks les seuls dollars que l’assistance sociale lui offre un peu trop généreusement !

Cette bougresse de Sutton a la réplique facile. Tout ceci n’arrange pas l’estomac de Seth, qui continue à crier famine.  

- Donc, y’a rien à manger ?

Sutton hausse les épaules.

- Faites comme nous (elle montre les sandwiches) : Débrouillez-vous tout seul. Et ne comptez pas sur Ellen, elle travaille ce soir. Et à votre place, je ne compterai pas non plus sur votre charmante moitié. Un jour, elle repartira, et ce moment venu, je me ferai un plaisir de vous renvoyer dans vos pénates à coups de pieds dans le derrière. 

Seth répond par une moue et un haussement d’épaules. 

Sutton et Harry passent un bon moment devant la télé et avec les sandwiches. Puis Harry s’endort. Doucement, Sutton reprend les plateaux et les ramène à la cuisine. Elle remarque un beau fouilli sur le plan de travail. Seth s’est fait un sandwich mais n’a rien rangé. Elle l’appelle, mais n’obtient pas de réponse. 

Avant d’aller coucher Harry, elle débarrasse en maudissant Seth. Elle voit que la poubelle est pleine et va la sortir en soupirant. 

Dehors, il fait froid et il devrait neiger cette nuit. Elle frissonne. Elle veut retourner à la maison, mais c’est alors qu’elle aperçoit une lueur dans la maison de Manuel. Une bougie peut-être.

Elle se fige sur place, mue par un mélange d’angoisse et de curiosité. La maison est encore sous scellés et personne ne peut y entrer, et encore moins y emménager. Cependant, il y a bel et bien quelqu’un qui se trouve dans la maison des Amos alors que le périmètre est encore sécurisé par la police. Et ce n’est certainement pas la police qui est sur les lieux à cette heure.

C’est alors que Sutton voit une ombre près de la fenêtre. Quelqu’un est à l’intérieur. L’ombre saute depuis la fenêtre et atterrit sans problème sur les cailloux de l’entrée. 

Qui peut vouloir aller chez les Amos à cette heure ? Et pour y faire quoi ?  C’est alors qu’elle distingue la silhouette et la reconnaît immédiatement. 

Il s’agit de Scott, son frère ! 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article