Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 1001

Episode 1001

Il est récurrent dans la vie de Lisa Peyton de débuter une mauvaise journée… et de la finir tout aussi mauvaise. Parfois, elle se demande quel karma lui vaut tous ses déboires, et pour quelles raisons les catastrophes s’enchaînent comme un mécanisme de roues ancrées. 

Pourtant, la journée a bien débuté.

Lisa range sa voiture sur le parking visiteurs de l’hôpital, et, alors qu’elle se rend au parcmètre pour prendre son ticket, évite une déjection canine juste devant elle. C’était comme si la petite crotte avait été placée là, à même le sol, pour la narguer. 

Elle tourne la tête vers la gauche, suffisamment pour voir la propriétaire de l’accusé (un caniche nain noir) et en profite pour l’injurier. La femme hausse les épaules sans répondre et s’engouffre dans sa voiture. Mais Lisa se sent bien : elle avait évité de marcher dans un excrément de chien et elle avait dit ce qu’elle pensait des gens qui laissaient traîner les selles de leurs adorables petites bêbêtes. Elle respire profondément en souriant. Cette journée allait être magnifique. 

Comme elle se trompe ! …

Elle entre dans le bâtiment et se dirige à pas déterminés vers la réception, où cette affreuse infirmière, Ashley Pozzi, se tient debout. Lisa se demande comment elle arrive à tenir son dos droit en devant supporter le poids de sa poitrine qui ressemble à deux ballons ronds compressés dans une blouse blanche. 

- Je viens prendre des nouvelles de l’homme qui s’est fait renverser. 

- Vous êtes de la famille ? demande d’une voix laconique l’infirmière aux gros poumons. 

- Vous vous moquez de moi ! 

- Vous ne répondez pas à ma question. 

- Ecoutez, je ne suis pas de la famille de…

- Alors je ne peux rien faire pour vous.

Lisa décide qu’il valait mieux amadouer l’infirmière par de belles paroles que de se la mettre à dos. 

- Ecoutez, Mme Pozzi, j’ai renversé cet homme et depuis, je culpabilise et j’aimerais…

L’infirmière ne lui laisse pas le temps de terminer sa phrase et tend une feuille à Lisa en disant d’un air narquois : 

- Vous aviez raison, cet homme n’a pas d’assurance. C’est généreux à vous de vous être proposé de payer ses frais d’hôpital. 

Lisa s’offusque :

-Mais je n’ai jamais dit que…

- Si, vous l’avez dit la dernière fois, quand vous avez amené la victime ici et que vous n’avez pas voulu suivre mon conseil de l’envoyer aux soins publics de White River. 

A contrecœur, Lisa saisit la facture d’hôpital et ouvre de grands yeux. 

- Vous plaisantez, j’espère ! C’est un hôpital ou un hôtel Hilton, ici !

Lisa fait demi-tour et repart en colère de l’hôpital, facture en main. Au parking, la barrière reste bloquée pendant une bonne demi-heure en raison d’une panne. 

Et lorsqu’elle parvient enfin à l’appartement qu’elle partage avec Richard MacCormick, le coup de grâce lui est infligé. 

Elle entre et se déchausse dans le vestibule.

- Richard ! appelle-t-elle.

Elle entend Richard lui dire qu’il est dans la chambre.

- J’ai gagné ma journée ! Tu ne devineras jamais ce que…

Interloquée, Lisa s’arrête net devant l’entrée de la chambre. Elle regarde Richard d’un air surpris.

- Qu’est-ce que tu fais ?

- Tu le vois bien : mes valises.

- Tu pars en voyage ? 

Richard ferme la valise. 

- Je pars tout court. 

- Comment ça, je…

- J’ai trouvé un travail à San Francisco. Un de mes cousins possède une librairie et m’a demandé de la tenir le temps qu’il récupère de son infarctus. 

Lisa est choquée, elle ne s’attendait pas à ce que Richard s’en aille.

- Mais, je… et nous ?

Richard sourit et s’approche doucement de Lisa.

- Il n’y a jamais eu de nous, Lisa. Tu le sais bien. Je t’aime, mais toi tu ne m’aimes pas.

- Je t’aime… d’une certaine façon, balbutie-t-elle.

- Ça n’est pas suffisant pour moi… ça ne l’est plus.

- Mais… on formait une bonne équipe, Richard !

- Je ne t’ai apporté que des problèmes. 

- Ne dis pas ça, ce n’est pas vrai. Tu m’as beaucoup aidé. Grâce à toi, j’ai pris confiance en moi, en ce que je pouvais accomplir. 

- Et tu accompliras tout ce que tu as entrepris… mais sans moi. 

- Tu ne peux pas me laisser seule. 

- Tu peux très bien te débrouiller seule dans la vie, Lisa. Tu es plus débrouillarde que moi. 

- Richard, reste ! 

Triste, Richard secoue la tête.

- Je ne peux pas. 

- Je tiens à toi ! insiste Lisa.

De nouveau, Richard secoue la tête. 

- Regarde ce qu’il se passe. Ça fait combien de temps que tu es revenue à Peyton Place ? Deux jours ? Et c’est seulement maintenant que tu viens me voir, sans même me dire bonjour, sans même m’embrasser. Je mérite mieux que ça, et tu mérites mieux que moi. 

Une larme coule sur la joue de Lisa. Elle a compris ce que voulait dire Richard, et elle commence à l’accepter.

Richard saisit sa valise. 

- Il y a deux mois de loyer payé, après, je pense que tu arriveras à te débrouiller seule. Adieu, Lisa. Et merci pour tous ces moments passés avec toi.

Richard l’embrasse sur la joue, et s’en va sans rien ajouter.

Plus tard, Lisa Peyton se dit qu’elle aurait mieux fait de ne pas éviter la crotte du chien et marcher en plein dedans. Ne dit-on pas que cela porte bonheur ? 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Betty 29/10/2019 11:15

Pauvre Lisa !
Mais tout s'arrange pour elle...

Mr. Peyton 11/11/2019 18:17

Oui, Lisa a connu beaucoup de galères, mais elle s'en sort toujours :)