Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 988

Episode 988

Loin du tumulte du bout de la rue, et ignorant encore tout sur la tragédie qui vient de se passer, Sutton Hayes boude dans sa chambre. 

Pour la troisième fois de la journée, Scott vient frapper à sa porte. « Sutton ? Ouvre-moi, il faut qu’on parle ! 

-Fiche le camp. J’ai rien à te dire !

-Faudra bien que tu me parles un jour ou l'autre… »

Sutton se lève de son lit et va ouvrir la porte. « Écoute Scott, on ne parle plus de cette affaire, OK ?

-Comment veux-tu qu'on n'en parle plus. Bon sang Sutton ! Tu étais dans le lit de ce mec qui est beaucoup plus âgée que toi ! Et tu ne veux pas en parler ! 

-Pas à toi en tout cas. 

-Il t'a fait des avances ? 

-T'es sourd ou quoi ? J'ai dit que je ne veux pas en parler. 

-Je vais être obligé de le dire à Ellen.

-Dans ce cas, je serais alors obligé de lui dire que tu as voulu pousser Steven Cord à tuer un homme. Tu feras moins le malin… »

Scott secoue la tête, puis retourne dans sa chambre.

Sutton descend dans le salon où elle trouve Marisa et Seth Buswell en train de s'occuper de la petite Clara. 

Sutton lève les yeux au ciel. « Je rêve ! Le parfait petit couple. Ellen, où est-ce que tu as mis le seau ? »

Ellen prépare le dîner. « Dans le placard. Qu’est-ce que tu veux faire avec ?

-Vomir !

Marisa laisse le bébé à Seth et se lève pour rejoindre Sutton et Ellen dans la cuisine. « Sutton, je sais que tu es en colère contre moi. 

-Moi ? Mais pourquoi le serais-je ? Ah oui, c'est vrai, parce que tu te barres sans cesse de la maison et que tu nous laisses seuls pour nous débrouiller. Parce qu'Ellen doit assumer seule la fonction de chef de famille et ça bousille sa vie. J'ai bien résumé la situation ? 

-Je suis là maintenant, et je ne vais pas repartir. 

-Tu me vois désolée de cette mauvaise nouvelle. »

Ellen fronce les sourcils. « Sutton, ça suffit ! »

Sutton secoue la tête. « Non ça ne suffit pas. Et d'abord, qu'est-ce qu'il fait là, lui ? ». Elle désigne du doigt Seth qui s'occupe de faire des mimiques au bébé. 

-C'est le père de mon enfant. 

-C'est surtout un ivrogne qui…

Ellen interrompt Sutton. « Bon, ça suffit vous deux. Seth reste dîner ce soir. J'aimerais… »

Cette fois, c'est Sutton qui interrompt Ellen. « Ça lui changera des restes qu'il trouve dans les poubelles ! »

Ellen continue sa phrase : « … bien qu'on puisse dîner tranquillement. » 

La sonnette de la porte d'entrée retentit. Ellen va ouvrir. Elle a la surprise de voir Carolyn. 

L'avocate n'y va pas par quatre chemins : « Ellen, mets ton manteau. Il faut que tu viennes, c'est urgent ! ».  

 

Ellen est maintenant avec Billy, le médecin légiste et la police scientifique dans la maison de Manuel Amos. 

Le médecin légiste constate le décès de Manuel. « Blessure mortelle par balle, aucun doute possible », rapporte-t-il à Billy. 

Billy regarde autour de lui. « C'est quoi ce merdier ! »

Ellen avise Steven, toujours assis sur le canapé. Billy hausse les épaules. « Il est en état de choc, il ne bouge pas et ne parle pas.

-Qu'est-ce qu'on fait ?

-On l'embarque. Demande à Javier de l'emmener au poste, pendant ce temps, on va aller interroger Betty Cord. C'est elle qui a découvert la scène du crime.

Avant qu'Ellen ne se plie aux ordres de son supérieur hiérarchique, un membre de la police scientifique arrive près d'eux. « Lieutenant, on a trouvé une balle logée au plafond de la chambre de la victime. »

Il montre le sachet en plastique qui contient la balle à Billy. « On est encore sûrs de rien, mais la balle peut provenir de l'arme qui a tué la victime. »

Billy se passe une main dans les cheveux. « Quel merdier ! » répète-t-il. 

 

Chez les Peyton, Colleen s'occupe de la petite Jaimie en jouant avec elle à la poupée. Debbie Michels les regarde avec tendresse. « Ta sœur sait s'y prendre avec les enfants. »

James n'a pas envie d'entamer une conversation avec Debbie. « Je te la ramène demain matin avant d'aller travailler.

-Justement, plutôt que tu viennes à la pension de famille, j'avais pensé la récupérer au Clarion, ça t'éviterait de faire un détour. »

James soupire. « Très bien Debbie… qu'est-ce que tu veux ? 

-Qui te dit que je veux quelque chose ? 

-Arrête, tu veux. Je ne te connais pas si bien que ça, mais je sais très bien au ton de ta voix que tu veux quelque chose de ma part.

-Un job au Clarion. 

-Nous avons toutes les femmes de ménage qu'il nous faut. »

Debbie secoue la tête. « Je parlais d'un job de journaliste. »

James se tourne vers Debbie, l'air surpris. « Journaliste ? Toi ? 

-Figure-toi qu'en prison, j'ai continué mes études. Je suis diplômée. J'étais rédactrice en chef de la feuille de choux de la prison. 

James hausse les sourcils et ironise : « Impressionnant !

-James, j'ai besoin d'un emploi et je suis une bonne journaliste.

-Ils en cherchent en Sibérie, si jamais ça te tente.

-Si je pars, je pars avec notre fille… alors si tu veux continuer à la voir, ne me cherche pas trop.

-Ah, enfin le vrai visage de Debbie Michels qui refait surface ! »

Debbie secoue la tête, pensant qu’il est inutile de discuter avec lui. 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article