Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 1002

Episode 1002

Reprendre le travail est pour Betty la meilleure solution. Cela lui évitera de penser aux vies gâchées, en particulier la sienne, celle de Steven et celle des Amos. 

Elle s’installe à son bureau en soupirant. Il y a un paquet de dossier de toutes les couleurs sur la partie droite de son plan de travail. Elle en saisit un. C’était les devis pour les sanitaires des futurs bungalows. 

Elle se plonge dans le dossier, émarge quelques commentaires sur les devis, et ne pense plus à sa misérable vie. C’est incroyable comme le travail arrive à vous faire chasser vos mauvaises pensées !

Jusqu’au moment où Jack entre dans le bureau. 

- Betty ?

- Bonjour Jack. 

Il parvient à son bureau et pose sur le plan de travail un énième dossier. 

- Je suis étonné de te voir ici.

- Je travaille ici, non ?

Betty est sur la défensive. En réalité, elle a peur que Jack ne la mette à la porte. Après tout, c’est peut-être bien ce qu’elle mérite. Mais elle voit Jack qui fronce les sourcils. Il semble inquiet.

- Est-ce que ça va ? 

Betty lève un regard triste vers lui.

- Non Jack, ça ne va pas. Plus rien de va et rien n’ira en s’arrangeant. 

- Je… tu peux prendre encore quelques jours si tu veux.

Betty se lève de sa chaise, fâchée.

- Quoi, Jack ! Si tu veux me virer, dis-le carrément ! Je prends mes affaires et je m’en vais. Je suppose que tu dois être content de ce qu’il m’arrive. 

- Je n’ai pas dit ça. Mais je vois juste que tu es à fleur de peau. Je n’ai pas envie de te voir craquer parce que je te donne trop de travail. Et quant à ce qu’il t’arrive, je ne le souhaiterais même pas à mon pire ennemi. Et tu es loin d’être ma pire ennemie. 

Betty se rassit et se calme.

- Je suis désolé, Jack. Tu as raison quand tu dis que je suis à fleur de peau. Mais j’ai besoin de travailler pour pouvoir penser à autre chose. Jack, il ne me reste plus que ça.

Jack hoche la tête.

- Très bien, alors je t’apporte un nouveau dossier et je voudrais que tu t’en occupe en priorité. J’aimerais aménager un parc pour enfants à Happy Green. Essaie de trouver l’emplacement idéal et chiffre-moi tout ça, d’accord ?

- D’accord.

Betty interpelle Jack juste avant qu’il ne parte.

- Jack !... Merci.

Il lui sourit faiblement avant de quitter le bureau. 

Mais Betty ne peut pas penser qu’au travail… surtout lorsque la journée s’achève et qu’elle doit rentrer. Elle essaie toujours de penser à son travail alors qu’elle rentre en voiture à la maison, mais lorsqu’on n’est pas dans l’ambiance feutrée du bureau, lorsqu’on n’a pas de dossier devant soi, c’est plutôt difficile. 

Alors Betty repense à Steven et à son obsession de vouloir lui parler. Il faut que Steven sache qu’il compte beaucoup pour elle, il doit savoir que son aventure avec Manuel, ce n’était qu’une impulsion. 

Déterminée, elle fait demi-tour et se rend au commissariat de police, où se trouve Steven, enfermé dans une cellule. 

C’est Ellen qui l’accompagne jusqu’à la cellule de Steven. Lorsqu’il voit arriver Betty, Steven se lève d’un bon de sa couchette. 

- Non, faites-là sortir ! Faites-là sortir d’ici, je ne veux pas la voir. 

Ellen est interloquée et ne sait pas quoi faire, tandis que Betty s’avance vers les barreaux, les larmes lui coulant sur les joues.

- Steven, je t’en prie, laisse-moi t’expliquer. 

- Il n’y a rien à expliquer. Je ne veux plus te voir, je ne veux plus de toi dans ma vie !

Il s’adresse à Ellen.

- Faites-là sortir d’ici !!

- Steven…, supplie de nouveau Betty. 

Rien n’y fait. Steven secoue la tête.

- Ne me parle pas ! Tu n’existes plus pour moi !

Ellen, ayant compris que Steven ne voudra jamais parler à Betty, la prend par le bras. 

- Venez, Madame Cord. 

- Non, je veux lui parler ! 

- Va-t’en !!!, hurle Steven.

Ellen doit employer les grands moyens et elle saisit Betty plus fermement. En prenant soin de ne pas lui faire de mal, elle l’entraîne vers la sortie. 

Betty comprend alors que tout est bel et bien fini entre elle et Steven.

Dépitée, elle sort du commissariat. Elle est dévastée et se demande comment elle arrivera à se sortir de ce cauchemar. Elle descend les marches du commissariat quand soudain, elle ressent une violente douleur au niveau du ventre. Il lui reste encore trois marches à descendre, mais les ténèbres l’enveloppent avant qu’elle ne puisse faire un pas. Elle tombe et git, inconsciente, sur le trottoir. 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article